Accueil | Actualités | Médias | Oskar Freysinger : le contre-reportage qui discrédite Canal+
Pub­lié le 3 mars 2014 | Éti­quettes : ,

Oskar Freysinger : le contre-reportage qui discrédite Canal+

Le 23 février 2014, dans l’émission « Le Supplément », Canal+ diffusait un reportage consacré à Oskar Freysinger.

Un contre-reportage dévoile aujourd’hui la manière de procéder de la chaine cryptée, manière que l’Ojim avait déjà épinglée en septembre dernier à l’occasion d’un reportage sur les Roms dans l’Ouest de la France. Intitulé « ce que Canal+ n’a pas retenu de sa visite en Suisse », on y découvre que les journalistes de Canal+, non contents de qualifier Oskar Freysinger de ministre fédéral (il est conseiller d’État du Valais), ont bâti un reportage pour le moins partial… Ainsi un entretien réalisé avec le chef de la police cantonal est tout bonnement passé à la trappe au montage. Il est vrai que celui-ci y parlait des nouvelles formes de la criminalité itinérante que subit la Suisse, et du poids des délinquants étrangers dans celle-ci…

Les spectateurs français n’auront pas eu la chance non plus de voir le chef de service du système pénitentiaire du Valais, lui aussi coupé au montage pour avoir dit une vérité que Canal+ ne veut manifestement pas entendre, en l’occurrence que trois détenus sur quatre dans sa prison étaient des étrangers... « Je pense que la vérité gêne », commente ce dernier laconiquement… Au final, si c’est la réalité suisse que voulait montrer Canal+ ou si c’est une explication au référendum du 9 février qu’elle recherchait dans le Valais, on peut dire que son reportage est raté. Mais s’il s’agissait simplement de salir Oskar Freysinger, alors c’est en effet réussi. Demeure une question fondamentale posée par le contre-reportage : « En quoi consiste le travail des journalistes ? Diffuser des opinions ou exposer des faits ? »

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux