Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Prune Antoine

6 mars 2020

Temps de lecture : 8 minutes
Accueil | Portraits | Prune Antoine

Prune Antoine

Quand les « Xennials » prennent la plume

Née en 1981 à Épinal, Prune Antoine est journaliste d’investigation. Également auteur, elle se fait le porte-voix de la génération des femmes post-68.

La jour­nal­iste naît à Epinal en 1981. Elle est la mère d’une petite fille depuis 2019.

Jour­nal­iste d’investigation indépen­dante, elle est spé­cial­isée dans les pays européens de l’Est et de l’ancienne URSS. Elle réside au cours de sa vie dans de nom­breux pays européens – France, Hon­grie, Espagne et Angleterre, pour finale­ment se fix­er à Berlin. Elle dresse sur son blog www.plumaberlin.com un por­trait sans con­ces­sions de sa ville d’adoption. Elle n’écrit par con­tre qu’en français.

Jour­nal­iste mul­ti­primée, elle pub­lie dans de nom­breux jour­naux et mag­a­zines, par­mi lesquels Géo, L’Obs, Médi­a­part, M le mag­a­zine du Monde, XXI, Rue89, Madame Figaro ou encore Elle et Grazia.

Elle est égale­ment auteur avec deux ouvrages fort bien accueil­lis par la cri­tique, La Fille et le moud­jahi­dine, et L’heure d’été. Dans le sec­ond, un roman cette fois, elle évoque le quo­ti­di­en et les inter­ro­ga­tions des femmes de sa généra­tion, obsédée par la lib­erté et sa pro­pre indépen­dance.

Formation

Prune Antoine sort diplômée en 2003 d’un mas­ter de droit inter­na­tion­al et de sci­ence poli­tique de l’université de Nan­cy.

Parcours professionnel

Après ses études et de nom­breux voy­ages, Prune Antoine s’installe un temps à Paris où elle se lance dans le jour­nal­isme grâce à plusieurs stages.

En 2005, elle obtient son pre­mier emploi en tant que rédac­trice en chef de la ver­sion française chez Cafeba­bel, un mag­a­zine par­tic­i­patif en ligne écrit en six langues « par et pour les jeunes en Europe ». Le poste répond au sen­ti­ment de la jour­nal­iste d’être européenne avant tout et son intérêt pour l’Europe post-sovié­tique. On trou­ve tou­jours en ligne quelques arti­cles de la jour­nal­iste datant de 2013 : « Aube dorée : le dia­ble porte un chapelet » sur le leader du par­ti poli­tique grec, « Koso­vo : dépouille et d’os », sur les per­son­nes tou­jours portées dis­parues depuis la guerre du Koso­vo, et « Sila Şahin, actrice : “la reli­gion est une ques­tion irra­tionnelle” », une inter­view de l’actrice alle­mande d’origine turque musul­mane qui avait choqué sa com­mu­nauté en posant nue en une de Play­boy.

Ses enquêtes s’intéressent en pri­or­ité au monde post-sovié­tique : elle analyse dans les anciens pays mem­bres de l’URSS les con­séquences de l’effondrement du bloc sovié­tique, les con­flits poli­tiques et mil­i­taires actuels, et leur impact sur les femmes.

En 2004, elle mène une enquête sur la jeunesse polon­aise livrée à elle-même suite à l’entrée de la Pologne dans l’Union Européenne, à cause de l’émigration de nom­breux par­ents vers l’Angleterre et l’Irlande. Le reportage est pub­lié en 2009 sur Médi­a­part. Il lui vaut une pre­mière récom­pense pour son tra­vail d’investigation, le prix Louise-Weiss.

En 2008, elle quitte Paris pour Berlin, amoureuse d’un alle­mand. Elle y réside depuis et pub­lie son regard sur la cap­i­tale alle­mande et la jeunesse qui y réside sur son blog www.plumaberlin.com.

En 2009, elle s’intéresse aux armes chim­iques et con­ven­tion­nelles immergées par les Alliés en 1945 en mer Bal­tique. Le reportage, inti­t­ulé « Une poudrière sous la Bal­tique », est pub­lié dans le mag­a­zine Géo en 2014 et obtient en 2015 le prix Eco-Reportages.

En 2011, elle signe un reportage pub­lié dans M, le mag­a­zine du Monde et dans Elle sur les femmes vio­lées durant la guerre en Bosnie.

En 2012, elle par­ticipe au reportage de Lil­iane Thomas sur l’opposition fémi­nine à Vladimir Pou­tine avec « 24H avec les (autres) Pussy Riot ».

