Accueil | Actualités | Médias | À Libération, le plan de réduction des salaires passe mal
Pub­lié le 16 janvier 2014 | Éti­quettes : ,

À Libération, le plan de réduction des salaires passe mal

La situation est toujours aussi tendue en interne à Libération. Alors que le journal essuie baisse sur baisse des ventes et a enregistré une perte de 1,5 millions d’euros en 2013, les représentants des salariés discutent autour du plan d’économie proposé par la direction.

Celui-ci table sur 4 millions d'économies par an, dont la moitié sur la masse salariale, qui représente 20 millions d’euros. Pour ce faire, les actionnaires, qui refusent de financer un plan de départs volontaires, ont proposé une baisse des salaires de 10 %, modulable en fonction du niveau de rémunération, et qui serait compensée : soit par des baisses de temps de travail plus importantes (20 % pour 10 % de baisse salariale) soit par une prime qui sera délivrée dans deux ans si la situation est meilleure.

Lundi matin, les représentants des salariés se sont réunis en comité d’entreprise « dans une ambiance cordiale et calme » mais ne se sont pas prononcés sur ces mesures. « Le plan proposé n'est pas assez motivé. Les éléments qui nous ont été communiqués ne nous permettent pas d'avoir une photographie exacte de la situation de l'entreprise, de son nombre précis de salariés, de sa stratégie éditoriale… », a expliqué au Figaro Hervé Marchon, délégué syndical SNJ. Il ajoute : « C'est un plan injuste et insuffisant. Il porte essentiellement sur l'effort des salariés et ne comprend pas de volet de développement, lequel passe nécessairement par une recapitalisation. »

Mais les actionnaires ne souhaitent plus investir… Un nouveau comité d'entreprise doit se tenir à la fin du mois pour tenter de débloquer la situation. « Nous discuterons alors plus précisément du plan et nous rendrons un avis », conclut Hervé Marchon.

Voir également notre infographie de Libération ainsi que notre dossier : 40 ans de Libération, des maos aux bobos.

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux