Accueil | Actualités | Médias | Le Grand Journal : deux polémiques dès la rentrée
Pub­lié le 30 août 2013 | Éti­quettes : , , , , , , ,

Le Grand Journal : deux polémiques dès la rentrée

Deux polémiques ont déjà surgi alors que le « Grand Journal » de Canal, version Antoine de Caunes, n’en était qu’à sa première diffusion de la saison ce lundi 26 août 2013.

Un programme court intitulé « Pendant ce temps » et diffusé pendant l’émission imagine des univers parallèles où se produiraient des situations grotesques comme, par exemple, « un univers parallèle où quand tu dis le nom d’une marque, le CSA te floute ». Problème, ce concept existe déjà. Sur Youtube, une vidéo de ce type créée par le britannique Thomas Ridgewell a été publiée en septembre 2012 et dépasse les 2 millions de « vues ».

Plagiat ? Renaud Le Van Kim, le producteur du « Grand Journal », dément. Sur puremedias.com, il assure que « Canal a voulu développer (le concept) pour "Le Grand Journal" et a demandé aux producteurs, comme ça se fait souvent, de faire un tour du web. Ce n'est pas une coïncidence et l'auteur de cette unique pastille, qui n'a pas déposé le format, a plus l'air d'être flatté que gêné ».

Autre polémique, le député européen Daniel Cohn-Bendit a révélé dans sa chronique sur Europe 1 de mardi qu’il avait été invité à participer à la première du « Grand Journal » avant d’être décommandé suite, dit-il, à un coup de téléphone de Manuel Valls – qui souhaitait être seul sur le plateau.

« Daniel Cohn-Bendit n'a jamais été envisagé sur le plateau de Manuel Valls, qui n'a pas exigé d'être seul, c'était notre choix. Sa venue était une option parmi tant d'autres pour cette première », s’est justifié Fabrice Pierrot, le producteur éditorial du « Grand Journal ».

La rentrée commence en beauté.

Crédit photo : DR

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This