Des journalistes (encore) agressés par des « jeunes »

Des journalistes (encore) agressés par des « jeunes »

Des journalistes (encore) agressés par des « jeunes »

Télécharger en PDF

Des journalistes ont été agressés ce jeudi 28 mars 2013 à Montigny-en-Gohelle (Pas-de-Calais) alors qu’ils couvraient un fait divers lié à la mort d’un jeune homme, tué par des policiers.

En marge de ce fait divers, où un homme a été abattu par des policiers alors qu’il tentait de tuer l’un d’entre eux avec un ciseau, « une quarantaine de jeunes se sont rassemblés dans le quartier, certains lançant des pierres en direction des policiers qui ont répliqué en utilisant des gaz lacrymogènes. Ailleurs dans la ville, il y a eu de façon sporadique et assez éclatée d’autres incidents », indique Le Parisien.

C’est ainsi que des journalistes, venus couvrir sur place l’événement, ont été agressés « par des inconnus (sic) ». Un photographe de l’AFP s’est fait voler son appareil photo, un autre, de La Voix du Nord, a été agressé physiquement, et une journaliste de BFMTV a eu la vitre de son véhicule brisée.

Comme nous le précisions dans notre dossier, « Nique les journalistes ! », « depuis que les journalistes sont allés voir ce qui se passait vraiment dans les banlieues françaises, ils se font laminer par ceux-là même qu’ils redoutent plus que tout de « stigmatiser ». Et la situation a tellement dégénéré que la moindre enquête en « zone de non-droit » paraît s’apparenter à un reportage en zone de guerre ». Aussi « malgré les humiliations et les coups systématiques, l’invraisemblable sollicitude dont témoignent les médias français pour les « jeunes » semble toujours intacte, ce qui demeure un mystère pour le moins fascinant, à moins qu’elle ne prouve seulement la puissance infinie de l’aveuglement idéologique ».

Une fois de plus, les « jeunes » ont frappé.

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook