Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
À Libération, le plan de réduction des salaires passe mal

16 janvier 2014

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | À Libération, le plan de réduction des salaires passe mal

À Libération, le plan de réduction des salaires passe mal

La situation est toujours aussi tendue en interne à Libération. Alors que le journal essuie baisse sur baisse des ventes et a enregistré une perte de 1,5 millions d’euros en 2013, les représentants des salariés discutent autour du plan d’économie proposé par la direction.

Celui-ci table sur 4 mil­lions d’é­conomies par an, dont la moitié sur la masse salar­i­ale, qui représente 20 mil­lions d’euros. Pour ce faire, les action­naires, qui refusent de financer un plan de départs volon­taires, ont pro­posé une baisse des salaires de 10 %, mod­u­la­ble en fonc­tion du niveau de rémunéra­tion, et qui serait com­pen­sée : soit par des baiss­es de temps de tra­vail plus impor­tantes (20 % pour 10 % de baisse salar­i­ale) soit par une prime qui sera délivrée dans deux ans si la sit­u­a­tion est meilleure.

Lun­di matin, les représen­tants des salariés se sont réu­nis en comité d’entreprise « dans une ambiance cor­diale et calme » mais ne se sont pas pronon­cés sur ces mesures. « Le plan pro­posé n’est pas assez motivé. Les élé­ments qui nous ont été com­mu­niqués ne nous per­me­t­tent pas d’avoir une pho­togra­phie exacte de la sit­u­a­tion de l’en­tre­prise, de son nom­bre pré­cis de salariés, de sa stratégie édi­to­ri­ale… », a expliqué au Figaro Hervé Mar­chon, délégué syn­di­cal SNJ. Il ajoute : « C’est un plan injuste et insuff­isant. Il porte essen­tielle­ment sur l’ef­fort des salariés et ne com­prend pas de volet de développe­ment, lequel passe néces­saire­ment par une recapitalisation. » 

Mais les action­naires ne souhait­ent plus inve­stir… Un nou­veau comité d’en­tre­prise doit se tenir à la fin du mois pour ten­ter de déblo­quer la sit­u­a­tion. « Nous dis­cuterons alors plus pré­cisé­ment du plan et nous ren­drons un avis », con­clut Hervé Marchon.

Voir également notre infographie de Libération ainsi que notre dossier : 40 ans de Libération, des maos aux bobos.

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.