Accueil | Actualités | Médias | Numérisation du patrimoine : L’INA face à Google
Pub­lié le 5 novembre 2014 | Éti­quettes : , ,

Numérisation du patrimoine : L’INA face à Google

Invitée du « Buzz Média Orange-Le Figaro », Agnès Saal, le nouveau PDG de l'Institut national de l'audiovisuel (INA) a fait part de ses craintes de voir Google « numériser le patrimoine culturel français ».

« Je veux positionner l'INA en champion national du numérique et de l'audiovisuel », a-t-elle expliqué. Un projet ambitieux. « Aujourd'hui, l'INA a des conventions historiques avec l'audiovisuel public et TF1, mais il faut élargir ce champ à d'autres acteurs du privé », a-t-elle déclaré avant d'ajouter que l'INA devait « trouver de nouveaux partenaires, entreprises privées françaises et étrangères, qui nous confieraient leur patrimoine audiovisuel, via des accords commerciaux avec partage de recettes sur la diffusion et la commercialisation de ces archives ».

Nouveau projet en vue : « Nous voulons construire une plateforme pluridisciplinaire en rassemblant des fonds relevant d'institutions culturelles publiques, de collectivités territoriales ou d'acteurs privés français et étrangers. L'idée est de prendre en charge des contenus audiovisuels qui existent déjà, d'assurer leur préservation et de faire en sorte qu'ils puissent vivre en étant accessibles au plus grand nombre. »

Pour Mme Saal, « l'INA n'est pas le conservatoire d'une mémoire morte » mais, surtout, l'INA « ne peut pas laisser à Google le soin de démarcher ces acteurs de la culture pour leur proposer de numériser gratuitement les fonds, comme il l'a déjà fait avec la Bibliothèque de Lyon et la Bnf ».

Pour l'assister dans cette mission de contrer Google en matière de numérisation, le PDG de l'INA attend un mandat politique, « ce qui sera fait, je l'espère, dans le contrat d'objectifs et de moyens que nous négocions avec l'État ».

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.