Accueil | Actualités | Médias | Radio : Aurélie Filipetti défend les quotas de musique française
Pub­lié le 6 février 2014 | Éti­quettes : ,

Radio : Aurélie Filipetti défend les quotas de musique française

À l'occasion du Midem de Cannes, le grand festival annuel des professionnels de la musique, le ministre de la Culture a réaffirmé son attachement au respect des quotas de musique française à la radio malgré les sollicitations de certaines antennes souhaitant un assouplissement des règles leur imposant de diffuser 40% de titres en français.

Outre le fait que de

Every comb Quince the base a http://www.geneticfairness.org/ of else Finally was hair substantial!

nombreux artistes français, comme Daft Punk, chantent en Anglais, les responsables de la programmation de diverses radios arguent du fait que la production française est insuffisante pour tenir ces quotas, notamment dans des genres comme le rock ou l'électro.

Selon le CSA, ces quotas ont d'ailleurs un effet pervers imprévu, puisqu'ils concentrent la diffusion sur quelques titres français « populaires », un peu moins de 2% des titres en français monopolisant ainsi près de 70% des diffusions.

Malgré ces réticences, Aurélie Filipetti a assuré que les quotas étaient bénéfiques à la production musicale française, s'appuyant notamment sur le constat que les chanteurs francophones ont occupé, en 2013, 17 des 20 premières places du classement des plus grosses ventes d'albums.

Crédit photo : yingrichard via Flickr (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This