En 2013, elle ren­con­tre à Berlin un jeune immi­gré de 20 ans avec lequel elle noue une ami­tié. Elle décide avec son accord de suiv­re son par­cours, entre ten­ta­tives d’intégration et ten­ta­tion de la rad­i­cal­i­sa­tion. Leurs échanges don­nent lieu au pre­mier ouvrage de Prune Antoine, La fille et le moud­jahi­dine, pub­lié en 2015 aux édi­tions Car­nets nord.

En 2014, elle signe un reportage en douze chapitres dif­fusés sur Cafeba­bel sur les trafics d’organes au Koso­vo. Son tra­vail d’enquête lui vaut un sec­ond prix Louise-Weiss.

Entre 2011 et 2014, elle signe quelques reportages dans Le Figaro Madame sur les femmes européennes ; « Les Polon­ais­es sont les femmes les plus entre­prenantes d’Europe », le 8 décem­bre 2014, ou encore « À Berlin, les filles dopent la Sil­i­con Allee », le 21 octo­bre 2013).

En 2016, elle pub­lie sur Médi­a­part « Bruits de la guerre en plein cœur de l’Europe », une enquête sur la re-mil­i­tari­sa­tion de Kalin­ingrad.

Elle tra­vaille actuelle­ment pour L’Obs, dont elle est cor­re­spon­dante à Berlin depuis son instal­la­tion dans la cap­i­tale alle­mande en 2008, et pour la chaîne de télévi­sion fran­co-alle­mande Arte pour l’émission « Karam­bo­lage ».

En 2019, elle pub­lie son deux­ième ouvrage, L’Heure d’été, aux édi­tions Anne Car­rière qui suit l’histoire amoureuse de Vio­lette, pigiste trente­naire et Mir, pho­tographe alle­mand, à Berlin. Le sujet comme la plume acerbe de l’auteur fait écho aux arti­cles qu’elle pub­lie sur Welove­words qui évo­quent avec légèreté les ren­con­tres et l’intimité amoureuse de l’auteur et de ses con­tem­po­rains à Berlin.

Parcours militant

La jour­nal­iste n’a pas d’engagement mil­i­tant à pro­pre­ment par­ler au-delà des opin­ions qu’elle affiche. Elle se définit elle-même dans le descrip­tif de son pre­mier ouvrage, La Fille et le moud­jahi­dine, comme « fémin­iste ».

C’est notam­ment avec cet éclairage par­ti­c­uli­er qu’elle dresse dans son sec­ond ouvrage, L’heure d’été, le por­trait de Vio­lette, jeune trente­naire dont les inter­ro­ga­tions au sujet de la mater­nité et des rela­tions amoureuses font écho à celles d’une généra­tion.

À titre per­son­nel, les répons­es de la jour­nal­iste à ces inter­ro­ga­tions sont claires. Dans une inter­view accordée à Green and the City et pub­liée en mars 2019, elle présente la con­géla­tion d’ovocytes comme une révo­lu­tion poten­tielle d’une aus­si grande ampleur que la pilule pour les femmes. Elle lui appa­raît comme la pos­si­bil­ité pour les femmes de con­cili­er tra­vail et indépen­dance, et désir de mater­nité tardif. Elle signe d’ailleurs dans Grazia un arti­cle sur le sujet dès octo­bre 2014, « Gel­er ses ovo­cytes pour ne pas gel­er sa car­rière ».

Dans la même inter­view, elle plaide pour « un droit à l’avortement uni­versel, dans toute l’Europe » face aux dif­férences de lég­is­la­tion entre les dif­férents pays du con­ti­nent. « Des Alle­man­des vont se ren­dre en Pologne pour se faire insémin­er et des Polon­ais­es vont en Alle­magne pour se faire avorter… C’est com­plète­ment ubuesque. »

Elle par­ticipe en 2018 au pro­jet fémin­iste Sis­ters of Europe, plate­forme en faveur de l’« empow­er­ment » des femmes et visant à faire des propo­si­tions con­crètes au Par­lement Européen sur les ques­tions féminines.

Collaborations

En 2018, Prune Antoine par­ticipe en tant que rédac­trice en chef au pro­jet fémin­iste Sis­ters of Europe. Le pro­jet, mon­té avec Eli­na Makri, jour­nal­iste indépen­dante grecque cherche à rassem­bler à tra­vers toutes l’Europe des femmes autour de trois objec­tifs, édi­to­r­i­al, publique et poli­tique. La plate­forme du pro­jet pro­pose des inter­views de femmes inspi­rantes de tous les pays d’Europe. Le regroupe­ment cherche égale­ment à lancer le débat sur les ques­tions féminines en Europe. Par con­séquent, le mou­ve­ment souhaite égale­ment être une force de lob­by­ing, avec des propo­si­tions con­crètes sur ces ques­tions au niveau européen.

Publications

En 2015, Prune Antoine pub­lie aux édi­tions Car­net Nord La Fille et le moud­jahi­dine, soit l’histoire d’une ami­tié entre une fémin­iste et un appren­ti salafiste. L’ouvrage n’est pas un roman puisqu’il se base sur une expéri­ence vécue, celle de l’auteur, Prune Antoine, qui ren­con­tre durant l’été 2013 alors qu’elle bronze seins nus au bord d’un lac Dja­har, un jeune homme deman­deur d’asile dont la famille a fui le Cau­case. Le jeune homme devient au fil du réc­it – et de ses échanges avec la jour­nal­iste – de plus en plus fasciné par le dji­had et la guerre en Syrie, pour laque­lle il songe à par­tir. A tra­vers ce réc­it, la jour­nal­iste explore les dif­fi­cultés d’intégration des jeunes issus de l’immigration en Europe et leur dif­fi­culté à con­cili­er pays d’arrivée et orig­ines.

En 2019, elle pub­lie son sec­ond ouvrage et pre­mier roman, L’Heure d’été, aux édi­tions Anne Car­rière. Le roman arrive final­iste du prix Goncourt du pre­mier roman 2019. À tra­vers l’histoire d’amour de Mir et Vio­lette, Prune Antoine dresse un por­trait de la ville alle­mande et des Xen­ni­als, ceux nés entre 1977 et 1983. L’ouvrage abor­de dif­férents sujets de société au tra­vers de ses per­son­nages, comme les nou­velles tech­nolo­gies, les migrants ou encore le pop­ulisme. Un des sujets clefs du roman est celui de la mater­nité dans le con­texte con­tem­po­rain : avorte­ment, PMA, con­géla­tion d’ovocytes… le lecteur décou­vre les tiraille­ments des femmes con­tem­po­raines, entre désir d’indépendance et désir d’enfant, sur fond d’amours libres pas tou­jours réussies.

Récompenses

Elle obtient grâce à ses reportages deux prix Louise-Weiss, en 2010 dans la caté­gorie Junior, et en 2014 dans la caté­gorie décryptage. Elle obtient égale­ment en 2009 le Young Euro­pean Jour­nal­ist Award et en 2015 le prix Eco-Reportages. Elle avait égale­ment été sélec­tion­née pour l’European Press Prize.

Elle reçoit enfin en 2017 le Prix Chef­fan­jon du Reportage mul­ti­mé­dia.

Elle est final­iste du prix Goncourt du pre­mier roman en 2019.

Ce qu’elle gagne

Non con­nu

Elle l’a dit

Sur le jour­nal­isme d’investigation, dans un por­trait que lui con­sacre Le Petit Jour­nal le 16 décem­bre 2015 : « le jour­nal­isme s’ap­prend sur le ter­rain, si tu es curieux et débrouil­lard, il n’y a pas de rai­son pour que ça ne fonc­tionne pas ».

Sur son ouvrage L’heure d’été : « Je suis arrivée à l’âge de 35 ans, en ayant d’énormes inter­ro­ga­tions : Est-ce que je veux avoir un enfant ? Pas d’enfant ? Je pense que cette valse d’hésitations exis­ten­tielles con­cerne de plus en plus de femmes de ma généra­tion. On est dans une palette de choix : on a accès à la con­tra­cep­tion, à l’avortement, aux tech­niques de PMA… […] par rap­port à nos grand-mères et nos arrière-grand-mères, la ques­tion de l’enfant, elle peut vrai­ment se pos­er. Ce n’est pas un truc qui s’impose, c’est pas un truc qui arrive et con­tre lequel on ne peut rien faire, c’est un choix mûre­ment réfléchi. Et comme avec tout choix de vie à faire, il va y avoir une phase de « oui/non », qui peut osciller. Ça, c’était le fil rouge, sur quoi je voulais écrire avant tout.
Après, j’avais envie de par­ler d’une romance mod­erne. J’ai gran­di avec ces his­toires d’amour incroy­ables, où on se promet tout, c’est la folle pas­sion. On ne sait pas ce qu’il se passe après, une fois que le cheva­lier a con­quis sa belle. Et je con­state aujourd’hui que les rela­tions sont hyper com­pliquées. […]
Ensuite, il y a la ques­tion européenne, qui est une ques­tion impor­tante aujourd’hui, et bien sûr, j’avais envie de par­ler de Berlin, une ville où je vis depuis quand même onze ans, qui m’inspire énor­mé­ment au quo­ti­di­en et dont les trans­for­ma­tions sont absol­u­ment folles
.» dans une inter­view accordée à Green and the City et pub­liée en mars 2019.

Sur ce qu’est devenu Berlin : « je ne peux que con­stater qu’il y a une stan­dard­i­s­a­tion énorme, les gens qui vien­nent à Berlin, par exem­ple, n’ont pas du tout les mêmes pro­fils qu’avant. Et ce qui est très agaçant, c’est ce côté « Berlin trop cool, le Berghain, les soirées ». Les nuits berli­nois­es sont van­tées et sur-ven­dues main­tenant. Mar­ketées. Tout le monde se doit d’avoir été au Berghain, sous amphé­t­a­mines, de dire que c’est génial » dans une inter­view accordée à Green and the City et pub­liée en mars 2019.

Sur la ques­tion de la mater­nité : « Pour moi le bas­tion biologique est le dernier bas­tion vers l’égalité avec les hommes. Les hommes peu­vent s’accomplir, devenir ce qu’ils sont jusqu’à 40–45 ans, à un moment don­né ils ont tou­jours le moyen de rebi­quer, et faire un enfant. Pour les femmes à cet âge, c’est ter­miné, et pour moi c’est une véri­ta­ble injus­tice. » dans une inter­view accordée à Green and the City et pub­liée en mars 2019.

Sur la mater­nité comme fac­teur d’inégalité entre les sex­es, dans dans un arti­cle de Grazia du 30 octo­bre 2014, « Gel­er ses ovo­cytes ou gel­er sa car­rière » : « On peut con­trôler sa fer­til­ité, pas sa fécon­dité. J’ai con­solé trop de copines qui, ayant décidé d’avoir des enfants après 35 ans, se retrou­vaient sur le car­reau. […] L’essor des tech­nolo­gies de la PMA ne fait que mas­quer la cru­elle iné­gal­ité entre les sex­es : à 38 ou 39 ans, une femme belle, intel­li­gente, sportive, arrive au cré­pus­cule de ses capac­ités repro­duc­tives. Les mecs, eux, n’ont même pas à se pos­er la ques­tion. »

Sur la con­géla­tion d’ovocytes, dans un arti­cle de Grazia du 30 octo­bre 2014, « Gel­er ses ovo­cytes ou gel­er sa car­rière » : « À la trentaine, on bas­cule dans ce que les soci­o­logues appel­lent “l’heure de pointe” de la vie. Survient le doute. Les hési­ta­tions. Acide hyaluronique ou auto­bron­zant ? Parce que grandir – ou vieil­lir –, c’est choisir. Celle qui se dit “sere­ine” à 30 ans est folle ou bien elle ment.
Éman­ci­pa­tion ou pas, des décen­nies après Mai-68 et la loi Neuwirth, la trentaine mar­que la date d’expiration de la lib­erté fémi­nine. Le corps, les amis, la famille vous inti­ment de faire des choix
. »

On l’a dit à son sujet

« Elle ne passe pas par qua­tre chemins pour dire ce qu’elle pense » d’après Lud­mi­la Rougeot dans une inter­view accordée à Green and the City et pub­liée en mars 2019.

Sur son pre­mier roman, L’Heure d’été sur Let­tres-it-be, site web de cri­tique lit­téraire : « Par sim­plic­ité, on pour­rait dire qu’il y a du Houelle­becq ou du Despentes chez Prune Antoine. Par facil­ité, on pour­rait se con­tenter de saluer les sail­lies ver­bales, les acid­ités et les réflex­ions bien sen­ties. Par con­ci­sion, on pour­rait féliciter l’auteure pour sa verve et son humour. Mais il y a tout cela à la fois, d’une façon si bien dosée et con­stru­ite qu’il est impos­si­ble de ne pas tomber en admi­ra­tion. Et si le véri­ta­ble hom­mage pour traduire ce plaisir de lec­ture était de recon­naître qu’il y a, tout sim­ple­ment, du Prune Antoine dans ce livre ? »

L'Ojim fait sa rentrée

Bonjour à tous, après quelques semaines de vacances au cours desquelles nous avons sélectionné les meilleurs articles du premier semestre, nous reprenons le cours normal de nos parutions. Bonne rentrée pour certains d'entre vous, bonne fin de vacances pour les autres et bonne lecture pour tous.

Procès Ramzi Khiroun contre Ojim/Claude Chollet : la première audience a eu lieu

La première audience s’est déroulée le 7 octobre 2020 au nouveau Palais de Justice de Paris devant la 17ème chambre qui suit les délits de presse. Notre avocat Maître Benoît Derieux a choisi de plaider la nullité pour vice de forme. Si l’avocat de la partie adverse était présent, Monsieur Ramzi Khiroun ne s’est pas présenté. Compte-rendu dans notre article du 12 octobre.