Accueil | Actualités | Médias | La grève des techniciens se poursuit à France 3
Pub­lié le 31 mai 2013 | Éti­quettes : , ,

La grève des techniciens se poursuit à France 3

Alors qu’ils entamaient avant-hier leur sixième jour de grève, les techniciens de France 3 ont voté le prolongement de celle-ci.

En cause, un désaccord lié au projet d’accord collectif, qui exclu les techniciens du régime général, leur faisant perdre par la même un certain nombre d’avantages et d’indemnités. « La rédaction nationale de France 3 est bloquée depuis six jours, il n'y a ni 12/13, ni 19/20, ni Soir 3, explique Éric Lemonnier (SNJ) au Figaro. Les éditions sont simplement remplacées par un "tout images". Cela va se poursuivre parce que la grève des techniciens de plateaux vient d'être reconduite à l'unanimité au moins jusqu'à demain. »

« La direction nous a claqué la porte vendredi soir dernier en nous disant qu'elle reprendrait les négociations seulement mercredi, poursuit-il. Ils nous ont laissé cinq jours sans négocier. Donc, le conflit se durcit. Nous ne voulons pas de disparités au sein du siège. L'accord collectif doit concerner tout le monde. »

La grève est suivie à 100 % par les effectifs concernés, soit 130 techniciens.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This