Accueil | Actualités | Médias | Le CSA dénonce la prédominance de la culture anglo-saxonne
Pub­lié le 17 avril 2014 | Éti­quettes :

Le CSA dénonce la prédominance de la culture anglo-saxonne

L'institution de contrôle et de régulation de l'audiovisuel français, le CSA, met en exergue, dans son rapport annuel, l'omniprésence des anglicismes à l'antenne ainsi qu'une nette préférence accordée à la musique, aux films et aux séries étrangères.

Le rapport précise notamment que « ce qui heurte le plus le public concerne les emprunts à l'anglais, les incorrections et l'usage de mots grossiers ou d'expressions vulgaires. » Le CSA souligne également la multiplication exponentielle des séries étrangères et la diffusion intensive, malgré les quotas, de chansons anglo-saxonnes, que ce soit à la télévision où à la radio.

Cette situation n'est pas son conséquence sur le degré de satisfaction du public, demandeur de davantage de productions nationales.

Ainsi, selon une enquête BVA publiée en janvier 2013, 66% des personnes interrogées estiment que l'une des faiblesses principales du petit écran français est un manque de « séries d'expression originale française à la télévision ».

Crédit photo : DR

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This