Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
La une de Minute enflamme la classe politique et les associations antiracistes

13 novembre 2013

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | La une de Minute enflamme la classe politique et les associations antiracistes

La une de Minute enflamme la classe politique et les associations antiracistes

Décidément, le titre très provoc’ de Minute de mercredi (« Maligne comme un singe, Taubira retrouve la banane ») ne passe pas, alors que l’article en question n’a rien d’un brûlot raciste mais souligne plutôt (et vérifie !) la capacité de la ministre de la Justice à se victimiser.

La une de Minute enflamme la classe politique et les associations antiracistes

La une de Minute enflamme la classe poli­tique et les asso­ci­a­tions antiracistes

Mar­di soir, Jean-Marc Ayrault a saisi le pro­cureur de la République de Paris « en appli­ca­tion de l’ar­ti­cle 40 du Code de procé­dure pénale » afin « de porter ces faits sus­cep­ti­bles de con­stituer l’in­frac­tion d’in­jure publique à car­ac­tère racial », explique Matignon dans un com­mu­niqué.

De son côté, Manuel Valls a jugé la une de Minute « révoltante » et « même insup­port­able », notam­ment par « l’aspect révul­sif que cela provoque ». « Nous devons étudi­er dans les heures qui vien­nent les moyens que nous pou­vons pren­dre con­tre la dif­fu­sion de son jour­nal », a con­tin­ué le min­istre de l’In­térieur.

Chris­tiane Taubi­ra elle-même refuse de s’ex­primer sur la cou­ver­ture car ce serait « faire aug­menter les ventes de l’heb­do­madaire de 10% », explique son entourage au Lab d’Europe 1.

Du côté des social­istes, c’est la surenchère, notam­ment sur les réseaux soci­aux : la séna­trice PS de Paris Marie-Noëlle Liene­mann souhaite même une « grande man­i­fes­ta­tion » mobil­isant « tous les répub­li­cains » con­tre le racisme. Elle pré­conise égale­ment d’ « aller devant les tri­bunaux » con­tre Minute.

Sur Twit­ter, Harlem Désir se dit « révolté par l’ig­no­ble une de Minute sur Taubi­ra. Ça suf­fit le racisme et l’ex­trémisme ! Ce numéro doit être saisi. Répub­li­cains debout ! »

Jean-Luc Mélen­chon va même été plus loin et pré­conise l’in­terne­ment ou la prison, cela manque de clarté, pour les mem­bres de la rédac­tion de l’heb­do­madaire : « Pas une #Minute à per­dre. Les nazes en cage. »

L’humour vachard et la satire sont-ils désormais réservés au seul Charlie-Hebdo et à l’extrême-gauche ?

L’humour vachard et la satire sont-ils désor­mais réservés au seul Char­lie-Heb­do et à l’extrême-gauche ?

À droite aus­si, de Jean-Christophe Lagarde à Eric Ciot­ti, la dés­ap­pro­ba­tion est totale. Sur Twit­ter, Marine Le Pen se dit même « heureuse de (se) faire cracher dessus chaque semaine par Minute quand je vois ce que c’est devenu. »

Même ambiance côté asso­ci­a­tions : Jonathan Hay­oun, le prési­dent de l’UE­JF, exige « la pénal­i­sa­tion de cette pub­li­ca­tion » tan­dis que SOS Racisme, après « réu­nion de sa com­mis­sion juridique », a annon­cé par sa prési­dente Cindy qu’elle allait dépos­er « plainte pour inci­ta­tion à la haine raciale ».

Le site de Minute a été piraté, affirme le jour­nal, qui redirige les vis­i­teurs vers une page où ils peu­vent se pro­cur­er le fameux numéro. Le men­su­el promet­tait lun­di matin un bon­net rouge made in France d’une valeur de 49 euros pour tout abon­nement. Mais son four­nisseur, la Cie Van­tis, refuse d’honor­er les com­man­des — 30 bon­nets rien que lun­di. Son fon­da­teur, un cer­tain Fares Hami­da, explique à Rue89 : « Vu d’où je viens, je suis obligé de refuser la com­mande. »

La cou­ver­ture de Minute ayant sus­cité une forte « envie de pénal », une ques­tion de fond se pose : l’humour vachard et la satire sont-ils désor­mais réservés au seul Char­lie-Heb­do et à l’extrême-gauche ?

Crédit pho­to : mrs­mar­shah via SXC

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Paul Amar

PORTRAIT — Paul Amar est né le 11 jan­vi­er 1950 à Con­stan­tine (Algérie) de Charles (agent de la SNCF) et Julie Ghenas­sia. La famille sera rap­a­triée en 1961 et s’installera dans la région lyon­naise.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision