Accueil | Portraits | Sarah Constantin

Sarah Constantin

Une militante aux seins nus

Dernière mod­i­fi­ca­tion le 14/10/2018

Peu de monde connaissait Sarah Constantin avant son exhibition seins nus lors du happening des Femen le 1er mai 2015, à l’occasion du défilé du Front National. Elle a pourtant un solide passé militant, ce qui ne l’empêche pas d’être employée par France 4 (France Télévisions) pour réaliser — entre autres — des « reportages » à charge sur ses adversaires politiques.

Sarah Con­stan­tin est née en 1985 aux Lilas (Seine-Saint-Denis). Elle est jour­nal­iste, reporter, dessi­na­trice et chanteuse (ama­teur). Elle est égale­ment porte-parole du groupe activiste fémin­iste « Femen » en France.

Sarah Con­stan­tin mul­ti­plie donc les cas­quettes, mais aus­si les médias, presse ou vidéo, pour lesquels elle tra­vaille. Elle est notam­ment reporter pour l’émission « L’Autre JT » sur France 4, écrit pour Grazia et col­la­bore à Char­lie Heb­do. Elle est aus­si passée par Trax, VSD, Tech­nikart, Amuse­ment, Dou­ble, Glamour.fr, Vogue.fr, GQ, et la radio Le Mouv’.

Formation

Non ren­seigné.

Parcours professionnel

2007

Le nom de Sarah Con­stan­tin appa­raît pour la pre­mière fois dans le numéro Hors Série « Trax » de Tech­nikart. Elle écrit alors prin­ci­pale­ment sur la musique.

2009

Sarah Con­stan­tin écrit pour le mag­a­zine de mode féminin Vogue. Elle se con­cen­tre tou­jours sur la musique mais aus­si sur la mode et l’art. Elle crée son entre­prise dans le domaine « autre créa­tion artis­tique », domi­cil­iée dans le 20e arrondisse­ment de Paris.

2011

La fémin­iste laisse sa plume s’égarer dans le mag­a­zine men­su­el GQ, con­sacré à la mode mas­cu­line, au style et à la cul­ture. Cette même année, Sarah Con­stan­tin débar­que sur la radio Le Mouv’. Une radio des­tinée au jeune pub­lic.

2012

Sarah Con­stan­tin rédi­ge un arti­cle pour le mag­a­zine Grazia inti­t­ulé « Des bars dédiés à la mas­tur­ba­tion ? ». Elle par­ticipe à une soirée du jour­nal Obses­sion, le cahi­er « ten­dances » de L’Obs, soirée à laque­lle par­ticipe notam­ment le cou­turi­er Karl Lager­feld.

2013

Sarah Con­stan­tin s’associe avec l’ex-dessinateur de Char­lie Heb­do, Luz. Ensem­ble, ils mon­tent une expo­si­tion de dessins pornographiques réal­isés sur des Bibles écrites en latin. Cette expo­si­tion portera le nom de « Kink­i­ness » (« pra­tiques sex­uelles déviantes » en anglais) et se déroulera au Musée de l’érotisme à Paris. À tra­vers cette expo­si­tion les deux amis veu­lent cass­er « les bar­rières entre artiste et mod­èle, éro­tisme et pornogra­phie, fan­tasme et quo­ti­di­en­neté, moder­nité et clas­si­cisme ». À cette occa­sion une cinquan­taine de cro­quis inspirés du corps de Sarah Con­stan­tin seront réal­isés par Luz et exposés. Luz con­fiera que lorsque Sarah Con­stan­tin ne pou­vait pos­er devant lui, elle lui envoy­ait des « sex­tos » avec pho­tos éro­tiques pour l’aider. Les Bibles util­isées pour l’exposition sont des Bibles de tra­vail pour sémi­nar­istes, avec de larges marges sur les côtés pour per­me­t­tent d’y laiss­er des notes, ou dans le cas présent des dessins de Sarah Con­stan­tin nue.

L’exposition dur­era plusieurs mois, du 21 novem­bre 2013 au 4 mai 2014.

Cette même année, tou­jours en com­pag­nie de Luz, Sarah Con­stan­tin lancera dans l’hebdomadaire satirique Char­lie Heb­do la bande dess­inée inti­t­ulée « Stouf Le Skin ». Sarah Con­stan­tin éla­bore alors les scé­nar­ios que Luz met par la suite en image. Luz décrit ain­si cette petite bande dess­inée :

« Je voudrais ajouter qu’à l’aune de cette nou­velle péri­ode élec­torale­ment et démoc­ra­tique­ment som­bre j’ai entamé avec la jour­nal­iste Sarach Con­stan­tin au scé­nario, une nou­velle série con­sacrée à nos “amis” les fas­cistes. Plutôt que de faire de Marine Le Pen le per­son­nage cen­tral, nous nous sommes con­cen­trés sur cette périphérie nation­al­iste que l’extrême droite offi­cielle essaie tant bien que mal de mas­quer, mais qui reste une de ses bases mil­i­tantes. Toutes les semaines, nous con­tons les aven­tures de Stouf le Skin dans Char­lie Heb­do… L’idée est venue suite à l’assassinat de Clé­ment Méric en juin 2013. His­toire de ne pas oubli­er que le giron du Front Nation­al, il y a tou­jours le rassem­ble­ment des bêtes immon­des… »

2014

Sarah Con­stan­tin par­ticipe au lance­ment de l’émission « L’Autre JT » sur la chaîne de télévi­sion France 4. Un pro­gramme se voulant « con­tes­tataire, fougueux, drôle, rad­i­cal et indigné ». Elle est alors propul­sée reporter pour l’émission. Voici un flo­rilège des titres traités par « l’Autre JT » :

  • Une mosquée pour tous
  • Longuet ou la vie à grand train
  • Salon de l’auto, salon macho ?
  • Hayange, bilan d’une ville FN
  • Russie-FN : un gros chèque pour un petit coup de pouce
  • J’ai infil­tré les sur­vival­istes d’Alain Soral
  • Au nom des migrants
  • IVG : le com­bat con­tin­ue
  • Pegi­da : un mou­ve­ment anti-islam en Alle­magne
  • Michèle Alliot d’Arabie

Cette même année son nom appa­raît dans le jour­nal Grazia, un mag­a­zine heb­do­madaire féminin français spé­cial­isé dans la mode, la beauté et les peo­ple, lancé en 2009.

2015

Le 1er mai 2015, place de l’Opéra, à Paris, elle est l’une des trois Femen qui inter­rompent un rassem­ble­ment du Front Nation­al lors du dis­cours de Marine Le Pen. Seins nus, arbo­rant « Heil Le Pen » en majus­cules noires, coif­fées de per­ruques blondes, elles sur­gis­sent sur un des bal­cons de l’hôtel Inter­Con­ti­nen­tal et font toutes trois le salut Hitlérien. Évac­uées sans ménage­ment par le ser­vice d’ordre du FN, elles sont accusées d’exhibition sex­uelle.

2016

Avec une autre Femen, Elvire D. Charles, elle enreg­istre un clip qui détourne le morceau Saint-Valentin d’Orelsan afin de répon­dre aux clips sex­istes d’Orelsan, Boo­ba, Karis etc. après l’acquittement du pre­mier par la cour d’appel de Ver­sailles le 18 févri­er 2016 – il était pour­suivi pour provo­ca­tion à la dis­crim­i­na­tion, à la haine et à la vio­lence et la Cour l’a acquit­té au nom de la « lib­erté d’expression ».

Collaborations

En 2011 elle créée avec deux hommes le groupe de musique « Col­latéral » où elle se fait chanteuse. Le groupe se décrit lui-même ain­si sur sa page Face­book : « Col­lat­er­al est un trio mixte aux relents syn­thé­tiques mais d’inspiration élec­trique sus­ci­tant occa­sion­nelle­ment de flat­teuses com­para­isons avec des légen­des oubliées de la min­i­mal wave de sous-pré­fec­ture et les pro­duc­tions Ital­ians Do It Bet­ter ».

Publications

Toutes les filles se trans­for­ment en Grem­lins après minu­it (avec Luz – dessin –, Anaïs Del­croix et Sarah Con­stan­tin – scé­nario). Bande dess­inée parue en 2014 chez Del­court G. Pro­duc­tions. Un ouvrage se décrivant comme « anti­con­formiste ».

Ce qu’elle gagne

Non ren­seigné.

Parcours militant

Nous retrou­vons Sarah Con­stan­tin au début de l’apparition des Femen en France, à savoir en 2013. Année durant laque­lle elle témoigne dans Paris Match au nom de ses « com­pagnons de com­bat » incar­cérés en Tunisie. « Évidem­ment que le com­bat con­tin­ue, il ne s’est pas arrêté une seule sec­onde », déclare-t-elle notam­ment.

Elle par­ticipe dès lors à de nom­breuses cam­pagnes du mou­ve­ment Femen. Nous la voyons par exem­ple ici en train de per­turber une séance au Sénat con­sacré à la pros­ti­tu­tion en cri­ant « Êtes vous macs ou séna­teurs ? ».

En févri­er 2014, Sarah Con­stan­tin, accom­pa­g­née de Luz et Charb, se rend dans la ville de Dieppe. Elle y est présente pour soutenir le maire com­mu­niste Sébastien Jumel dans sa per­ma­nence poli­tique où elle dédi­cac­era le livre Marine dégage ! Durant cette journée de sou­tien un dessin de Charb est remis à toute per­son­ne sou­tenant la cam­pagne du maire com­mu­niste (Sébastien Jumel sera réélu à 50,37% des voix).

Le 7 jan­vi­er 2015, jour des atten­tats con­tre Char­lie Heb­do, Sarah Con­stan­tin tweete : « je suis dévastée, j’ai per­du des frères, des mil­i­tants, des amis. #JeSu­is­Char­lie ».

En févri­er 2015, pour l’émission « l’Autre JT », Sarah Con­stan­tin inter­roge l’artiste Com­bo auteur du graf­fi­ti ou le mot « coex­ist » est écrit avec les sym­bol­es religieux des trois grandes reli­gions du monde. À cette occa­sion elle se laisse pren­dre au jeu et colle à son tour des affich­es « coex­ist » dans les rues de Paris.

Le 23 mars 2015 elle présente en com­pag­nie d’autres Femen le livre-man­i­feste des Femen.

Le 1er mai 2015, elle appa­raît au grand jour comme une porte-parole du mou­ve­ment Femen en France après l’action anti-FN à l’occasion de l’hommage annuel de ce par­ti à Jeanne d’Arc. Sarah Con­stan­tin fait alors par­tie du trio de femmes seins nus au bal­con d’un hôtel per­tur­bant le dis­cours de la prési­dente du FN, Marine Le Pen, en cri­ant «  Heil Le Pen ». Slo­gan par ailleurs inscrit sur son corps. Une action qui lui vau­dra d’être invitée sur les plateaux de BFMTV et du « Petit Jour­nal » de Canal+.

Elle a dit

« J’espère qu’un jour on arrivera à ce que ce soit aus­si évi­dent de lut­ter de manière directe con­tre le dog­ma­tisme religieux que con­tre le FN », Sarah Con­stan­tin, Libéra­tion, 2015.

« On n’a jamais cher­ché à être aimées par tout le monde, on n’est pas un groupe de rock stars féminines », Sarah Con­stan­tin à pro­pos du mou­ve­ment Femen, Libéra­tion, 2015.

« On a réus­si à sabot­er de manière paci­fique ce 1er mai, nor­male­ment dédié au FN (…) On va tou­jours se bat­tre con­tre le Front Nation­al », Sarah Con­stan­tin sur BFMTV à la suite de l’action des Femen au 1er mai du Front Nation­al, 2015.

« Elle est en train de devenir le Führer de la nation, c’est en tout cas ce qu’elle voudrait être », Sarah Con­stan­tin à pro­pos de Marine Le Pen sur BFMTV à la suite de l’action des Femen au 1er mai du Front Nation­al, 2015.

« Ils n’ont pas eu le temps de nous frap­per, mais je pense que c’était leur but », Sarah Con­stan­tin à pro­pos du ser­vice d’ordre du Front Nation­al, Le Parisien, 2015.

« Nos seins ne sont pas des organes sex­uels, nous util­isons nos seins de manière poli­tique et mil­i­tante et non de manière éro­tique », Sarah Con­stan­tin, Le Parisien, 2015.

Sa nébuleuse

Le groupe d’activiste fémin­iste « Femen » ; Car­o­line Fourest ; Luz, Charb et Char­lie Heb­do de manière générale ; la radio Le Mouv’.

Galerie photos

Ce portrait a été financé par les donateurs de l’OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l’Observatoire du jour­nal­isme, c’est con­tribuer au développe­ment d’un out­il indépen­dant, libre­ment acces­si­ble à tous et à votre ser­vice.

Notre site est en effet entière­ment gra­tu­it, nous refu­sons toute pub­lic­ité et toute sub­ven­tion — ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépen­dance. En don­nant 100 € vous financez un por­trait de jour­nal­iste et avec l’avan­tage fis­cal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En don­nant 200 € vous financez un dossier. Vous pou­vez régler par CB, par Pay­Pal, par chèque ou par vire­ment. Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim ! Nous n’avons pas d’autres sources de finance­ment que nos lecteurs, d’avance mer­ci pour votre sou­tien.

35% récolté
Nous avons récolté 700€ sur 2.000€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Téléchargez l’application

L'Ojim sur iTunes Store