Accueil | Actualités | Médias | 2012 : une « hécatombe » pour les journalistes
Pub­lié le 22 décembre 2012 | Éti­quettes : ,

2012 : une « hécatombe » pour les journalistes

Le bilan annuel 2012 publié par Reporters Sans Frontières s’est avéré particulièrement morbide.

En effet, selon les chiffres publiés ce mercredi 19 décembre, on relate en 2012 « 88 journalistes tués (+33 %), 879 journalistes arrêtés/interpellés, 1993 journalistes agressés ou menacés, 38 journalistes enlevés, 73 journalistes qui ont fui leur pays, 6 collaborateurs des médias tués, 47 net-citoyens et citoyens-journalistes tués » ainsi que « 144 blogueurs et net-citoyens arrêtés ». Ces 88 victimes dans l’exercice de leurs fonctions « ont été victimes de la couverture de conflits ou d’attentats, ou assassinés par des groupes liés au crime organisé (mafia, narcotrafic, etc), des milices islamistes ou sur ordre d’officiels corrompus ».

Christophe Deloire, secrétaire général de RSF, ajoute que « le nombre historiquement élevé de journalistes tués en 2012 est principalement imputable au conflit en Syrie, au chaos en Somalie et à la violence des taliban au Pakistan ». La Syrie, justement, a été baptisée « cimetière des acteurs de l’information » avec « au moins 17 journalistes, 44 citoyens-journalistes et 4 collaborateurs des médias ont été tués ». La Somalie et le Pakistan y sont également pour beaucoup avec respectivement 18 et 10 journalistes tués.

L’année 2012 a ainsi été, selon RSF, « l’année la plus meurtrière pour les journalistes depuis la première publication du bilan annuel de Reporters sans frontières en 1995 ».

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This