Accueil | Actualités | Médias | Le Financial Times Deutschland met la clé sous la porte

Le Financial Times Deutschland met la clé sous la porte

Ce quotidien économique en langue allemande, fondé il y a douze ans, n’en a plus que pour deux semaines à vivre. Sa dernière édition papier est annoncée pour le 7 décembre, et le personnel ne sait toujours pas si le journal a une chance de continuer sous forme numérique.

Lancé en février 2000 pour concurrencer le Handelsblatt, le Financial Times Deutschland (FTD) a rapidement atteint une diffusion quotidienne de 100 000 exemplaires, mais jamais la rentabilité. Le groupe britannique Pearson (premier éditeur mondial et propriétaire de presse via sa filiale FT Group) a revendu ses parts en 2008 au groupe allemand Gruner + Jahr, division magazine du groupe Bertelsmann (la plus grosse entreprise média d’Europe).

Gruner + Jahr enregistre 15 millions d’euros de pertes pour ses titres économiques, dont 10 millions pour le seul FTD, ce qui motive sa décision d’en finir avec le titre. Il cherche aujourd'hui un repreneur.

En Allemagne comme ailleurs, les temps sont difficiles pour la presse : cette annonce fait suite à celle de la faillite du quotidien Frankfurter Rundschau, et aux difficultés de la DADP, deuxième agence de presse germanique, qui a annoncé une centaine de licenciements.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This