Accueil | Actualités | Médias | Nomination de Delphine Ernotte : deux plaintes déposées contre le CSA
Pub­lié le 11 juin 2015 | Éti­quettes : , ,

Nomination de Delphine Ernotte : deux plaintes déposées contre le CSA

Didier Quillot, candidat déchu à la présidence de France Télévisions, n'est plus le seul à poursuivre le CSA suite à la nomination de Delphine Ernotte à la tête du groupe public.

Mardi 9 juin, la Confédération générale des cadres (CGC) des médias a annoncé avoir également déposé une plainte ainsi qu'un recours « en annulation » devant le Conseil d'État. D'après le SNPCA-CGC, syndicat minoritaire à France Télévisions, la plainte s'appuie sur « des soupçons d’abus d’autorité et de manquements à l’obligation de probité du CSA dans la procédure de nomination » et « vise, en particulier, le délit de trafic d’influence ».

Une référence à un rendez-vous, révélé par Mediapart, entre Sylvie Pierre-Brossolette, membre du CSA, Delphine Ernotte et François Pinault, proche de François Hollande.

Quant à Didier Quillot, il dénonce un « abus d'autorité ». De son côté, le CSA s'est défendu de toute pression quant à la nomination de Mme Ernotte. « Nous réaffirmons ici solennellement que le délibéré s’est déroulé dans la plus totale indépendance et la plus stricte impartialité, au terme d’une procédure qui a respecté le principe d’égalité entre les candidats et dont chaque étape a été débattue et collégialement acceptée par le Conseil », ont assuré les Sages.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This