Accueil | Actualités | Médias | La télévision publique grecque émet dans la clandestinité
Pub­lié le 15 juin 2013 | Éti­quettes :

La télévision publique grecque émet dans la clandestinité

Malgré l’arrêt brutal de la diffusion des chaînes publiques grecques ce mardi 11 juin par décret gouvernemental, les journalistes de l’ERT ont décidé de poursuivre les programmes… clandestinement et avec les moyens du bord.

« Notre objectif, décidé en assemblée générale, est de continuer à transmettre nos programmes par tous les moyens », a expliqué Nicky Tselika, rédactrice en chef du journal télévisé d’ERT. Ainsi, dépourvus de ligne téléphonique, de ligne internet, d’antenne et de signal satellite, les journalistes s’appuient sur un canal numérique, donné gratuitement par l’Union européenne, de radio-télévision (UER, « European Broadcasting Union »). « Depuis ce soir, environ 60% des Athéniens peuvent regarder notre programme », a constaté un ingénieur technicien pour le journal Le Monde.

« Nous n’avons évidemment jamais été confrontés à un épisode de ce genre, qui est en réalité totalement inimaginable dans une démocratie, a-t-il poursuivit en gardant l’anonymat. Nous savons, en revanche, que lorsqu’il postule à une adhésion (à l’Union européenne, ndlr), un État doit démontrer qu’il dispose d’un émetteur public indépendant et doté d’une autonomie de gestion. »

« Je remercie vivement les syndicats de toutes les radio-télévisions publiques européennes qui ont pris parti contre la fermeture en nous aidant bénévolement à trouver les moyens d’émettre », s’est-il ensuite réjoui, concluant : « Pour moi, ce n’est pas une question d’emploi ou de salaire, mais une question de liberté ! »

Nicky Tselika, une journaliste grecque, a prévenu de son côté qu’elle allait, comme ses confrères, « résister contre cette action digne d’une dictature ».

Crédit photo : Bastamag DR

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux