Accueil | Actualités | Médias | L’Union Européenne fait sa propagande médiatique. 1 : le retour de la Pravda
Pub­lié le 6 mai 2019 | Éti­quettes :

L’Union Européenne fait sa propagande médiatique. 1 : le retour de la Pravda

À l’approche des élections européennes l’UE prolonge ses pratiques de propagande par le biais de divers médias. Deux exemples récents méritent que l’OJIM jette un œil. Premier coup d’œil avec "Les Décodeurs de l'Europe".

Le site « Les Décodeurs de l’Europe » , lancé en 2016 dans l’indifférence générale, vient d’être redéveloppé en mars 2019, en vue des élections européennes donc. Les dates sont intéressantes tant le nombre de sites de type « décodeurs » s’est multiplié autour de nous, posant question quant à l’indépendance des médias nationaux vis-à-vis de la Commission européenne. Avec Les décodeurs de l’Europe, on se croirait sur le site du Monde, y compris sur le plan esthétique.

Mis en œuvre sous l’égide de la Commission européenne, il est géré en France par la « Représentation de la Commission européenne », sise 288 bd Saint-Germain, ce qui permettra au moins à la majeure partie de nos concitoyens de découvrir qu’une telle « ambassade » existe, représentation d’un organisme tout sauf démocratique.

Son outil médiatique se présente pourtant comme un outil « démocratique » :

« Les élections européennes auront lieu le 26 mai en France. L’Europe, ses institutions, son fonctionnement, ses succès et ses insuffisances mais également ses valeurs fondamentales de démocratie, de solidarité, de non-discrimination, de tolérance et de pluralisme, autrement dit sa véritable « raison d’être » dans un monde changeant, seront au cœur des débats pendant les 2 mois qui viennent !

Pour permettre aux électeurs d’exprimer un vote « en connaissance de cause », il est essentiel que ce débat se construise sur des faits et sur la réalité de ce qu’est l’Europe aujourd’hui, de ce qu’elle fait et de ce qu’elle ne fait pas. La construction européenne fait l’objet de toute sorte d’idées fausses qui alimentent rumeurs ou fantasmes… Aujourd’hui, la lutte contre la désinformation est devenue une priorité collective pour les pays de l’Union européenne afin de préserver la qualité du débat public et au-delà, de garantir le bon fonctionnement de nos démocraties. »

Le slogan du site ? « Les Décodeurs de l’Europe : une norme européenne sur la taille des bobards ! ».

Une analyse du site « Les décodeurs de l’Europe » appelle plusieurs remarques

  • son financement est produit par l’UE, autrement dit par les citoyens européens, dont bien peu semblent informés de son existence.
  • il s’agit de lutter contre les « fake news », fausses rumeurs, informations, infox et autres modes de désinformation dont il est entendu qu’ils ne sont produits que par qui critique l’UE. De fait, la politique dans laquelle ce site s’inscrit participe au remplacement de la démodée reductio ad hitlerum par la complotite aiguë, laquelle touche tout avis contraire.
  • Divisé en rubriques (actualités, économie, environnement, social, justice, institutions, vidéos), le site est une source très nourrie d’informations données de façon directe à partir d’une affirmation orientée et immédiatement mise en doute. Par exemple :

→ « l’Union Européenne n’est pas démocratique ! Vraiment ? »

→ « L’Europe coûte trop cher à la France ? Vraiment ! »

→ « L’Europe est submergée par les migrants ! Vraiment ?

→ « L’Europe encourage le dumping social ! Vraiment ?

→ « L’Europe impose 80 % des lois françaises ! Vraiment ? »

→ « L’Europe dicte sa politique économique à la France ! Vraiment ? »

On le voit, il s’agit de contrecarrer les opinions des mouvements politiques critiques de l’orientation politique actuelle de l’UE, en particulier la critique portée par les partis populistes de droite. Un tel média, à cette échelle et aussi engagé qu’une Pravda de type ancienne URSS.

Quand un site anti infox désinforme

Pénétrer dans les arcanes d’un exemple précis est encore plus intéressant, celui relatif aux migrations. Il se décline en réalité en trois parties, et c’est le plus fourni en informations, ce qui en soi est révélateur :

→ L’Europe ne serait pas submergée par les migrants

« Les images chocs des débarquements de migrants couplées aux déclarations de certaines personnalités politiques laissent à penser que l’Europe subirait un déferlement de migrants. Il n’en est rien. Si l’Europe a, en effet, connu un afflux de migrants important en 2015, avec plus d’un million d’arrivées, la situation est aujourd’hui stabilisée.

En accord avec ses valeurs, l’Union européenne a offert une protection à des milliers de personnes venues chercher refuge contre les guerres et les persécutions. Elle a sauvé des vies et démantelé des réseaux de passeurs. Le nombre d’arrivées en Europe est à son niveau le plus bas depuis cinq ans (150 000 en 2018). »

→ L’Europe ne serait pas une passoire

« Depuis le 7 avril 2017, les États membres sont tenus d’effectuer des vérifications systématiques via le Système d’information Schengen sur tous les citoyens de l’Union qui franchissent les frontières extérieures de l’UE, en complément des contrôles systématiques déjà effectués sur tous les ressortissants de pays tiers entrant dans l’espace Schengen. Ces contrôles ont été renforcés à la suite des attentats de novembre 2015 à Paris et en raison de la menace croissante que font peser les combattants terroristes étrangers.

Ces contrôles doivent toutefois s’opérer sans nuire à la fluidité des échanges, essentielle à la prospérité de l’Union. »

→ L’Europe ne comporterait pas tant de migrants que ce qui se dit

« Les statistiques produites par EUROSTAT sur les mouvements migratoires vers et depuis l’UE méritent d’être expliquées. Elles reflètent des réalités complexes : entre 2013 et 2017, il y a eu un peu plus de 9,3 millions de ressortissants de pays tiers qui se sont installés en Europe pour une « longue » durée (un an ou plus). Au total, il y a 22,3 millions de ressortissants de pays hors Union européenne qui vivent dans l’UE ; soit 4,4% de la population (…) C’est Malte, suivi du Luxembourg, qui accueille le plus de ressortissants étrangers en comparaison du nombre d’habitants total. En France, les ressortissants de pays hors Union européenne représentent 5,5 habitants sur 1000. »

Chacun appréciera le caractère plausible d’un tel « fait », lequel oublie volontairement que les migrants installés dans l’UE et leurs enfants sont aussi des immigrés et que des chiffres concernant la réalité de l’immigration en général dans cet espace politique seraient un fait bien plus utile que les statistiques fournies par Eurostat. Un banal exemple ? Si 5,5 habitants sur 1000 sont des migrants en France, alors ils sont seulement en moyenne 165 dans une ville préfectorale de 30 000 habitants, les fameuses villes de la France périphérique.

Quiconque passera dans une de ces villes comprendra combien ces chiffres sont à remettre en perspective, sans parler des métropoles.

Rappelons, pour conclure, que le site « Les décodeurs de l’Europe » dit justement avoir pour vocation d’éclairer les lecteurs sur des faits et permettre que chacun se fasse une opinion hors influences. Il n’est pas moins intéressant que ce média soit mis en œuvre par l’institution non démocratique par excellence qu’est la Commission Européenne. Un fait sur lequel « Les décodeurs de l’Europe » ne posent pas de question, n’emploient jamais l’expression « Union Européenne » mais uniquement l’expression géographique et culturelle Europe. Au moins, l’objectif politique immédiat n’est pas masqué.

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.