Accueil | Actualités | Médias | Les Dernières Nouvelles d’Alsace ou la police de la pensée
Pub­lié le 30 janvier 2019 | Éti­quettes :

Les Dernières Nouvelles d’Alsace ou la police de la pensée

Dans son roman intitulé 1984, George Orwell faisait intervenir une « police de la pensée ». Sa fonction était de repérer les pensées déviantes, afin que leurs auteurs soient punis. Le 23 janvier 2019, c’est un bien curieux article que Les Dernières Nouvelles d’Alsace ont consacré à un « professeur d’histoire affilié à l’ultra droite ».

L’élément déclencheur de l’affaire est la dénonciation d’un parent d’élève, qui a reconnu un professeur vacataire sur une photo d’une réunion du Bastion social. Un mouvement qui se présente sur son site comme étant tourné vers « l’identité, l’autonomie et la justice sociale ». On peut ne peut pas être d’accord avec ces idéaux ni même avec les idées exprimées, ni avec l’action de ce mouvement, mais la démocratie imposerait qu’on les tolère dans le cadre de la loi. Le tort du professeur ? Son appartenance à cette association, pourtant déclarée en Préfecture et non interdite.

Comportement impeccable, cerveau interdit

Les deux journalistes ayant écrit l’article ont-ils trouvé dans leur enquête un comportement et surtout des propos inadaptés du professeur devant ses élèves ? Non. Est-il reproché au professeur un quelconque acte illégal et répréhensible ? Pas davantage. Ils ont interrogé le rectorat et le directeur de l’établissement. Ce dernier affirme qu’« il n’y a pas de reproche professionnel à lui faire ». Le professeur interrogé revendique d’ailleurs une neutralité dans son enseignement.

Mise au pilori et dénonciation urbi et orbi

Malgré cela, le professeur a été mis au pilori par les DNA qui titre son article : « un chef du bastion social affilié à l’ultra droite, prof d’histoire dans l’académie de Strasbourg ». On y apprend que le directeur de l’établissement ne reconduira pas le contrat du professeur vacataire. Non en raison de son comportement professionnel mais en raison de ses opinions personnelles et privées.

Mieux, le directeur a « signalé son cas au réseau des établissements catholiques de France » et du côté du secteur public « où le jeune prof d’histoire-géo pourrait tout à fait postuler en tant que remplaçant, l’académie de Strasbourg aurait décidé de lui fermer la porte au nom de la « déontologie de l’enseignant »».

« Vous ne possédez rien, en dehors des quelques centimètres cubes de votre crâne » (1984). Ces quelques centimètres seraient-ils de trop pour certains ?

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This