Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Une Saint-Sylvestre « sans incident notable », les éléments de langage aseptisés du ministre de l’intérieur repris par les médias de grand chemin

4 janvier 2023

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Une Saint-Sylvestre « sans incident notable », les éléments de langage aseptisés du ministre de l’intérieur repris par les médias de grand chemin

Une Saint-Sylvestre « sans incident notable », les éléments de langage aseptisés du ministre de l’intérieur repris par les médias de grand chemin

4 janvier 2023

Temps de lecture : 3 minutes

Ce contenu est gratuit. L’Ojim vous informe sur ceux qui vous informent. Son indépendance repose sur les dons de ses lecteurs. Après déduction fiscale, un don de 50 € revient à 17 €, un don de 100 € revient à 34 €.

Le ministre de l’intérieur Gérald Darmanin a le 1er janvier 2023 commenté la Saint-Sylvestre sur son compte Twitter de la façon suivante : « Merci aux 90.000 policiers et gendarmes engagés la nuit dernière pour le réveillon de la #SaintSylvestre, qui s’est déroulé sans incident notable ».

Le com­mu­niqué de presse du min­istère de l’Intérieur envoyé aux médias était tout aus­si ras­sur­ant : « L’année 2022 devient ain­si celle où le réveil­lon de la Saint-Sylvestre con­naît le moins de véhicules incendiés et le plus d’interpellations. En ce sens, les forces de l’ordre ont per­mis à nos conci­toyens de par­ticiper sur l’ensemble du ter­ri­toire à ces fes­tiv­ités dans un cli­mat sere­in ».

Des médias de grand chemin à l’unisson

Les médias de grand chemin ont rapi­de­ment repris les élé­ments de lan­gage asep­tisés du min­istre de l’intérieur, en y met­tant toute­fois les guillemets pour mon­tr­er qu’il s’agit de pro­pos rapportés :

  • France Info : « Nuit du Nou­v­el An 2023 : aucun “inci­dent notable” et 20% de voitures brûlées en moins, se réjouit Gérald Dar­manin ».
  • Paris Match : « Nou­v­el An: 20% de voitures brûlées en moins, aucun «inci­dent notable ».
  • Le Parisien : « Nuit du Nou­v­el An : 490 inter­pel­la­tions mais aucun «inci­dent notable ».
  • Libéra­tion souligne que « Le min­istre de l’Intérieur a pré­cisé qu’il n’y avait eu aucun «inci­dent notable» en France lors des célébra­tions » mais con­state que lors de la « nuit du réveil­lon : en 2023, on brûle moins les bag­noles mais on se fait plus inter­peller ».

La pre­mière impres­sion est tou­jours celle qui mar­que. Le lecteur des médias de grand chemin qui s’en est tenu à ces titres se dit que les choses vont en s’améliorant dans cette douce France. Et pourtant…

Des incidents si peu notables ?

Si le com­mu­niqué de presse du min­istère de l’Intérieur envoyé aux médias con­tient quelques élé­ments sur les faits de délin­quance com­mis durant la nuit de la Saint-Sylvestre, la baisse du nom­bre de voitures brulées par rap­port à l’année précé­dente est par­ti­c­ulière­ment mise en avant :

« Grâce à la mobil­i­sa­tion de 90 000 policiers et gen­darmes sur le ter­ri­toire nation­al, le nom­bre de véhicules brûlés est en diminu­tion his­torique de 21 % par rap­port à l’année précé­dente. 690 véhicules ont, ain­si, été incendiés, con­tre 874 en 2022. »

Autre élé­ment impor­tant : « Par ailleurs, les policiers et gen­darmes ont réal­isé 490 inter­pel­la­tions (441 en 2021), soit une hausse de 11%. »

Pour qui se donne de faire des recherch­es à par­tir d’autres sources que les médias de grand chemin et le min­istère de l’intérieur, les inci­dents « nota­bles » n’ont pour­tant pas man­qué durant la dernière nuit de l’année.

L’avis de la police

Le site de l’actualité des forces de l’ordre Actuforcesdel’ordre.fr qual­i­fie dif­férem­ment les « événe­ments » de la Saint-Sylvestre : « Le chaos partout en France. Une caserne de gen­darmerie attaquée. Des voitures brûlées… ».

La liste des inci­dents nota­bles fig­u­rant sur l’article en ligne sur le site est une longue litanie :

« À Nantes, une ving­taine de véhicules ont été incendiés. Les forces de l’ordre ont été la cible de tirs de mortiers d’artifice et de cock­tails Molotov.
À Amiens, même his­toire. Les forces de l’ordre ont été la cible de pro­jec­tiles et de tirs de mortiers.
À Pier­re­lat­te dans le Drôme, la caserne de gen­darmerie a été attaquée. Les faits se sont pro­duits peu avant 22h30. Des mortiers d’artifice ont été tirés con­tre la caserne de gendarmerie.
En Haute-Garonne, 41 incendies ont été compt­abil­isés. Un feu s’est notam­ment déclaré dans un foy­er d’accueil pour enfants à Auzeville-Tolosane. Par chance, ne faisant aucun blessé.
Sur la métro­pole Lyon­naise, une cinquan­taine de véhicules ont été incendiés. Dans le Bas-Rhin, à Mutzig, des gen­darmes et des pom­piers qui inter­ve­naient sur un incendie de poubelles ont essuyé des tirs de mortiers d’artifice. » 

De l’Isère à l’Ain en passant par le 93

Le site Fdes­ouche com­plète ce triste panorama :

À Séchili­enne, en Isère, « ce dimanche au petit matin, un feu de voiture s’est propagé à un autre véhicule, puis à des maisons. Un cou­ple de retraités a été sauvé des flammes par les gen­darmes qui ont pénétré dans l’habitation dont l’entrée était en feu. Une enquête a été ouverte. (…)
De nom­breux inci­dents ont émail­lé la nuit du jour de l’An un peu partout dans l’Ain. Les plus sérieux ont eu lieu à Bourg-en-Bresse et à Mex­imieux où policiers et gen­darmes ont été pris pour cibles par des tirs de mortiers d’artifice. Trois per­son­nes ont été inter­pel­lées dans la ville chef-lieu. (…)

On pour­rait aus­si évo­quer les affron­te­ments con­tre les forces de l’ordre en Seine-Saint-Denis, dans les Yve­lines, l’immeuble qui a dû être évac­ué à Orléans en rai­son de l’incendie d’une voiture à prox­im­ité, l’incendie de l’épicerie mobile du Sec­ours Pop­u­laire de Villeneuve‑d’Ascq, etc…

« L’ordre répub­li­cain » a été assuré lors de ce réveil­lon. Puisque l’on vous le dit : aucun inci­dent notable.

Voir aussi

Cet article GRATUIT vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés