Accueil | Portraits | Mourad Guichard

Mourad Guichard

Militant journaliste

« À Orléans, le blog ani­mé par le jour­nal­iste Mourad Guichard affichait un engage­ment sans nuances aux côtés de la gauche et l’extrême-gauche locale », « LibéOr­léans, c’est fini ! Mourad Guichard con­tin­ue », Loirenet.tv, 05/05/2011.

Homme de réseau de la gauche orléanaise, militant et journaliste, il est souvent difficile de démêler le militantisme du journalisme avec Mourad Guichard. Car les prises de positions politiques de ce correspondant du quotidien Libération dans ses articles couplées à des attaques incessantes et virulentes à l’encontre de la « droite » au sens le plus large du terme (les idées comme les hommes) sont quasi-pavloviennes. Les ingrédients de la polémique sont systématiquement les mêmes : le retour des Méchants (homophobes, racistes, intégristes, sécuritaires, pro-vie, etc.) avec le plus souvent des exemples insignifiants, réactions des partis politiques ou associations qu’il côtoie au Forum des Droits Humains d’Orléans (voire « collaboration » et « nébuleuse ») et enfin, reprise de l’information par d’autres médias.

Parcours professionnel

Depuis jan­vi­er 2005, Mourad Guichard est cor­re­spon­dant à Orléans pour la région Cen­tre au quo­ti­di­en Libéra­tion. Il écrit des papiers pour les rubriques Société, Cul­ture, Poli­tique, Économie et Médias. Entre 2008 et 2011, il s’est occupé du site local de Libéra­tion.

Avant 2005, « il offi­cia un temps » à La République du Cen­tre « avant de pub­li­er un papi­er jugé un tan­ti­net trop imper­ti­nent », « Mourad Guichard : l’œil de Libéra­tion », La Nou­velle République du Cen­tre-Ouest, 06/04/2006.

Ancien pigiste à la Tri­bune d’Orléans. Source : « LibéOr­léans, c’est fini ! Mourad Guichard con­tin­ue », Loirenet.tv, 05/05/2011.

Parcours militant

Sep­tem­bre 2013 : Ani­ma­teur de la pre­mière réu­nion publique organ­isée par Tahar Ben Chaa­bane (voir sa nébuleuse), con­seiller munic­i­pal et can­di­dat aux élec­tions munic­i­pales 2014 à Orléans (3,23% des voix) en tant que tête de liste d’« Orléans Pour Tous », sur le thème de l’éducation (vidéo). La liste Orléans pour tous con­duite par M Ben Chaa­bane et Alege Messi­na est de fait une liste com­mu­nau­tariste « en-dehors des par­tis poli­tiques » et où « les quartiers périphériques de la ville sont représen­tés ».

