Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Le SNJ recadre le CSA

21 février 2013

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Le SNJ recadre le CSA

Le SNJ recadre le CSA

Le 14 février dernier, le CSA avait mis en garde France 2 après la diffusion d’images jugées « difficilement soutenables » dans un reportage d’ « Envoyé Spécial » sur la guerre au Mali.

Réagis­sant dans un com­mu­niqué pub­lié ce lun­di 18 févri­er, le Syn­di­cat nation­al des jour­nal­istes (SNJ) a estimé que « le CSA n’est pas l’in­stance de déon­tolo­gie des jour­nal­istes », se défen­dant en arguant « qu’il ne peut être ren­du compte d’une guerre sans en mon­tr­er les vic­times ». Le SNJ a prévenu le CSA « con­tre ses ten­ta­tives récur­rentes de vouloir se pren­dre pour le con­seil de l’or­dre des jour­nal­istes ». Le Syn­di­cat avait déjà haussé le ton lorsque TF1 avait été mis en garde pour avoir dif­fusé les enreg­istrements de Mohamed Mer­ah en juil­let 2012.

Pour la défense de France Télévi­sions, son directeur de l’in­for­ma­tion, Thier­ry Thuil­li­er, a demandé à être audi­tion­né par le CSA « compte tenu des dif­férences d’ap­pré­ci­a­tions sur le sujet. Parce que nous esti­mons que le reportage de 20 min­utes anglé sur les exac­tions au Mali, et où vous avez à peu près moins d’une minute de séquence où l’on voit les con­séquences de ces exac­tions, n’établit pas vrai­ment l’ab­sence de respect de la dig­nité humaine ». « On ne recon­naît pas les per­son­nes. Par ailleurs, il fau­dra qu’on nous explique ce qu’est une image de guerre qu’on ne peut pas dif­fuser par rap­port à celles qu’on peut dif­fuser », a ajouté ce dernier, jugeant peut-être le CSA trop sen­si­ble dans cette affaire.

Crédit pho­to : © world_armies via Flickr (DR)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Paul Amar

PORTRAIT — Paul Amar est né le 11 jan­vi­er 1950 à Con­stan­tine (Algérie) de Charles (agent de la SNCF) et Julie Ghenas­sia. La famille sera rap­a­triée en 1961 et s’installera dans la région lyon­naise.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision