Accueil | Actualités | Médias | Marie Claire milite pour le congé paternité au nom du féminisme
Pub­lié le 31 mars 2019 | Éti­quettes : ,

Marie Claire milite pour le congé paternité au nom du féminisme

Ce 8 mars 2019, à l’occasion de la Journée Internationale des Droits des Femmes, le magazine Marie Claire a lancé une énième campagne pour réclamer auprès du gouvernement de nouveaux droits. Ce n’est pas une première pour le magazine, qui s’est illustré au cours de son histoire par son militantisme féministe.

La campagne a cette fois l’originalité de réclamer des nouveaux droits en faveur des hommes puisque son objectif est d’obtenir l’allongement du congé paternité des nouveaux pères, actuellement 11 jours, à quatre semaines. Il ne s’agit pourtant pas de défendre l’équilibre des familles ou le lien père-enfant, mais d’abord de favoriser l’égalité homme-femme, et notamment l’égalité professionnelle. Si la mesure permettrait de soulager les jeunes mères qui se retrouvent après la naissance rapidement seules avec leurs nouvelles responsabilités, elle vise également pour Marie Claire à leur permettre de retourner au travail plus vite. La durée de quatre semaines préconisée par le magazine est reprise sur les préconisations du rapport de l’Inspection Générale des Affaires Sociales (IGAS) publiées en décembre 2018.

Des soutiens CSP++ chez quelques pères

Pour soutenir sa demande, le magazine s’est associé à douze personnalités masculines. Galeristes, écrivains, grands patrons, journalistes, hommes politiques… ils représentent plus le milieu socio-professionnel des journalistes de Marie Claire que la moyenne des pères français. En tête d’affiche on trouve ainsi Damien Viel, directeur général de Twitter France et Laurent Solly, vice-président de Facebook France et Europe du Sud et conjoint de la journaliste politique Caroline Roux ; Régis Jauffret, écrivain, Kamel Mennour, galeriste, Albin de la Simone, chanteur et musicien, Jérôme Dreyfuss, créateur, Oxmo Puccino, chanteur.

On peut également souligner la présence de plusieurs journalistes et politiques : Karim Rissouli, journaliste et conjoint de la journaliste-présentatrice radio et télévisée Mélanie Taravant, Julian Bugier, journaliste également, ou encore le député PS Boris Vallaud, époux de Najat Vallaud-Belkacem. Le plus connu de la liste est sans doute Marc-Olivier Fogiel, connu non seulement comme animateur sur RTL mais également comme promoteur de la GPA. Il a lui-même avec son « mari » deux filles obtenues de GPA aux États-Unis, une pratique condamnée par la justice française mais qu’il défend dans un livre paru en 2018 Qu’est-ce qu’elle a ma famille ?

Un tournant militant depuis les années 70

Rien de nouveau avec cette campagne finalement : Marie Claire ne fait que renouer avec le tournant résolument militant pris par le magazine dans les années 1970, avec le lancement de son cahier « Femmes » en 1976 pour traiter de l’actualité politique et sociale des femmes, son engagement en faveur de l’avortement, ou plus récemment ses campagnes de lutte contre les violences faites aux femmes. L’année dernière, le 8 mars avait ainsi été l’occasion pour le magazine de surfer sur la vague #Metoo, en lançant son propre hashtag, #IndifferenceZero, contre le harcèlement des femmes dans les transports en commun.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This