Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Les Allemands craignent être influencés par les réseaux sociaux lors des élections

26 octobre 2020

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Les Allemands craignent être influencés par les réseaux sociaux lors des élections

Les Allemands craignent être influencés par les réseaux sociaux lors des élections

Alors que la propagande sur les infox ne cesse de se déverser via les médias de grand chemin, les allemands sont à leur tour inquiets des possibles influences électorales de ces “fausses nouvelles”. Nous reprenons un article de notre confrère de Berlin Junge Freiheit du 16 octobre 2020.

Une étude extérieure conduite par Avira

43% des Alle­mands craig­nent l’in­flu­ence de fake news propagées sur les réseaux soci­aux sur leur déci­sion de vote. Selon une étude de Avi­ra, 12% red­outent les manip­u­la­tions lors des élections.

19% per­son­nes inter­rogées ont avoué avoir elles-mêmes sci­em­ment propagé de fauss­es infor­ma­tions tan­dis que 61 % ont déclaré con­trôler leur vérac­ité avant de les partager. Les 18–24 ans, selon l’é­tude, con­trôleraient le moins les informations.

Les plus jeunes acceptent plus souvent l’utilisation de leurs données personnelles

Un quart des per­son­nes inter­rogées a déclaré ne s’in­former sur la poli­tique que par le biais des réseaux soci­aux. On remar­que une nette dif­férence entre les généra­tions : tan­dis que 44% des 18–24 ans recon­nais­sent utilis­er prin­ci­pale­ment ce moyen d’in­for­ma­tion, ils ne sont que 11 % des per­son­nes de 55 ans et plus.

45% des par­tic­i­pants esti­ment devoir se pro­téger de l’in­flu­ence des réseaux soci­aux en pro­tégeant leurs échanges sur la poli­tique via les out­ils infor­ma­tiques, ce, mieux que lors des dernières élec­tions. Les 18–24 ans acceptent l’u­til­i­sa­tion de leurs don­nées per­son­nelles plus facile­ment que les 55 ans et plus qui la refusent plus souvent.

Les Allemands émettent des réserves à exprimer leurs opinions sur les réseaux sociaux

Env­i­ron 46 % déclar­ent ne pas don­ner leurs opin­ions poli­tiques sur inter­net par souci de la pro­tec­tion de leurs don­nées personnelles.

Par ailleurs, 71 % des par­tic­i­pants se sont déclarés favor­ables à l’in­ter­dic­tion pour les par­tis poli­tiques de recourir aux infor­ma­tions col­lec­tées lors de la con­sul­ta­tion de pages inter­net ou l’u­til­i­sa­tion d’ap­pli­ca­tions à des fins de prospec­tion poli­tique sans leur consentement.

Tra­duc­tion AC que nous remercions.

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.

Marine Turchi

PORTRAIT — Née en 1984, Marine Turchi s’est illus­trée par des débuts promet­teurs dans le jour­nal­isme, avec plusieurs récom­pens­es à la clé. Suite à cette brève ascen­sion, elle a rejoint Médi­a­part, le site fondé par Edwy Plenel en 2008, lors de son lancement.