Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Nelson Monfort

18 mai 2019

Temps de lecture : 7 minutes
Accueil | Portraits | Nelson Monfort

Nelson Monfort

Trop poly…glotte pour être honnête ?

« Je ne fais pas par­tie de ceux qui met­tent les hommes poli­tiques au pilori. Je crois au con­traire qu’il y a beau­coup d’hommes poli­tiques qui s’investissent énor­mé­ment, pour sim­ple­ment essay­er de ren­dre la vie de leurs conci­toyens un peu meilleure. »

Nelson Monfort est un journaliste sportif français né en mars 1953 à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) d’une mère néerlandaise et d’un père américain qui, lors de la seconde guerre mondiale, a servi auprès du général Patton durant la bataille des Ardennes, en décembre 1944. Grâce à l’éducation de ses parents, Nelson Monfort assure disposer d’une culture internationale qui le met à l’abri de tout chauvinisme. Marié, deux enfants. Sa fille Victoria présente périodiquement « Voyage au bout de la nuit » sur la chaîne C8.

Parcours professionnel

Le jeune Nel­son est très studieux. Il passe une licence de droit, intè­gre Sci­ences Po Paris et se spé­cialise dans les rela­tions inter­na­tionales. En 1976, il part un an aux États-Unis, effectuer un stage à San Fran­cis­co dans le domaine de la finance. Il en revient bilingue, avec cet anglais nasil­lard qui va faire son suc­cès. En atten­dant, il aban­donne la finance et se lance dans le jour­nal­isme. Il col­la­bore à divers pub­li­ca­tions : His­to­ria, Le Quo­ti­di­en de Paris, Le Figaro, Ten­nis Mag­a­zine, Mon­tagne Mag­a­zine, Le Jour­nal du Dimanche, et surtout … Le Pro­grès de Lyon, où il fait la con­nais­sance d’André Chêne, le père du jour­nal­iste sportif Patrick Chêne, qui tra­vaille déjà à la télé. Mon­fort donne égale­ment de la voix sur RMC et Europe 1. Mais c’est le 11 octo­bre 1987 que sa car­rière prend un tour décisif. Pour FR3, à l’issue du tournoi féminin du Cap d’Agde, il inter­viewe, en anglais, les deux final­istes, les cham­pi­onnes améri­caines Chris Evert et Mar­ti­na Navratilo­va. Mani­ant égale­ment l’espagnol et l’italien, le poly­glotte invente une nou­velle pro­fes­sion : « inter­vieweur sportif ». Et depuis 25 ans, pour France Télévi­sions, que ce soit au bord des piscines, sur les pistes d’athlétisme, à Roland-Gar­ros ou sur les pati­noires, il plante son micro sous le nez des cham­pi­ons. Bien que ses détracteurs le surnom­ment « mets l’son moins fort », il est con­sid­éré comme le jour­nal­iste le plus pop­u­laire de France.

Dates clés

De 1989 à 1996 : il com­mente le golf sur France 3 et présente l’émission « L’heure du Golf ».

1990 : son pre­mier Roland-Gar­ros.

Févri­er 1992 : Albertville. Ses pre­miers Jeux olympiques d’hiver.

Juil­let-août 1992 : Barcelone. Ses pre­miers Jeux Olympiques d’été.

1995 : il assure les com­men­taires du pati­nage artis­tique.

2005 : pour le pati­nage, il est asso­cié à l’ancien cham­pi­on Philippe Can­de­loro, pour for­mer un duo « comique », dont les mar­i­on­nettes font bien­tôt leur entrée aux « Guig­nols de l’info », sur Canal Plus.

Extras

1999 : il partage le micro avec Fabi­enne Egal pour présen­ter « Jeux sans fron­tières ».

2009 : aux côtés de son com­plice Philippe Can­de­loro, il ani­me « Inter­villes »

Un blâme

Le 20 mai 2009, Nel­son Mon­fort est invité à Dis­ney­land Paris pour faire la pro­mo­tion de « Fête le mur », une asso­ci­a­tion créée par Yan­nick Noah pour dévelop­per le ten­nis dans les quartiers défa­vorisés. Or quelques jours plus tard, sur France 4, pour par­ler ten­nis à l’occasion du tournoi de Roland-Gar­ros, il reçoit… Mick­ey, enfin sa mar­i­on­nette en peluche. Pour cette pub déguisée, il récoltera un blâme de la direc­tion de France Télévi­sions.

Une suspension

En févri­er 2011, à la veille des cham­pi­onnats d’Europe d’athlétisme en salle, on apprend que, par­al­lèle­ment à son rôle d’intervieweur sur France 2, il sera con­sul­tant spé­cial du site inter­net athlenergy.com, financé par Are­va, le géant français du nucléaire. Une dou­ble cas­quette qui provoque la polémique. Le jour­nal­iste sportif de France 2, Alain Ver­non, syn­diqué à la CGT, réclame une sanc­tion exem­plaire pour le « récidi­viste ». Pour calmer le jeu, Daniel Bilalian, le patron des sports sur le ser­vice pub­lic, sus­pend pro­vi­soire­ment d’antenne Mon­fort, qui ne com­mentera donc pas les cham­pi­onnats d’Europe en salle.

