Accueil | Actualités | Médias | Le SNJ recadre le CSA
Pub­lié le 21 février 2013 | Éti­quettes : , , , ,

Le SNJ recadre le CSA

Le 14 février dernier, le CSA avait mis en garde France 2 après la diffusion d’images jugées « difficilement soutenables » dans un reportage d’ « Envoyé Spécial » sur la guerre au Mali.

Réagissant dans un communiqué publié ce lundi 18 février, le Syndicat national des journalistes (SNJ) a estimé que « le CSA n'est pas l'instance de déontologie des journalistes », se défendant en arguant « qu'il ne peut être rendu compte d'une guerre sans en montrer les victimes ». Le SNJ a prévenu le CSA « contre ses tentatives récurrentes de vouloir se prendre pour le conseil de l'ordre des journalistes ». Le Syndicat avait déjà haussé le ton lorsque TF1 avait été mis en garde pour avoir diffusé les enregistrements de Mohamed Merah en juillet 2012.

Pour la défense de France Télévisions, son directeur de l'information, Thierry Thuillier, a demandé à être auditionné par le CSA « compte tenu des différences d'appréciations sur le sujet. Parce que nous estimons que le reportage de 20 minutes anglé sur les exactions au Mali, et où vous avez à peu près moins d'une minute de séquence où l'on voit les conséquences de ces exactions, n'établit pas vraiment l'absence de respect de la dignité humaine ». « On ne reconnaît pas les personnes. Par ailleurs, il faudra qu'on nous explique ce qu'est une image de guerre qu'on ne peut pas diffuser par rapport à celles qu'on peut diffuser », a ajouté ce dernier, jugeant peut-être le CSA trop sensible dans cette affaire.

Crédit photo : © world_armies via Flickr (DR)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This