Publicité numérique : la France en retard

Publicité numérique : la France en retard

Publicité numérique : la France en retard

Télécharger en PDF

La publicité numérique traîne des pieds en France alors que l’hexagone est le deuxième pays, après la Norvège, le plus connecté au monde.

Selon une étude menée par ZenithOptimedia, le digital devrait passer, pour la France, de 20,9 % à 24,6 % des investissements publicitaires en 2015. Le Royaume-Uni affichera quant à lui, à titre de comparaison, 41 %. Un retard du à la frilosité des entreprises françaises en période de crise. « Les annonceurs comme les agences ne sont pas vraiment engagés dans un cercle vertueux d’innovation et de prise de risque. Depuis le début de l’année, les uns comme les autres se replient sur des techniques de communication traditionnelles et ils n’hésitent pas à couper des budgets initialement alloués aux nouveaux médias », précise un connaisseur du secteur au Figaro.

« Les annonceurs français ne sont guère tentés par des nouveaux leviers comme le mobile ou la vidéo, qui sont devenus de vrais relais de croissance outre-Manche », ajoute Hélène Chartier, DG du Syndicat des régies Internet (SRI). Par contre, « en termes d’innovation, la France est plutôt en avance sur la data ou la publicité ciblée. Et le marché de la publicité sur mobile n’est pas encore normé », souligne Olivier Mazeron, président de Group M Interaction (WPP).

Crédit photo : sqback via SXC (cc)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook