Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Un homme armé prend d’assaut Libération
Un homme armé prend d’assaut Libération

18 novembre 2013

Temps de lecture : 3 minutes

Accueil | Veille médias | Un homme armé prend d’assaut Libération

Un homme armé prend d’assaut Libération

Un homme armé prend d’assaut Libération

Un homme armé est entré ce lundi matin au siège du journal Libération. Il a tiré plusieurs coups de feu à l’aide d’un fusil à pompe ou d’un fusil de chasse avant de prendre la fuite.

Vers 10h15, il ouvre le feu sur un assis­tant-pho­tographe, extérieur à Libéra­tion, qui venait assis­ter le pho­tographe Lau­rent Bochet lors d’une séance pour le sup­plé­ment Next. Celui-ci, prénom­mé César, est griève­ment blessé à l’abdomen et au tho­rax et son pronos­tic vital est engagé. Selon François Ser­gent, directeur adjoint de la rédac­tion de Libéra­tion, l’homme a usé d’un fusil à « canon scié », « touchant le pho­tographe dans le dos ».

Une heure plus tard, un homme au pro­fil sim­i­laire ouvre le feu sur l’entrée de la tour de la Société Générale à la Défense. Plusieurs vit­res sont brisées mais aucun blessé n’est à déplor­er. « J’étais en bas en train de fumer une cig­a­rette quand tout à coup j’ai enten­du un énorme pétard. J’ai vu ce type avec une cas­quette, son fusil à la main, un fusil à pompe », déclare un témoin, Fran­cis­co Alvarez.

Vers 13h30, un auto­mo­biliste est pris en otage à Nan­terre et dépose l’homme armé devant l’hôtel Georges V sur les Champs-Élysées. Ce dernier, qui serait le même que le tireur de Libéra­tion et de la Société Générale, a ensuite dis­paru dans le métro.

Selon BFM TV, il s’agirait bien du même homme qui avait fait irrup­tion dans leurs locaux ven­dre­di dernier. Armé et de pro­fil sim­i­laire, il avait men­acé un jour­nal­iste et un rédac­teur en chef. « La prochaine fois je ne vous louperai pas », avait-il prévenu avant de quit­ter les lieux d’un pas calme et déterminé.

L’homme aurait la quar­an­taine et serait vêtu d’une longue par­ka vert-kaki. Il porte un sac en ban­doulière et une cas­quette. Le site de Jean-Marc Moran­di­ni le qual­i­fie déjà de « crâne rasé » (alors que la cas­quette ne per­met pas d’en savoir plus). Selon cer­taines sources, il serait « lour­de­ment armé » et équipé d’un « fusil et de grenades ». Les recherch­es se pour­suiv­ent inten­sive­ment dans la cap­i­tale et un héli­cop­tère a même été mobil­isé pour la traque. En atten­dant l’arrestation du sus­pect, la pro­tec­tion des sièges des grands médias a été renforcée.

Un homme armé prend d’assaut Libération

Cliquez pour télécharg­er notre info­gra­phie de Libération

Les réactions

Depuis le drame, les réac­tions se mul­ti­plient dans les médias et les chaînes d’information en con­tin­ue tour­nent à plein régime. Dans un com­mu­niqué, François Hol­lande a fait part de son « émo­tion » et a « demandé au min­istre de l’Intérieur de mobilis­er tous les moyens pour éclair­cir les cir­con­stances de ces actes et arrêter le ou les auteurs. »

« Dans ce hall d’en­trée de Libéra­tion, il y a eu une scène de guerre qui n’a rien à voir avec la démoc­ra­tie. Ce drame touche bien sûr la rédac­tion de Libéra­tion mais aus­si tous les jour­nal­istes de notre pays et nos com­pa­tri­otes. (…) Il ne peut y avoir de place pour ceux qui s’at­taque­nt aux lib­ertés fon­da­men­tales », a déclaré le min­istre de l’Intérieur, Manuel Valls, présent devant le siège de Libéra­tion. Le directeur de la pub­li­ca­tion de Libé, Nico­las Demor­and, a fait part de son inquié­tude : « On est les témoins hor­ri­fiés d’un drame. Quand on entre avec un fusil dans un jour­nal, dans une démoc­ra­tie c’est très très grave, quel que soit l’état men­tal de cette per­son­ne. » Et celui-ci d’ajouter : « Nous ne voulons pas tra­vailler avec un rideau pare-balles. » De son côté, Fab­rice Rous­selot, directeur de la rédac­tion, a dénon­cé sur BFM TV un cer­tain « cli­mat (…) depuis qu’on a pris posi­tion con­tre le racisme ». La min­istre de la Cul­ture, Aurélie Fil­ip­pet­ti, a pour sa part avancé qu’il s’agissait de « la pre­mière fois qu’un organe de presse est ain­si frap­pé », oubliant au pas­sage les attaques con­tre le jour­nal Minute, enne­mi juré du moment : incendie crim­inel en 1963, bombe en 1971, paquet piégé en 1972, et atten­tat à la bombe d’Action Directe en 1985. Une con­férence de presse se tien­dra au siège de Libéra­tion à 18h, a annon­cé Nico­las Demor­and. Une cel­lule psy­chologique a été mise en place pen­dant que la traque de l’homme armé se pour­suit tou­jours dans Paris.

 

Crédit pho­to : Anaëlle Grondin via Twit­ter (DR)

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Arthur Dreyfuss

PORTRAIT — Le ben­jamin de l’état-major de Patrick Drahi n’en finit pas de mon­ter dans la hiérar­chie d’Altice.

Cyril Hanouna

PORTRAIT — Incar­na­tion de la « télé-poubelle », Cyril Hanouna truste les suc­cès et les places dans le Paysage Audio­vi­suel Français (PAF) en tant que pro­duc­teur, ani­ma­teur sur D8 avec « Touche pas à mon poste » et de radio à Europe 1 ou acteur de cinéma.

Christian Terras

PORTRAIT — C’est un homme qui appa­rait régulière­ment dans les médias quand il s’agit de faire le procès de l’Église catholique. Présen­té comme « théolo­gien », ou comme un « grand spé­cial­iste du catholi­cisme », il est con­sid­éré comme un inter­locu­teur val­able et objectif.

Mélissa Theuriau

PORTRAIT. Incar­na­tion vivante de la mix­ité heureuse et bour­geoise, cette grande prêtresse de la tolérance offi­cie depuis l’île-Saint-Louis, loin des car­cass­es de voitures brûlées et des vapeurs de haschich.

Audrey Pulvar

PORTRAIT — Audrey Pul­var est née le 21 févri­er 1972 à Fort-de-France (Mar­tinique). Son père, Marc Pul­var, est le fon­da­teur du Mou­ve­ment indépen­dan­tiste mar­tini­quais et secré­taire de la cen­trale syn­di­cale des tra­vailleurs mar­tini­quais (CSTM).