L'Observatoire du journalisme est en régime d'été jusqu'au 22 août : au programme, les rediffusions de nos meilleures publications du premier semestre 2022.
Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
La France perd 7 places au classement de Reporters sans frontières

22 avril 2016

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | La France perd 7 places au classement de Reporters sans frontières

La France perd 7 places au classement de Reporters sans frontières

22 avril 2016

Temps de lecture : 2 minutes

Comme chaque année, RSF publie son classement annuel de la liberté de la presse dans le monde.

Et comme chaque année, la sit­u­a­tion s’est dégradée à peu près partout, par­ti­c­ulière­ment sur le con­ti­nent améri­cain. « Tous les indi­ca­teurs du classe­ment témoignent d’une dégra­da­tion. De nom­breuses autorités publiques essaient de repren­dre le con­trôle de leurs pays, craig­nant de trop grandes ouver­tures du débat pub­lic », explique Christophe Deloire, secré­taire général de l’organisation.

Pour lui, aujour­d’hui, « il est de plus en plus facile pour tous les pou­voirs de s’adress­er directe­ment au pub­lic grâce aux nou­velles tech­nolo­gies, et donc il y a une vio­lence plus grande con­tre tous ceux qui représen­tent l’in­for­ma­tion indépen­dante ». Il s’ag­it d’une « nou­velle ère de la pro­pa­gande » per­mise grâce à l’évo­lu­tion des moyens de communication.

Pre­mier con­stat : pour la pre­mière fois, le con­ti­nent améri­cain est passé der­rière l’Afrique à cause notam­ment d’assassinats de jour­nal­istes en Amérique Cen­trale. En Amérique latine, ce sont « la vio­lence insti­tu­tion­nelle (au Venezuela, 139e ou en Equa­teur, 109e), celle du crime organ­isé (comme au Hon­duras, 137e), l’im­punité (comme en Colom­bie, 134e), la cor­rup­tion (comme au Brésil, 104e), la con­cen­tra­tion des médias (comme en Argen­tine, 54e) » qui « con­stituent les prin­ci­paux obsta­cles à la lib­erté de la presse ». Au Nord, les États-Unis sont mon­trés du doigt pour les dérives de la cyber-sur­veil­lance, et le Cana­da a per­du 10 places.

L’Afrique reste néan­moins, avec le Moyen-Ori­ent, la zone du monde où les jour­nal­istes sont « les plus soumis à des con­traintes de toutes sortes », con­state RSF. Et d’a­jouter que, dans cer­tains pays en crise, comme l’I­rak (158e), la Libye (164e) et le Yémen (170e), « exercer le jour­nal­isme relève de la bravoure ». L’Éry­thrée con­serve la dernière place du classe­ment (180e), suiv­ie par la Corée du Nord, le Turk­ménistan, la Chine et la Syrie. En haut du classe­ment, la Fin­lande con­serve sa pre­mière place pour la six­ième année con­séc­u­tive, suiv­ie par les Pays-Bas et la Norvège.

Si l’Eu­rope reste la zone où les jour­nal­istes sont le moins inquiétés, son mod­èle s’affaiblit à cause de plusieurs fac­teurs : « détourne­ment du con­tre-espi­onnage et de la lutte con­tre le ter­ror­isme, adop­tion de lois per­me­t­tant une sur­veil­lance à grande échelle, aug­men­ta­tion des con­flits d’in­térêts, main­mise de plus en plus grande des autorités sur les médias publics et par­fois privés, le con­ti­nent ne s’il­lus­tre pas par une tra­jec­toire positive ».

Enfin, la France perd 7 places et se retrou­ve 45e. Dans son rap­port, RSF déplore qu’« une poignée d’hommes d’af­faires ayant des intérêts extérieurs au champ des médias finis­sent par pos­séder la grande majorité des médias privés à voca­tion nationale ». En effet, d’ores et déjà, les plus gros médias français sont partagés entre quelques acteurs, de Patrick Drahi à Matthieu Pigasse en pas­sant par Bol­loré, Xaviel Niel ou encore Lagardère…

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés