Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
<span class="dquo">«</span> Affaire Wauquiez » : bruit et fureur dans C dans l’air

25 février 2018

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | not_global | « Affaire Wauquiez » : bruit et fureur dans C dans l’air

« Affaire Wauquiez » : bruit et fureur dans C dans l’air

Le chef de LR est dans le collimateur depuis qu’il a décidé de prendre du galon car il pourrait (conditionnel) incarner une droite identitaire à même de flirter avec l’extrême droite. Ce n’est pas un fait, plutôt l’opinion de la majeure partie des médias, opinion présentée comme étant justement un fait. Ce qui en soi pose problème. Cependant, la question n’est pas ici de déterminer à quelle place du spectre politique français en cours de recomposition Wauquiez se situe mais plus modestement de regarder dans le poste, et de voir ce qu’une émission de télévision telle que C dans l’air peut dire de « l’affaire ».

Laurent Wauquiez, c’est dans l’air du temps ?

Dès que Wauquiez a annon­cé sa can­di­da­ture pour pren­dre la tête de LR, l’ensemble des médias offi­ciels se sont appliqués à con­stru­ire une image néga­tive de sa per­son­ne, depuis lors réputée proche de l’extrême-droite, voire qual­i­fiée de chimère entre Trump et Le Pen (Jacques Séguela). Il serait à même de faire un pont avec les droites rad­i­cales ou iden­ti­taires. Du coup, ses mou­ve­ments et ses paroles sont scrutés.

C’est ce que fait l’émission C dans l’air du lun­di 19 févri­er 2018, sous la houlette de Car­o­line Roux et avec comme titre « Wauquiez : con­fi­dences explo­sives ». De quoi s’agit-il ? Don­nant un cours devant des étu­di­ants d’une école de Lyon, Lau­rent Wauquiez a pronon­cé un cer­tain nom­bre de phras­es sur des amis et adver­saires poli­tiques, phras­es enreg­istrées, sor­ties de leur con­texte et dif­fusées lors de l’émission Quo­ti­di­en de Yann Barthes. L’origine de la dif­fu­sion, plutôt émis­sion de diver­tisse­ment issue de la cul­ture Canal +, que d’information lais­sait penser que les divers médias trait­eraient « l’affaire » avec retenue. Il n’en a rien été en général. Et autour de Car­o­line Roux, dans une émis­sion sou­vent respec­tée pour son sérieux ?

C dans l’air confidential ?

Les ques­tions de départ ? « Serait-il devenu le Trump à la française ? », « Lau­rent Wauquiez est-il allé trop loin ? », « Par­ler sans fil­tre, est-ce le nou­veau moyen d’être enten­du quand on fait de la poli­tique ? ». L’émission porte ain­si sur « le nou­veau patron de la droite française ». « Droite » et « française », ce statut est prob­a­ble­ment ce qui lui vaut toute cette atten­tion pour des pro­pos tenus devant une trentaine de jeunes gens. Il n’y a pas grand-chose « d’explosif », Wauquiez nav­iguant entre avis sur des per­son­nes et humour, c’est pour­tant l’accroche choisie, « explosif ». Une bombe, en somme.

Sur le plateau pour débat­tre : Pas­cal Per­rineau, poli­to­logue, chercheur à Sci­ences Po, Cather­ine Nay, édi­to­ri­al­iste poli­tique sur Europe 1, Vanes­sa Schnei­der, grand reporter pour Le Monde et Bruno Jeudy, rédac­teur en chef du ser­vice poli­tique de Paris Match. Il n’est pas inter­dit de s’étonner : il n’est aucun représen­tant d’un média qui d’une façon ou d’une autre pour­rait être con­sid­éré comme proche du courant poli­tique de droite iden­ti­taire sup­posé­ment incar­né par Wauquiez, et même aucun jour­nal­iste plus à droite que le cen­tre droit plus ou moins macronien dans cette tablée. Du coup, peu de sur­prise : « naïveté » de Wauquiez, « stu­pide », un « péché par excès de con­fi­ance », « sit­u­a­tion aber­rante », « il a fait son numéro de cla­que­ttes », « il s’est fait plaisir »« Est-ce que c’est Lau­rent Wauquiez, est-ce que c’est lui », demande Car­o­line Roux ; « hélas », répond Cather­ine Nay, laque­lle juge qu’il con­firme sa (sale) « répu­ta­tion », et a fait preuve « d’immaturité », « le degré zéro de la grande classe et cela mon­tre que c’est quelqu’un qui ne sait pas dompter les fatal­ités de sa nature »… Avis général : c’est le véri­ta­ble Wauquiez. Et cela pose un « véri­ta­ble prob­lème poli­tique », selon Per­rineau.

Caroline Roux : y’a du Trump !

Car­o­line Roux insiste : « Il y a du Trump ! », autrement dit la « logique binaire », les « fake news », la « rhé­torique du com­plot »… Suit la liste des pro­pos de Wauquiez puis un reportage. Celui-ci est cen­tré sur la « trump­i­sa­tion » et la « lep­éni­sa­tion »

Quoi que Lau­rent Wauquiez ait dit, les suites de ses pro­pos tels que com­men­tés dans les médias offi­ciels dis­ent plus sur les médias eux-mêmes que sur Wauquiez : une ambiance de cour de récréa­tion entre copains. Que C dans l’air parvi­enne à occu­per un créneau horaire d’une heure sur aus­si peu de choses, dit aus­si beau­coup : des pro­pos de comp­toir médi­a­tiques pré­ten­dent ain­si évo­quer des… « pro­pos de comp­toir » poli­tiques.

Le niveau de l’émission ? Du gros peo­ple qui tache. Le même niveau que le com­porte­ment sup­posé de Lau­rent Wauquiez. Ce dernier com­mente ou lance des ragots poli­tiques, eux-mêmes com­men­tés par les inter­venants de l’émission : est-ce là l’état de la vie poli­tique française ? Et plus encore, de son com­men­taire par les médias autorisés ?

Crédit pho­to : Fon­dapol via Flickr (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.