Un clash

A France 2, Nel­son partage son bureau avec Patrick Mon­tel, en com­pag­nie duquel, sur les stades, il com­mente l’athlétisme. Or de retour après un reportage, en mai 2012, Mon­tel con­state la dis­pari­tion d’une armoire dans laque­lle il con­ser­vait toutes ses archives, notam­ment des cas­settes vidéo. Il mène l’enquête et apprend du per­son­nel d’entretien que ses pré­cieuses cas­settes ont été mis­es au rebut, à la demande d’un jour­nal­iste que l’armoire exas­pérait. Le jour­nal­iste « exas­péré » s’appelle Nel­son Mon­fort. Fou de rage, Patrick Mon­tel, sur son blog, le 3 mai, brosse un por­trait au vit­ri­ol de Mon­fort, titré : « Mon col­lègue est un délin­quant ».

Il croit en Dieu…

De con­fes­sion protes­tante, Nel­son Mon­fort croit en Dieu. Et invité dans « le jour du seigneur », l’émission religieuse de France 2, il a fait des con­fi­dences. On a ain­si appris qu’avant Roland-Gar­ros, il demandait ser­vice au bon Dieu : « Lorsqu’arrive chaque année le tournoi de Roland-Gar­ros, j’ai un petit endroit, une sorte de petite chapelle, à Boulogne, dans laque­lle je me rends, pour qu’il m’aide à ce que tout se passe bien. J’ai l’impression que ça m’aide pas mal. Et quand ça se passe par­ti­c­ulière­ment bien, j’y retourne après le tournoi pour dire mer­ci. C’est un petit rit­uel sym­pa­thique. »

… et aux extra-terrestres

Le 10 févri­er 2007, sur le plateau de « On n’est pas couché », l’émission de Ruquier sur France 2, Nel­son Mon­fort fait une révéla­tion. Une nuit, il a vu un OVNI. Avec son épouse, il assure avoir observé, à la sta­tion des Arcs, en 1985, « un objet rec­tan­gu­laire très bril­lant qui ne fai­sait aucun bruit et volait à une allure réduite, et qui soudain est par­ti à une vitesse folle ». Depuis, il est pas­sion­né par les phénomènes para­nor­maux, et con­va­in­cu de l’existence des extrater­restres, comme, selon lui, « 48% des Français ». Il con­sacre un livre à cette pas­sion, OVNI : sommes-nous seuls ? (Michel Laf­fon, 2019).

Un humour pas toujours fair-play

Le 30 juil­let 2010, lors d’un dis­cours à Greno­ble, le prési­dent Nico­las Sarkozy annonce des mesures choc pour expulser les Roms. A‑t-il alors exer­cé une mau­vaise influ­ence sur Nel­son Mon­fort ? Une semaine plus tard, se dis­putent en Roumanie, à Bucarest, les cham­pi­onnats d’Europe de nata­tion. Au micro, Nel­son, avec à ses côtés une con­sul­tante, Rox­ana Maracineanu, d’origine roumaine. Lors d’une inter­view de la nageuse Aurore Mon­gel, Nel­son Mon­fort lui lance, hilare : « Rox­ana est votre pre­mière sup­por­t­rice et la tré­sorière de votre fan-club. Atten­tion parce qu’avec les Roumains, il faut faire atten­tion sur ce plan-là. » Déjà aux Jeux Olympiques d’hiver de Van­cou­ver, en févri­er 2010, il avait com­mis des jeux de mots qui n’amusaient pas les asso­ci­a­tions de lutte con­tre le racisme. Amené à com­menter des épreuves de sprint sur glace (le short-track, où fig­urent de nom­breux asi­a­tiques), il avait déclaré, après la chute de la Coréenne Ha-Ri Cho, que « l’équipe d’haricot était cuite » ; et devant la pro­fu­sion des Lee, il avait pro­posé de « refaire les Lee », pour faire des « lits au car­ré ».

Accusé de misogynie

En févri­er 2014, il com­mente aux côtés de Philippe Can­de­loro les épreuves de pati­nage artis­tique des Jeux Olympiques d’Hiv­er de Sotchi. Des téléspec­ta­teurs, ain­si que des ath­lètes, s’indig­nent alors de remar­ques por­tant sur le physique des ath­lètes, et pronon­cées, dans un reg­istre humoris­tique, par le binôme. L’an­cien jour­nal­iste sportif de France Télévi­sions, Pierre Ful­la, va jusqu’à par­ler de “pol­lu­tion sonore”, tan­dis que la min­istre du droit des femmes, Najat Val­laud-Belka­cem, évoque le rôle du CSA dans les ques­tions rel­a­tives au sex­isme dans les médias. Dans l’émis­sion C à vous du 26 févri­er 2014, Nel­son Mon­fort répond à ces cri­tiques : « Ça m’a blessé parce que c’est tout sim­ple­ment faux. Vous savez, je suis mar­ié et père de deux filles. Dire que je suis sex­iste est telle­ment ridicule, telle­ment éloigné de la vérité, que je ne peux pas répon­dre.» Il se déclare par ailleurs sol­idaire de Philippe Can­de­loro, qui a tenu la majorité des pro­pos mis en cause.

Violons d’Ingres

Il aime la musique clas­sique, l’opéra, le théâtre, la lit­téra­ture russe, la cui­sine japon­aise, Jean Fer­rat, dont il a écrit une biogra­phie (Jean Fer­rat, édi­tions du Rocher, 2011), et con­naît 50 chan­sons par cœur. De 2007 à 2009, sur Radio Clas­sique, il a présen­té l’émission « Les Mélodies de Nel­son ».

Bibliographie

  • Nel­son Mon­fort hors antenne, édi­tions Solar, 2000
  • C’est à vous, Nel­son !, édi­tions du Moment, 2009
  • Jean Fer­rat, édi­tions du Rocher, 2011
  • Appren­dre l’Es­pag­nol avec la méth­ode de langue Nel­son Mon­fort, Berlitz, 2011
  • Appren­dre l’anglais avec la méth­ode de langue Nel­son Mon­fort, Berlitz, 2011
  • Le Roman de Lon­dres, édi­tions du Rocher, 2012
  • Le Roman de Charles Trenet, édi­tions du Rocher, 2013
  • Sport Mes héros et légen­des, édi­tions Place des Vic­toires, 2013
  • Les Per­les des jour­nal­istes sportifs, édi­tions For­tu­na, 2015
  • OVNI : sommes-nous seuls ?, Michel Laf­fon, 2019

Il l’a dit

Sur la reli­gion : « Je fréquente sou­vent intime­ment le Seigneur. Ce sont sou­vent des moments d’écoute et de musique. Dans ma tête, j’ai des airs religieux de Bach pra­tique­ment toute la journée, et ça m’aide énor­mé­ment. Enor­mé­ment. C’est une musique per­ma­nente, c’est une clarté, c’est une lumière », Le Jour du Seigneur.

Sur son père, qui a servi le général Pat­ton durant la bataille des Ardennes : « Mon père, “ce héros au sourire si doux”, le poème de Vic­tor Hugo, ça lui allait admirable­ment bien. C’est quelqu’un auquel j’essaye timide­ment de ressem­bler mais j’en suis fort loin. En tout cas, ça me donne un recul néces­saire et indis­pens­able par rap­port au mirage de la fonc­tion que j’exerce », Radio Télévi­sion Suisse, 8 juil­let 2012.

Sur le racisme : « Le pire, c’est quand au terme d’épreuves comme les Jeux Olympiques ou les cham­pi­onnats du monde d’athlétisme, qui sont un véri­ta­ble arc en ciel de couleurs, je reçois des let­tres, anonymes évidem­ment, pour me dire que je fais l’apologie des Noirs », Radio Télévi­sion Suisse.

A pro­pos de l’OVNI qu’il a vu : « Je ne suis pas un illu­miné. Je ne bois jamais une goutte d’alcool. Vous n’êtes pas oblig­és de me croire mais je sais ce que j’ai vu », févri­er 2007, « On n’est pas couché ».

Ils ont dit

Alain Ver­non, délégué CGT à France Télévi­sions, suite à la col­lab­o­ra­tion de Nel­son Mon­fort avec Are­va : « C’est un pleur­nichard qui a été pris la main dans le pot de con­fi­ture. Et un récidi­viste, en plus. On attend tou­jours un geste fort de la direc­tion de France Télévi­sions. »

Patrick Mon­tel, sur son blog le 3 mai 2012, après la destruc­tion de ses archives, ordon­née par Nel­son Mon­fort : « J’en suis arrivé à la con­clu­sion qu’un tel com­porte­ment n’était en rien dic­té par la volon­té de nuire. Que son atti­tude n’était dic­tée que par le con­fort de sa seule per­son­ne. Pour cet homme poli et avenant, les autres n’existent pas. Ils ne sont que des vir­tu­al­ités com­modes, des miroirs dans lequel se reflète l’égoïsme mon­strueux. »

« Des JO de merde com­men­tés par deux trous du cul », Char­lie Heb­do 2014

Crédit pho­to : jerome choain via Wiki­me­dia (cc)

Voir aussi

Related Posts

None found

Censure dans les médias et sur les réseaux sociaux

L'étau se resserre chaque semaine sur la liberté d'opinion et d'expression. Pour combattre la censure il faut déjà l'identifier.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).