Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Médias : Christian Millau censuré sur Europe 1

1 février 2013

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Médias : Christian Millau censuré sur Europe 1

Médias : Christian Millau censuré sur Europe 1

Invité à l’émission « Des clics et des claques », sur Europe 1, à présenter son Dictionnaire d’un peu tout et n’importe quoi, paru aux éditions du Rocher, l’écrivain Christian Millau a été « déprogrammé » au dernier moment.

Médias : Christian Millau censuré sur Europe 1

Médias : Chris­t­ian Mil­lau cen­suré sur Europe 1

La rai­son ? Un des ani­ma­teurs de l’émission, Guy Biren­baum, a décou­vert des pas­sages « racistes et homo­phobes » dans le livre et a con­va­in­cu les autres mem­bres de l’équipe d’annuler l’invitation. Mil­lau, raciste et homo­phobe ? Pour qui a lu son dernier livre, l’accusation fait fig­ure de sin­istre farce. Avec l’insolence qu’on lui con­naît, l’écrivain s’amuse des ridicules de l’époque à la manière d’un Molière. Le prob­lème, c’est que ce ne sont plus les grenouilles de béni­tiers qui sont grotesques aujourd’hui, mais les big­ots de la moder­nité bêlante s’exaltant devant le for­mi­da­ble pro­grès qui con­siste à décréter que deux papas et un enfant peu­vent con­stituer une belle famille. Mil­lau est donc dans son rôle d’écrivain quand il imag­ine les con­ver­sa­tions de demain dans les cours de récréa­tion : « Le mon­sieur ici, c’est mon papa et le mon­sieur, là-bas, c’est mon papa- Et ta maman ? ben j’sais pas. Ils m’ont pas dit qui fait quoi »… Mais une telle ironie, un tel mau­vais goût, un tel irre­spect ne peu­vent évidem­ment que traduire un pen­chant homo­phobe, n’est-ce pas ? Manière d’habiller Mil­lau pour l’hiver et de lui inter­dire à jamais tout con­tact avec un micro, ce qui est évidem­ment le but recher­ché.

Guy Birenbaum

Guy Biren­baum. Crédit pho­to : INA Diver­tisse­ment sur Youtube

Un jour­nal­iste au style ampoulé et rigo­lard a cru bon d’attaquer Mil­lau, qui s’est légitime­ment plaint de son sort dans un arti­cle paru sur le site Atlanti­co : il s’agit de du directeur-adjoint de la rédac­tion de L’Express depuis octo­bre 2012, Éric Met­tout, qui affirme dans un arti­cle qu’une telle atti­tude ne peut, ô grands dieux non, être assim­ilée à de la cen­sure. Car voyez-vous, nous autres jour­nal­istes « n’avons heureuse­ment les moyens de cen­sur­er per­son­ne, c’est un priv­ilège de poli­tique, voire de patron de presse, ça (ndlr : mer­ci pour le ren­seigne­ment), pas de jour­nal­iste ».

Néan­moins, « c’est notre lib­erté absolue, intan­gi­ble, notre lib­erté d’expression de ne nous laiss­er impos­er aucun con­tenu, aucun pro­pos, aucun arti­cle, cour­ri­er ou com­men­taire, sous quelque pré­texte que ce soit ». Pas­sons sur le car­ac­tère « imposé » qui con­siste à inviter quelqu’un pour le décom­man­der à la dernière minute, pour nous intéress­er à cette « lib­erté d’expression » du jour­nal­iste. Que vient-elle faire ici ? Le jour­nal­iste ne devrait-il pas plutôt être le garant de la lib­erté d’expression… des autres ? Ain­si, refuser d’inviter quelqu’un parce qu’on ne partage pas son opin­ion serait de l’ordre de la lib­erté d’expression du jour­nal­iste ? Si un jour­nal­iste n’est évidem­ment pas « obligé » d’inviter qui que ce soit à l’antenne, répé­tons une dernière fois que c’est Biren­baum qui, de son plein gré, a invité l’écrivain. Mieux : il lui trou­vait alors toutes les qual­ités : belle écri­t­ure, vigueur de la pen­sée, imper­ti­nence… Tout ça pour revenir sur sa parole, après avoir lu le livre, pour des con­sid­éra­tions idéologiques ? Alors, oui, c’est évidem­ment de cen­sure dont il est ques­tion. Cen­sure que mon­sieur Met­tout rebap­tise « con­science pro­fes­sion­nelle »… Il y a décidé­ment quelque chose de pour­ri dans le roy­aume de la presse.

Pho­to en Une : crédit Édi­tions du Rocher

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).