Accueil | Actualités | Médias | Nicolas Bedos placé en garde à vue pour « outrages »
Pub­lié le 25 septembre 2013 | Éti­quettes : ,

Nicolas Bedos placé en garde à vue pour « outrages »

Décidément, les relations entre Nicolas Bedos, humoriste et nouveau chroniqueur de l'émission « On n'est pas couché », et les forces de l'ordre sont pour le moins difficiles.

Le fils de Guy Bedos, nouvelle égérie de l'humour germanopratin, a en effet été placé en garde à vue dans la nuit de lundi à mardi. Le jeune homme s'est fait arrêter pour conduite en état d'ivresse (+ de 1,6 gramme d'alcool dans le sang) après avoir chuté de son scooter. Une situation que le comique médiatique n'a pas appréciée, se mettant alors à insulter les policiers.

Celui-ci s'était déjà distingué en janvier 2011, sur Canal, en déversant un tombereau d'injures sur la maréchaussée. Nicolas Bedos avaient alors expliqué que les policiers étaient dotés d'un « QI de poulpe mort » puis avait raconté avoir passé deux nuits en cellule de dégrisement avec des « flics odieux », comparant notamment les policiers à « des abrutis, des voyous en uniforme, des racailles tombées du bon côté ». Des propos qui avaient suscité le dépôt d'une plainte par le ministère de l'intérieur, et entraîné la condamnation du jeune homme.

Crédit photo : capture d’écran vidéo ONPC via Youtube

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This