En guerre ouverte avec Serge Grouard, maire d’Orléans

Depuis plusieurs années, Mourad Guichard mène une véri­ta­ble guerre à l’encontre du maire UMP d’Orléans, Serge Grouard. On ne compte plus les arti­cles où il tire à boulet rouge sur cet édile jugé trop à droite. De son côté, le député-maire a déposé, en octo­bre 2008, une plainte en diffama­tion con­tre le jour­nal­iste Mourad Guichard et le directeur de pub­li­ca­tion de Libéra­tion de l’époque, Lau­rent Jof­frin. Serge Grouard n’avait pas appré­cié d’être qual­i­fié de « fas­ciste act­if » sur le site Inter­net LibéOr­léans. Ce qual­i­fi­catif ne prove­nait cepen­dant pas de la plume de Mourad Guichard mais d’un com­men­taire de l’article « Pari gag­né pour Jean-Pierre Sueur » posté par un con­tribu­teur anonyme déclarant : « bref, je hais le PS et sa dém­a­gogie mais bon y’a des fois où y’a pas trop le choix, je préfère un dém­a­gogue inef­fi­cace à un fas­ciste act­if per­so… un fas­ciste act­if ». Quelques années plus tard, lors du con­seil munic­i­pal du 21 octo­bre 2011, Serge Grouard avait publique­ment mis en cause l’impartialité de Mourad Guichard pour jus­ti­fi­er l’interdiction de l’accès à l’une de ses con­férences de presse deux semaines aupar­a­vant. Serge Grouard s’était expliqué en mon­trant la charte d’éthique des jour­nal­istes dont il avait lu un extrait : « Un jour­nal­iste digne de ce nom tient l’esprit cri­tique, la vérac­ité, l’exactitude, l’intégrité, l’équité, l’impartialité pour les piliers de l’action jour­nal­is­tique. Je suis au regret de vous dire que ces con­di­tions ne me sem­blent pas totale­ment rem­plies dans le cas de la per­son­ne que vous avez citée ». Pour appuy­er son argu­men­ta­tion, le maire citait un arti­cle de Mourad Guichard sur la charte des mariages, paru quelques mois plus tôt, et qui répandait selon lui « des choses qui sont fauss­es ». Suite à ces pro­pos le 15 novem­bre 2012, Serge Grouard était mis en exa­m­en pour diffama­tion publique à l’encontre de Mourad Guichard. Le jour­nal­iste de Libéra­tion jus­ti­fi­ait ain­si cette judi­cia­ri­sa­tion de la lib­erté d’expression : « Nous lui avons pour­tant lais­sé, mon avo­cat et moi, jusqu’au délai légal (soit 3 mois moins un jour) pour qu’il puisse présen­ter des excus­es. Ce qu’il n’a pas fait. Dès lors, il ne me lais­sait d’autre choix que de porter l’affaire devant les tri­bunaux. »

Ce qu’il gagne

Non ren­seigné.

Publications

Aucune.

Collaborations

Avril 2013 : Inter­venant à la table ronde « Lib­erté des médias et poli­tique » à la 2ème Ren­con­tre du Jour­nal­isme engagé et du Media Libre organ­isé par Radio Vas­sivière.

Novem­bre-décem­bre 2012 : Ani­ma­teur d’une con­férence « Plus de démoc­ra­tie dans la jus­tice ? » au 10ème forum des Droits Humains ayant pour thème « La démoc­ra­tie par­lons-en ». (voir nébuleuse)

Novem­bre 2011 : Par­tic­i­pant à la table-ronde « De la fragilité de la presse écrite à l’émergence du média glob­al » organ­isée par le Forum des Droits Humains.

Novem­bre 2011 : Ani­ma­teur d’un débat inter­ac­t­if « autour de l’emploi, le social, la pro­duc­tion, le ser­vice pub­lic » lors d’un forum organ­isé par la CGT sec­tion mines-énergie sur le thème « L’énergie c’est la vie : une chance pour la région Cen­tre ».

Mai 2011 : Inter­venant au débat « La place de la presse dans la fab­ri­ca­tion de la démoc­ra­tie locale » à l’occasion des Assis­es de la démoc­ra­tie locale et de la vie asso­cia­tive.

Mai 2011 : For­ma­teur pour CENTRAIDER sur le thème « apprenez à adapter votre com­mu­ni­ca­tion ».

Décem­bre 2010 : Par­tic­i­pant à la table ronde « De la fragilité de la presse écrite à l’émergence du média glob­al » à l’occasion du 8ème forum des droits humains organ­isé par le Réseau Forum des Droits Humains d’Orléans sur le thème « Droit de savoir et droit de faire savoir ».

Octo­bre 2009 : Grand témoin des ren­con­tres du tourisme respon­s­able en région Cen­tre sur le thème « Vers un nou­veau mod­elé de développe­ment touris­tique » organ­isées par CENTRAIDER et la région Cen­tre.

Mai 2009 : Ani­ma­teur d’une réu­nion plénière lors du Forum social local de résis­tance à la crise mon­di­ale organ­isé « avec le sou­tien de : Les Verts ; Par­ti Com­mu­niste Français ; Nou­veau Par­ti Ant­i­cap­i­tal­iste ; Fédéra­tion Anar­chiste ; Par­ti Social­iste ; Par­ti de Gauche »

Mai 2007 : For­ma­teur pour CENTRAIDER pour présen­ter « com­mu­ni­ca­tion, médias et sol­i­dar­ité inter­na­tionale ». CENTRAIDER est « un réseau région­al mul­ti-acteurs, au ser­vice de toutes les struc­tures engagées dans des pro­jets de coopéra­tion décen­tral­isée et/ou de sol­i­dar­ité inter­na­tionale (col­lec­tiv­ités ter­ri­to­ri­ales, asso­ci­a­tions, étab­lisse­ments sco­laires, hôpi­taux, uni­ver­sités, etc.). »

Novem­bre 2006 : Inter­venant au débat organ­isé par le Par­ti Com­mu­niste Français (PCF) « le plu­ral­isme de la presse : un enjeu démoc­ra­tique ? » avec Pierre Lau­rent, directeur de la rédac­tion de l’Humanité.

Il l’a dit

« J’ai testé moi-même, le don [d’un sac de cannabis] jusqu’au bout de la démarche. Quand ils don­nent un sac, il y a peut-être pour un fumeur moyen fumant deux pétards par jour, il y en a pour un mois et demi »,« Inter­view Mourad Guichard Sur le cannabis dans le Loiret », stree­tre­porters, 28/12/2007

« Choisie pour représen­ter la Jeanne d’Arc 2014, Félic­ité Lemaire de Marne, 17 ans, une jeune catholique pra­ti­quante, lycéenne dans le privé, avait main­tenu, sur sa page Face­book, des sou­tiens osten­si­bles aux éma­na­tions du Print­emps français, Homen, Hol­lande dégage ! On ne lâche rien… hos­tiles au mariage gay. (…)  »,« Jeanne d’Arc 2014 met le mariage gay au bûch­er », Libéra­tion, 08/05/2014

« A Libé, quand on aime, on aime franche­ment. Et quand on donne son papi­er, c’est comme si on présen­tait un sujet à des copains »,« Mourad Guichard : l’œil de Libéra­tion », La Nou­velle République du Cen­tre-Ouest, 06/04/2006.

« En page d’accueil de sa rubrique “la ville recrute”, la ville d’Orléans annonce, non pas la couleur, mais le sexe des pré­ten­dants. Un directeur est for­cé­ment mâle dom­i­nant. Son assis­tante, une femelle. Bref, l’ordre sécu­laire du monde patri­ar­cal per­dure », « Ville d’Orléans: des offres d’emploi claire­ment sex­uées », Libéra­tion, 10/11/2009

« Han­nah est une jeune Mal­gache instal­lée en France avec son com­pagnon et son enfant. Étu­di­ante en alter­nance, elle pos­sède un titre de séjour par­faite­ment en règle. Lorsqu’elle se présente au guichet de la Sem­tao, la société ges­tion­naire des trans­ports dans l’agglomération orléanaise, pour y établir une carte de trans­port et souscrire un abon­nement annuel, l’accueil manque cru­elle­ment de chaleur. Voire de légal­ité », « La guichetière, la Mal­gache et le tick­et de tram », Libéra­tion, 27/10/2009

« Ce lance­ment de cam­pagne à la sauce UMP fleure bon la méth­ode Coué. Cha­cun des acteurs se per­suade que la région est gagnable. Mais l’outrancier cumul des man­dats qui résonne comme un pos­tu­lat, leur per­met de se dire qu’en cas de défaite, la mar­mite con­tin­uera de bouil­lir. Avec croû­tons et lar­dons », « Dans le Cen­tre, l’UMP cul­tive sa cam­pagne entre “couleu­vres” et “niais­eries” », Libéra­tion, 04/12/2009

« Michel Mar­tin, le maire-adjoint orléanais en charge des finances, n’est pas un politi­cien clas­sique. Il a une con­cep­tion plus fine de l’action publique, ce qui le place au-dessus du panier. Là où l’on peut observ­er l’ensemble des mou­ve­ments pour en tir­er le meilleur prof­it. Dans l’intérêt général, va sans dire », « Michel Mar­tin, le poli­tique du panier gar­ni », LibéOr­léans, 19/04/2011

« Cham­pi­on des arrêtés munic­i­paux à car­ac­tère répres­sif (men­dic­ité, mineurs, pros­ti­tu­tion, bivouac et même une charte des mariages) et réélu pour un troisième man­dat, Serge Grouard, député-maire UMP d’Orléans (Loiret) », « A Orléans, le maire vise les immi­grés », Libéra­tion, 05/04/2014

Sa nébuleuse

Forum des Droits Humains (www.fdh-orleans.fr) : Le Forum des Droits Humains d’Orléans « est un regroupe­ment d’associations de la région orléanaise  ayant pour objet la défense et la pro­mo­tion des droits humains, en référence à la déc­la­ra­tion uni­verselle des droits de l’Homme de 1948 ». Ce réseau regroupe divers mou­ve­ments poli­tiques comme ATTAC Loiret (mou­ve­ment alter­mon­di­al­iste) ou l’association des Amis de l’Humanité (du nom du quo­ti­di­en com­mu­niste) ; antiracistes comme la Ligue des Droits de l’Homme, ou homo­sex­uels comme Groupe d’Action Gay et Les­bi­en.

Cen­traider : asso­ci­a­tion loi de 1901 financée par la région Cen­tre présidée par le social­iste François Bon­neau.

Ils ont dit

« À Orléans, le blog ani­mé par le jour­nal­iste Mourad Guichard affichait un engage­ment sans nuances aux côtés de la gauche et l’extrême-gauche locale. Par ailleurs, faisant par­fois preuve de mau­vaise foi, Mourad Guichard, ancien pigiste de La Tri­bune d’Orléans, “remer­cié” en rai­son de son manque de disponi­bil­ité, y épinglait par­fois les sup­posés “tra­vers” de la Tri­bune d’Orléans et de Tours… quand il n’oubliait pas de nom­mer ses sources pourvu qu’elles provi­en­nent de ces deux heb­do­madaires gra­tu­its. Que les mil­i­tants alter­mon­di­al­istes et autres syn­di­cal­istes se ras­surent, Mourad Guichard restera un cor­re­spon­dant local du quo­ti­di­en Libéra­tion », « LibéOr­léans, c’est fini ! Mourad Guichard con­tin­ue », Loirenet.tv, 05/05/2011

Le député-maire UMP d’Orléans Serge Grouard : « J’ai, pour ce qui me con­cerne, déposé deux recours. Le pre­mier en juin dernier con­tre M. Mourad Guichard en qual­ité de ges­tion­naire du site LibéOr­léans et con­tre M. Lau­rent Jof­frin qui est directeur de la pub­li­ca­tion, société éditrice du site LibéOr­léans, sur la base de ce que je con­sid­ère être de la diffama­tion puisque dans ce site, au-delà de quelques pro­pos aigre doux, il y a notam­ment le pro­pos que per­son­nelle­ment je ne peux pas accepter de “fas­ciste act­if” me con­cer­nant », Con­seil munic­i­pal de la ville d’Orléans, séance du 26 sep­tem­bre 2008.

Crédit pho­to : DR

Ce portrait a été financé par les donateurs de l’OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l’Observatoire du jour­nal­isme, c’est con­tribuer au développe­ment d’un out­il indépen­dant, libre­ment acces­si­ble à tous et à votre ser­vice.

Notre site est en effet entière­ment gra­tu­it, nous refu­sons toute pub­lic­ité et toute sub­ven­tion — ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépen­dance. En don­nant 100 € vous financez un por­trait de jour­nal­iste et avec l’avan­tage fis­cal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En don­nant 200 € vous financez un dossier. Vous pou­vez régler par CB, par Pay­Pal, par chèque ou par vire­ment. Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim ! Nous n’avons pas d’autres sources de finance­ment que nos lecteurs, d’avance mer­ci pour votre sou­tien.

9% récolté
Nous avons récolté 185,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux