Accueil | Actualités | Médias | 2012 : une « hécatombe » pour les journalistes
Pub­lié le 22 décembre 2012 | Éti­quettes : ,

2012 : une « hécatombe » pour les journalistes

Le bilan annuel 2012 publié par Reporters Sans Frontières s’est avéré particulièrement morbide.

En effet, selon les chiffres publiés ce mercredi 19 décembre, on relate en 2012 « 88 journalistes tués (+33 %), 879 journalistes arrêtés/interpellés, 1993 journalistes agressés ou menacés, 38 journalistes enlevés, 73 journalistes qui ont fui leur pays, 6 collaborateurs des médias tués, 47 net-citoyens et citoyens-journalistes tués » ainsi que « 144 blogueurs et net-citoyens arrêtés ». Ces 88 victimes dans l’exercice de leurs fonctions « ont été victimes de la couverture de conflits ou d’attentats, ou assassinés par des groupes liés au crime organisé (mafia, narcotrafic, etc), des milices islamistes ou sur ordre d’officiels corrompus ».

Christophe Deloire, secrétaire général de RSF, ajoute que « le nombre historiquement élevé de journalistes tués en 2012 est principalement imputable au conflit en Syrie, au chaos en Somalie et à la violence des taliban au Pakistan ». La Syrie, justement, a été baptisée « cimetière des acteurs de l’information » avec « au moins 17 journalistes, 44 citoyens-journalistes et 4 collaborateurs des médias ont été tués ». La Somalie et le Pakistan y sont également pour beaucoup avec respectivement 18 et 10 journalistes tués.

L’année 2012 a ainsi été, selon RSF, « l’année la plus meurtrière pour les journalistes depuis la première publication du bilan annuel de Reporters sans frontières en 1995 ».

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux