A la une
Gros vent pour « Ouest France »

Gros vent pour « Ouest France »

Télécharger en PDF

Les difficultés de la presse écrite n’épargnent pas les titres régionaux. Ainsi, Ouest France, premier quotidien français en termes de diffusion avec plus de 750 000 exemplaires diffusés chaque jour en moyenne en 2012, connait d’importantes difficultés financières.

La direction du journal a annoncé un plan de départs volontaires concernant les ouvriers, employés et cadres. Les journalistes seraient pour le moment épargnés par ces mesures restrictives. Une situation toutefois inquiétante pour le quotidien qui emploie plus de 1500 personnes dont 550 journalistes professionnels et 2500 correspondants locaux.

Malgré d’importantes aides de l’État (plus de 15 millions d’euros entre 2009 et 2011), le grand quotidien régional peine à développer son lectorat, peut-être du fait d’un contenu éditorial trop convenu et aseptisé qui ne le différencie nullement des autres médias accessibles gratuitement. Le résultat d’exploitation fin août dernier avoisinait les – 6 millions d’euros, avec une projection pour fin décembre à – 5 millions. Selon Jacques Duquesne, le président de l’ « association pour le soutien des principes de la démocratie humaniste » qui détient 99,97% du groupe SIPA-Ouest-France, propriétaire du quotidien, « tous les efforts engagés ne suffisent pas à améliorer les résultats. L’entreprise vit un tournant, nous devons affronter ce problème et coordonner nos actions ».

Crédit photo : EdouardHue via Wikimédia (cc)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook