Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | not_global | « Affaire Wauquiez » : bruit et fureur dans C dans l’air
<span class="dquo">«</span> Affaire Wauquiez » : bruit et fureur dans C dans l’air

25 février 2018

Temps de lecture : 3 minutes

Accueil | not_global | « Affaire Wauquiez » : bruit et fureur dans C dans l’air

« Affaire Wauquiez » : bruit et fureur dans C dans l’air

« Affaire Wauquiez » : bruit et fureur dans C dans l’air

Le chef de LR est dans le collimateur depuis qu’il a décidé de prendre du galon car il pourrait (conditionnel) incarner une droite identitaire à même de flirter avec l’extrême droite. Ce n’est pas un fait, plutôt l’opinion de la majeure partie des médias, opinion présentée comme étant justement un fait. Ce qui en soi pose problème. Cependant, la question n’est pas ici de déterminer à quelle place du spectre politique français en cours de recomposition Wauquiez se situe mais plus modestement de regarder dans le poste, et de voir ce qu’une émission de télévision telle que C dans l’air peut dire de « l’affaire ».

Laurent Wauquiez, c’est dans l’air du temps ?

Dès que Wauquiez a annon­cé sa can­di­da­ture pour pren­dre la tête de LR, l’ensemble des médias offi­ciels se sont appliqués à con­stru­ire une image néga­tive de sa per­son­ne, depuis lors réputée proche de l’extrême-droite, voire qual­i­fiée de chimère entre Trump et Le Pen (Jacques Séguela). Il serait à même de faire un pont avec les droites rad­i­cales ou iden­ti­taires. Du coup, ses mou­ve­ments et ses paroles sont scrutés.

C’est ce que fait l’émission C dans l’air du lun­di 19 févri­er 2018, sous la houlette de Car­o­line Roux et avec comme titre « Wauquiez : con­fi­dences explo­sives ». De quoi s’agit-il ? Don­nant un cours devant des étu­di­ants d’une école de Lyon, Lau­rent Wauquiez a pronon­cé un cer­tain nom­bre de phras­es sur des amis et adver­saires poli­tiques, phras­es enreg­istrées, sor­ties de leur con­texte et dif­fusées lors de l’émission Quo­ti­di­en de Yann Barthes. L’origine de la dif­fu­sion, plutôt émis­sion de diver­tisse­ment issue de la cul­ture Canal +, que d’information lais­sait penser que les divers médias trait­eraient « l’affaire » avec retenue. Il n’en a rien été en général. Et autour de Car­o­line Roux, dans une émis­sion sou­vent respec­tée pour son sérieux ?

C dans l’air confidential ?

Les ques­tions de départ ? « Serait-il devenu le Trump à la française ? », « Lau­rent Wauquiez est-il allé trop loin ? », « Par­ler sans fil­tre, est-ce le nou­veau moyen d’être enten­du quand on fait de la poli­tique ? ». L’émission porte ain­si sur « le nou­veau patron de la droite française ». « Droite » et « française », ce statut est prob­a­ble­ment ce qui lui vaut toute cette atten­tion pour des pro­pos tenus devant une trentaine de jeunes gens. Il n’y a pas grand-chose « d’explosif », Wauquiez nav­iguant entre avis sur des per­son­nes et humour, c’est pour­tant l’accroche choisie, « explosif ». Une bombe, en somme.

Sur le plateau pour débat­tre : Pas­cal Per­rineau, poli­to­logue, chercheur à Sci­ences Po, Cather­ine Nay, édi­to­ri­al­iste poli­tique sur Europe 1, Vanes­sa Schnei­der, grand reporter pour Le Monde et Bruno Jeudy, rédac­teur en chef du ser­vice poli­tique de Paris Match. Il n’est pas inter­dit de s’étonner : il n’est aucun représen­tant d’un média qui d’une façon ou d’une autre pour­rait être con­sid­éré comme proche du courant poli­tique de droite iden­ti­taire sup­posé­ment incar­né par Wauquiez, et même aucun jour­nal­iste plus à droite que le cen­tre droit plus ou moins macronien dans cette tablée. Du coup, peu de sur­prise : « naïveté » de Wauquiez, « stu­pide », un « péché par excès de con­fi­ance », « sit­u­a­tion aber­rante », « il a fait son numéro de cla­que­ttes », « il s’est fait plaisir »« Est-ce que c’est Lau­rent Wauquiez, est-ce que c’est lui », demande Car­o­line Roux ; « hélas », répond Cather­ine Nay, laque­lle juge qu’il con­firme sa (sale) « répu­ta­tion », et a fait preuve « d’immaturité », « le degré zéro de la grande classe et cela mon­tre que c’est quelqu’un qui ne sait pas dompter les fatal­ités de sa nature »… Avis général : c’est le véri­ta­ble Wauquiez. Et cela pose un « véri­ta­ble prob­lème poli­tique », selon Perrineau.

Caroline Roux : y’a du Trump !

Car­o­line Roux insiste : « Il y a du Trump ! », autrement dit la « logique binaire », les « fake news », la « rhé­torique du com­plot »… Suit la liste des pro­pos de Wauquiez puis un reportage. Celui-ci est cen­tré sur la « trump­i­sa­tion » et la « lep­éni­sa­tion »

Quoi que Lau­rent Wauquiez ait dit, les suites de ses pro­pos tels que com­men­tés dans les médias offi­ciels dis­ent plus sur les médias eux-mêmes que sur Wauquiez : une ambiance de cour de récréa­tion entre copains. Que C dans l’air parvi­enne à occu­per un créneau horaire d’une heure sur aus­si peu de choses, dit aus­si beau­coup : des pro­pos de comp­toir médi­a­tiques pré­ten­dent ain­si évo­quer des… « pro­pos de comp­toir » politiques.

Le niveau de l’émission ? Du gros peo­ple qui tache. Le même niveau que le com­porte­ment sup­posé de Lau­rent Wauquiez. Ce dernier com­mente ou lance des ragots poli­tiques, eux-mêmes com­men­tés par les inter­venants de l’émission : est-ce là l’état de la vie poli­tique française ? Et plus encore, de son com­men­taire par les médias autorisés ?

Crédit pho­to : Fon­dapol via Flickr (cc)

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Pierre Plottu

PORTRAIT — Pierre Plot­tu, spé­cial­iste auto­proclamé de l’ex­trême-droite, a l’at­ti­rail du par­fait mil­i­tant. Vic­time col­latérale du virage édi­to­r­i­al de France-Soir, dont il fut viré sans ménage­ment, il prophé­tise dans Libéra­tion et Slate.

Gaël Brustier

PORTRAIT — Poli­to­logue né en 1978, Gaël Brusti­er a longtemps lou­voyé entre plusieurs chapelles de la gauche sou­verain­iste, dans l’e­spoir de rénover une sociale-démoc­ra­tie acquise au néolibéralisme.

François-Régis Hutin

PORTRAIT — Tout en para­doxe, ce patron de presse a régné sans partage sur un empire de presse placé en sit­u­a­tion qua­si-monop­o­lis­tique sur le grand Ouest. Il s’est éteint le 10 décem­bre 2017 à Rennes.

Stéphane Simon

Le pro­duc­teur de Thier­ry Ardis­son n’est pas à une con­tra­dic­tion près : s’at­ti­rant les foudres de la droite sou­verain­iste lors de l’ère trans­gres­sive et imper­ti­nente des années 90, il s’arrange pour qu’elle lui mange dans la main trente ans plus tard.

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.