Accueil | Actualités | Médias | Oskar Freysinger : le contre-reportage qui discrédite Canal+
Pub­lié le 3 mars 2014 | Éti­quettes : ,

Oskar Freysinger : le contre-reportage qui discrédite Canal+

Le 23 février 2014, dans l’émission « Le Supplément », Canal+ diffusait un reportage consacré à Oskar Freysinger.

Un contre-reportage dévoile aujourd’hui la manière de procéder de la chaine cryptée, manière que l’Ojim avait déjà épinglée en septembre dernier à l’occasion d’un reportage sur les Roms dans l’Ouest de la France. Intitulé « ce que Canal+ n’a pas retenu de sa visite en Suisse », on y découvre que les journalistes de Canal+, non contents de qualifier Oskar Freysinger de ministre fédéral (il est conseiller d’État du Valais), ont bâti un reportage pour le moins partial… Ainsi un entretien réalisé avec le chef de la police cantonal est tout bonnement passé à la trappe au montage. Il est vrai que celui-ci y parlait des nouvelles formes de la criminalité itinérante que subit la Suisse, et du poids des délinquants étrangers dans celle-ci…

Les spectateurs français n’auront pas eu la chance non plus de voir le chef de service du système pénitentiaire du Valais, lui aussi coupé au montage pour avoir dit une vérité que Canal+ ne veut manifestement pas entendre, en l’occurrence que trois détenus sur quatre dans sa prison étaient des étrangers... « Je pense que la vérité gêne », commente ce dernier laconiquement… Au final, si c’est la réalité suisse que voulait montrer Canal+ ou si c’est une explication au référendum du 9 février qu’elle recherchait dans le Valais, on peut dire que son reportage est raté. Mais s’il s’agissait simplement de salir Oskar Freysinger, alors c’est en effet réussi. Demeure une question fondamentale posée par le contre-reportage : « En quoi consiste le travail des journalistes ? Diffuser des opinions ou exposer des faits ? »

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This