Accueil | Actualités | Médias | Une journaliste corrézienne pistonnée par François Hollande
Pub­lié le 23 juillet 2015 | Éti­quettes : , ,

Une journaliste corrézienne pistonnée par François Hollande

Selon Le Canard Enchaîné, François Hollande serait intervenu directement pour recaser une journaliste de France Bleu Limousin. Fermée le 26 juin pour cause de restrictions budgétaires, la station locale faisait vivre quatre journalistes auxquels le chef de l'État, « toujours sensible aux affaires corréziennes », aurait promis qu'ils seraient recasés « où ils/elles voulaient ».

C'est ainsi qu'une journaliste vedette des ondes tullistes a explicitement réclamé une mutation à France Bleu Pays Basque. Or dans cette station, le seul poste à pourvoir « était affecté d'avance à une pigiste régulière et incontestée, d'autant plus légitime qu'elle parle le basque », note l'hebdomadaire satirique.

Mais Mathieu Gallet, PDG de Radio France, n'a rien voulu savoir. Soucieux de s'attirer les bonnes grâces présidentielles, il a exigé que la « protégée corrézienne » occupe le poste. Tant pis pour la pigiste…

Une ingérence qui a fortement déplu aux syndicats, qui ont aussitôt dénoncé le scandale que constituait ce « fait du prince ». Dans l'embarras, Mathieu Gallet a alors appelé un conseiller de l'Élysée. Les deux hommes ont trouvé un compromis : créer un poste supplémentaire, spécialement pour la favorite du Président.

Un paradoxe quand on sait que Radio France prévoit un vaste plan de restrictions budgétaires avec quelque 350 départs volontaires à la clé...

Voir notre infographie de Radio France

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This