Accueil | Actualités | Médias | La télévision publique grecque émet dans la clandestinité
Pub­lié le 15 juin 2013 | Éti­quettes :

La télévision publique grecque émet dans la clandestinité

Malgré l’arrêt brutal de la diffusion des chaînes publiques grecques ce mardi 11 juin par décret gouvernemental, les journalistes de l’ERT ont décidé de poursuivre les programmes… clandestinement et avec les moyens du bord.

« Notre objectif, décidé en assemblée générale, est de continuer à transmettre nos programmes par tous les moyens », a expliqué Nicky Tselika, rédactrice en chef du journal télévisé d’ERT. Ainsi, dépourvus de ligne téléphonique, de ligne internet, d’antenne et de signal satellite, les journalistes s’appuient sur un canal numérique, donné gratuitement par l’Union européenne, de radio-télévision (UER, « European Broadcasting Union »). « Depuis ce soir, environ 60% des Athéniens peuvent regarder notre programme », a constaté un ingénieur technicien pour le journal Le Monde.

« Nous n’avons évidemment jamais été confrontés à un épisode de ce genre, qui est en réalité totalement inimaginable dans une démocratie, a-t-il poursuivit en gardant l’anonymat. Nous savons, en revanche, que lorsqu’il postule à une adhésion (à l’Union européenne, ndlr), un État doit démontrer qu’il dispose d’un émetteur public indépendant et doté d’une autonomie de gestion. »

« Je remercie vivement les syndicats de toutes les radio-télévisions publiques européennes qui ont pris parti contre la fermeture en nous aidant bénévolement à trouver les moyens d’émettre », s’est-il ensuite réjoui, concluant : « Pour moi, ce n’est pas une question d’emploi ou de salaire, mais une question de liberté ! »

Nicky Tselika, une journaliste grecque, a prévenu de son côté qu’elle allait, comme ses confrères, « résister contre cette action digne d’une dictature ».

Crédit photo : Bastamag DR

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This