Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Nouvelle émission d’Alessandra Sublet : un plagiat ?

16 octobre 2013

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Nouvelle émission d’Alessandra Sublet : un plagiat ?

Nouvelle émission d’Alessandra Sublet : un plagiat ?

De retour sur France 5, Alessandra Sublet proposera à partir du 27 octobre une émission intitulée « Fais-moi une place ». Mais avant même son lancement, une journaliste accuse 3ème Œil, la société qui produit le programme, d’avoir copié son concept.

Céline Alon­zo, qui a déjà tra­vail­lé pour plusieurs émis­sions depuis une quin­zaine d’années, affirme dans une let­tre envoyée à Pierre-Antoine Cap­ton, patron de 3ème Œil Pro­duc­tions, avoir dévelop­pé « seule » le pro­jet repris par l’émission de France 5. Con­cept : une per­son­nal­ité « nous ouvri­ra les portes de sa mai­son ou de son refuge et nous fera vis­iter son jardin secret », « elle nous emmèn­era à la ren­con­tre de per­son­nages qu’elle affec­tionne tout par­ti­c­ulière­ment » et « nous fera décou­vrir ses activ­ités préférées, ses adress­es favorites, ses lieux de prédilection. »

Ayant pris un ren­dez-vous avec la société de pro­duc­tion le 14 juin dernier, pour pro­pos­er son pro­jet, Céline Alon­zo n’en n’est pas rev­enue : « Elle (la direc­trice du développe­ment de 3ème Œil) nous a annon­cé, froide­ment, qu’elle dévelop­pait avec Alessan­dra Sub­let une émis­sion iden­tique à mon con­cept. » Lorsque l’émission et son principe sont annon­cés, le 16 juil­let, la jour­nal­iste envoie un cour­ri­er au pro­duc­teur esti­mant que « le piratage est flagrant ».

Celle-ci a depuis « ten­té de trou­ver un arrange­ment » avec M. Cap­ton, sans suc­cès. Dans un cour­riel envoyé mer­cre­di dernier à la direc­tion des pro­grammes de France 5, qu’Europe 1 s’est procuré, la jour­nal­iste main­tient que « Fais-moi une place sem­ble être un pur pla­giat de (s)on con­cept », accu­sant l’émission de repren­dre égale­ment ses idées d’invitations.

Céline Alon­zo a égale­ment adressé à France 5, par le biais de son avo­cate, une mise en demeure « de cess­er toute exploita­tion de ce pro­gramme » et « de sus­pendre la dif­fu­sion de ce pro­gramme ». « Une procé­dure de référé et une instance de fond ont été engagées », a‑t-elle ajouté. Et celle-ci de con­clure : « Je vais me bat­tre pour obtenir répa­ra­tion et pour qu’on mette un terme à ce genre de pra­tique si fréquente malheureusement. »

De son côté, 3ème Œil dément « avoir reçu un quel­conque référé de la part de Céline Alonzo ».

Crédit pho­to : cap­ture d’écran site france5.fr

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.