Accueil | Actualités | Médias | Le groupe canadien Power Corp veut abandonner le quotidien québécois La Presse
Pub­lié le 10 mai 2018 | Éti­quettes : ,

Le groupe canadien Power Corp veut abandonner le quotidien québécois La Presse

La Presse a beau être le plus ancien quotidien du Québec, paraissant presque sans interruptions depuis 1884, son propriétaire le groupe diversifié (finances, assurances, énergie) Power Corp semble bien déterminé à s’en débarrasser, même au prix d’un dernier investissement.

Abandon du papier et licenciements

Le quotidien avait déjà subi plusieurs cures douloureuses de dégraissage. D’abord en septembre 2015 en abandonnant l’édition papier en semaine, seul le numéro du samedi continuant d’être imprimé. Cette mue avait entrainé 43 suppressions de postes, essentiellement de journalistes. Second tour de vis (prévisible) le 30 décembre 2017 qui voyait le dernier numéro imprimé paraître avec l’abandon définitif du papier pour le seul numérique, 49 licenciements à la clé.

Les tablettes ? oui mais

Pourtant les efforts de la rédaction pour conquérir des lecteurs numériques ont porté leurs fruits. Plus de cinq cent mille lecteurs sur téléphone et le même nombre sur tablettes en mars 2018. Las, la publicité sur ces modes de distribution est préemptée par Google et Facebook. Les mêmes qui prétendent vouloir « aider la presse », comme Google qui finance Le Décodex du Monde (pour un montant et dans un cadre demeurés secrets). Ou comme Facebook qui veut financer les grands médias français pour traquer les fausses nouvelles… tout en pompant la publicité en ligne. La vieille, très vielle histoire de la corde qui soutient le pendu.

Vers un modèle pseudo philanthropique

Pierre-Eliott Levasseur, Président du quotidien, semble avoir acté l’abandon du journal par son actionnaire industriel. Power Corp, qui a toujours été du côté du parti libéral canadien et fortement opposé aux souverainistes québécois, juge que l’influence politique lui coûte trop cher. Et propose, sans rire, un quotidien à but non lucratif via des partenariats. Il est prêt à mettre 50 millions de dollars canadiens pour se débarrasser du journal à travers une nouvelle loi pour la presse qui reste à voter. Les journalistes de La Presse peuvent déjà s’inscrire au Pôle Emploi local à titre préventif.

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Share This