Accueil | Actualités | Médias | Michel Onfray et Bernard-Henri Lévy rejoignent l’Ojim
Pub­lié le 1 avril 2016 | Éti­quettes : , ,

Michel Onfray et Bernard-Henri Lévy rejoignent l’Ojim

La nouvelle circulait depuis quelque temps dans les cercles bien informés de la vie parisienne : Michel Onfray et BHL – notoirement en froid sur de nombreux sujets – se parlaient en secret. L’Ojim révèle le dessous des cartes.

C’est autour d’un bistrot classique du XIème arrondissement de Paris (Le Vieux chêne, 7 rue du Dahomey) que Claude Chollet, président de l’Ojim, a convié à plusieurs reprises les deux figures médiatiques. Si les premiers contacts ont été pour le moins froids, un excellent vin de Loire (pinot d’Aunis qui apporte un léger goût de poivre) suivi d’un Corbières (15°) revigorant ont dégelé une atmosphère déjà réchauffée par le délicieux pot au feu de canard et de saucisse de Morteau. Verbatim.


Michel Onfray : nos origines peuvent expliquer nos divergences, tu es fils de milliardaire et tu as toujours été riche et cosmopolite, je suis fils d’un ouvrier normand et j’ai toujours été fidèle à mon milieu.

BHL : dans origine il y a or. Dénoncer l’or, comme je l’ai démontré, c’est dénoncer aussi l’argent et c’est donc le début de l’antisémitisme. Il y a aussi « gine » ou gyne, la femme origine, le trou à la fois sémantique et physique dont nous sommes tous issus. En creusant cette absence nous pouvons nous retrouver sans nous néantiser.

Michel Onfray : c’est une approche que j’aurais pu reprendre dans « Cosmos », une voie architecturale, comme l’a dit Guy Debord dans Enregistrements magnétiques : « Toutes les maisons sont belles. L’architecture doit venir passionnante ».

BHL : C’est donc la maison commune, j’allais dire la mission commune qui doit nous mener ensemble vers une nouvelle Jérusalem universelle mon cher Michel.


En fin de repas après trois tournées de pur malt Aberlour, une collaboration commune – et gracieuse – à l’Ojim était actée. Merci qui ? Merci l’Ojim.

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.