Accueil | Actualités | Médias | Paris : levée de boucliers contre le remplacement des kiosques haussmanniens
Pub­lié le 13 juillet 2016 | Éti­quettes :

Paris : levée de boucliers contre le remplacement des kiosques haussmanniens

Toujours soucieuse de détruire et de défigurer un peu plus Paris et son patrimoine, la mairie socialiste de la capitale envisage de remplacer les pittoresques kiosques à journaux inspirés du modèle du Second Empire.

À la place, le maire de Paris Anne Hidalgo, qui l'a confirmé sur Europe 1, souhaite bâtir un nouveau modèle de kiosque, plus « moderne », plus « innovant »... plus laid également. C'est en tous cas ce qu'en pensent de nombreux élus du conseil de Paris comme beaucoup d'internautes, attachés au charme des mythiques kiosques à journaux haussmanniens de la capitale.

Sortie tout droit de l'imagination de la designer française Matali Crasset, l'apparence (non définitive) des kiosques « novateurs » fait plutôt l'effet d'un abri de jardin... Selon le projet lancé par Mme Hidalgo, ils devraient néanmoins remplacer les 360 kiosques traditionnels d'ici juin 2019. Un groupe d'élus du conseil de Paris a analysé le projet le 11 juillet dernier, mais celui-ci est loin de plaire à tout le monde...

Fin mai, une pétition a été lancée sur le site Change.org réclamant la préservation des kiosques du « Paris d'antan ». Les signataires, plus de 50 000 personnes à ce jour, déplorent la volonté de détruire ces objets « faisant tout le charme et l’attrait de la ville de Paris ».

De son côté, la maire de Paris a expliqué que cette « modernisation » avait pour but d'améliorer les conditions de travail des kiosquiers. Et celle-ci de rappeler que les kiosques « haussmanniens » actuellement en place ne sont pas les modèles de 1857 mais des copies « en plastique ». « Ceux qui nous expliquent qu’on est en train d’abîmer Paris, ce sont les mêmes qui veulent qu’on garde les serres de Roland-Garros, des petites serres en plastique, en nous disant qu’on est en train d’abîmer le patrimoine », a-t-elle ajouté.

Aussi, d'après Olivia Polski, adjointe chargée du commerce et de l'artisanat, il s'agit également de vendre plus de journaux, « soutenir le secteur de la presse écrite ». « La presse se vend si on la voit », a-t-elle expliqué. Pas sûr que la presse soit plus visible dans des simulacres d'abris de jardin que dans des kiosques haussmanniens, certes en plastique mais qui conservent ce « charme d'antan » qui échappe tant aux élus socialistes...

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This