Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
PPDA devra bien verser 400 000 euros à TF1

19 janvier 2014

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | PPDA devra bien verser 400 000 euros à TF1

PPDA devra bien verser 400 000 euros à TF1

Le contentieux entre Patrick Poivre d’Arvor et TF1 a trouvé son terme après 4 ans de procédures judiciaires.

L’ancien présen­ta­teur du JT de 20h a ain­si été con­damné, par la Cour de cas­sa­tion, à vers­er la somme de 400 000 euros à TF1. PPDA avait été pour­suivi par la chaîne en 2009 pour avoir rompu « l’obligation de non-cri­tique » signé entre lui et cette dernière suite à son licen­ciement – en com­pen­sa­tion duquel il avait touché près de 3,5 mil­lions d’euros d’indemnités. En novem­bre 2011, il avait été con­damné en pre­mière instance par le TGI de Nan­terre à vers­er 400 000 euros de dom­mages et intérêt à TF1. Il avait immé­di­ate­ment fait appel.

Mais la Cour de cas­sa­tion vient de con­firmer cette con­damna­tion, ne la jugeant « pas anor­male ». « Alors que l’intéressé savait per­tinem­ment que la presse allait relay­er ses cri­tiques ; que ces man­que­ments ont donc indu­bitable­ment causé un préju­dice d’image impor­tant à la société TF1 et à ses dirigeants présen­tés sous un jour peu flat­teur ; que mon­sieur Poivre d’Arvor ayant perçu au titre de l’indemnité com­plé­men­taire trans­ac­tion­nelle une somme de 1 353 333,24 euros, il ne paraît pas anor­mal que l’appelant soit tenu de pay­er des dom­mages-intérêts, à hau­teur de 400 000 euros, représen­tant moins du tiers de cette indem­nité », peut-on lire dans le juge­ment.

L’affaire est défini­tive­ment close après 4 ans devant les tri­bunaux.

Crédit pho­to : Okki via Wiki­me­dia (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Paul Amar

PORTRAIT — Paul Amar est né le 11 jan­vi­er 1950 à Con­stan­tine (Algérie) de Charles (agent de la SNCF) et Julie Ghenas­sia. La famille sera rap­a­triée en 1961 et s’installera dans la région lyon­naise.