Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Les Allemands craignent être influencés par les réseaux sociaux lors des élections

26 octobre 2020

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Les Allemands craignent être influencés par les réseaux sociaux lors des élections

Les Allemands craignent être influencés par les réseaux sociaux lors des élections

Alors que la propagande sur les infox ne cesse de se déverser via les médias de grand chemin, les allemands sont à leur tour inquiets des possibles influences électorales de ces “fausses nouvelles”. Nous reprenons un article de notre confrère de Berlin Junge Freiheit du 16 octobre 2020.

Une étude extérieure conduite par Avira

43% des Alle­mands craig­nent l’in­flu­ence de fake news propagées sur les réseaux soci­aux sur leur déci­sion de vote. Selon une étude de Avi­ra, 12% red­outent les manip­u­la­tions lors des élections.

19% per­son­nes inter­rogées ont avoué avoir elles-mêmes sci­em­ment propagé de fauss­es infor­ma­tions tan­dis que 61 % ont déclaré con­trôler leur vérac­ité avant de les partager. Les 18–24 ans, selon l’é­tude, con­trôleraient le moins les informations.

Les plus jeunes acceptent plus souvent l’utilisation de leurs données personnelles

Un quart des per­son­nes inter­rogées a déclaré ne s’in­former sur la poli­tique que par le biais des réseaux soci­aux. On remar­que une nette dif­férence entre les généra­tions : tan­dis que 44% des 18–24 ans recon­nais­sent utilis­er prin­ci­pale­ment ce moyen d’in­for­ma­tion, ils ne sont que 11 % des per­son­nes de 55 ans et plus.

45% des par­tic­i­pants esti­ment devoir se pro­téger de l’in­flu­ence des réseaux soci­aux en pro­tégeant leurs échanges sur la poli­tique via les out­ils infor­ma­tiques, ce, mieux que lors des dernières élec­tions. Les 18–24 ans acceptent l’u­til­i­sa­tion de leurs don­nées per­son­nelles plus facile­ment que les 55 ans et plus qui la refusent plus souvent.

Les Allemands émettent des réserves à exprimer leurs opinions sur les réseaux sociaux

Env­i­ron 46 % déclar­ent ne pas don­ner leurs opin­ions poli­tiques sur inter­net par souci de la pro­tec­tion de leurs don­nées personnelles.

Par ailleurs, 71 % des par­tic­i­pants se sont déclarés favor­ables à l’in­ter­dic­tion pour les par­tis poli­tiques de recourir aux infor­ma­tions col­lec­tées lors de la con­sul­ta­tion de pages inter­net ou l’u­til­i­sa­tion d’ap­pli­ca­tions à des fins de prospec­tion poli­tique sans leur consentement.

Tra­duc­tion AC que nous remercions.

Derniers portraits ajoutés

Claude Askolovitch

PORTRAIT — Claude Askolovitch débute sa car­rière à Sci­ences et Vie Économie puis entre à RFO avant d’être engagé au Matin de Paris. Fin 1987, il rejoint Europe 1 puis devient reporter à l’EDJ et à Marianne.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Élisabeth Laborde

PORTRAIT — Anci­enne attachée de presse de Matthieu Pigasse, auquel elle doit sa mobil­ité pro­fes­sion­nelle ful­gu­rante, Élis­a­beth Labor­de est l’archétype de la « dircom » fémin­iste et bobo qui veut remod­el­er le monde de l’entreprise à son l’aune des mantras pro­gres­sistes contemporains.

Pascal Praud

PORTRAIT — Loin d’être l’homologue français de Tuck­er Carl­son ou de Sean Han­ni­ty comme le fan­tasme la presse de gauche, Pas­cal Praud prof­ite d’un cli­mat poli­tique trou­blé et d’une cen­sure gran­dis­sante pour endoss­er le rôle des “porte-parole des Mar­cel au bistrot” et faire grimper les audiences.

Glenn Greenwald

PORTRAIT — Ancien avo­cat d’af­faires, par la suite spé­cial­isé dans les lit­iges civiques et con­sti­tu­tion­nels, Glenn Green­wald est depuis près de 20 ans entière­ment dédié à la défense lit­térale et intran­sigeante de la con­sti­tu­tion améri­caine et de ses garanties en matière de lib­ertés individuelles.