Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
La France perd 7 places au classement de Reporters sans frontières

22 avril 2016

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | La France perd 7 places au classement de Reporters sans frontières

La France perd 7 places au classement de Reporters sans frontières

Comme chaque année, RSF publie son classement annuel de la liberté de la presse dans le monde.

Et comme chaque année, la sit­u­a­tion s’est dégradée à peu près partout, par­ti­c­ulière­ment sur le con­ti­nent améri­cain. « Tous les indi­ca­teurs du classe­ment témoignent d’une dégra­da­tion. De nom­breuses autorités publiques essaient de repren­dre le con­trôle de leurs pays, craig­nant de trop grandes ouver­tures du débat pub­lic », explique Christophe Deloire, secré­taire général de l’or­gan­i­sa­tion.

Pour lui, aujour­d’hui, « il est de plus en plus facile pour tous les pou­voirs de s’adress­er directe­ment au pub­lic grâce aux nou­velles tech­nolo­gies, et donc il y a une vio­lence plus grande con­tre tous ceux qui représen­tent l’in­for­ma­tion indépen­dante ». Il s’ag­it d’une « nou­velle ère de la pro­pa­gande » per­mise grâce à l’évo­lu­tion des moyens de com­mu­ni­ca­tion.

Pre­mier con­stat : pour la pre­mière fois, le con­ti­nent améri­cain est passé der­rière l’Afrique à cause notam­ment d’assassinats de jour­nal­istes en Amérique Cen­trale. En Amérique latine, ce sont « la vio­lence insti­tu­tion­nelle (au Venezuela, 139e ou en Equa­teur, 109e), celle du crime organ­isé (comme au Hon­duras, 137e), l’im­punité (comme en Colom­bie, 134e), la cor­rup­tion (comme au Brésil, 104e), la con­cen­tra­tion des médias (comme en Argen­tine, 54e) » qui « con­stituent les prin­ci­paux obsta­cles à la lib­erté de la presse ». Au Nord, les États-Unis sont mon­trés du doigt pour les dérives de la cyber-sur­veil­lance, et le Cana­da a per­du 10 places.

L’Afrique reste néan­moins, avec le Moyen-Ori­ent, la zone du monde où les jour­nal­istes sont « les plus soumis à des con­traintes de toutes sortes », con­state RSF. Et d’a­jouter que, dans cer­tains pays en crise, comme l’I­rak (158e), la Libye (164e) et le Yémen (170e), « exercer le jour­nal­isme relève de la bravoure ». L’Éry­thrée con­serve la dernière place du classe­ment (180e), suiv­ie par la Corée du Nord, le Turk­ménistan, la Chine et la Syrie. En haut du classe­ment, la Fin­lande con­serve sa pre­mière place pour la six­ième année con­séc­u­tive, suiv­ie par les Pays-Bas et la Norvège.

Si l’Eu­rope reste la zone où les jour­nal­istes sont le moins inquiétés, son mod­èle s’affaiblit à cause de plusieurs fac­teurs : « détourne­ment du con­tre-espi­onnage et de la lutte con­tre le ter­ror­isme, adop­tion de lois per­me­t­tant une sur­veil­lance à grande échelle, aug­men­ta­tion des con­flits d’in­térêts, main­mise de plus en plus grande des autorités sur les médias publics et par­fois privés, le con­ti­nent ne s’il­lus­tre pas par une tra­jec­toire pos­i­tive ».

Enfin, la France perd 7 places et se retrou­ve 45e. Dans son rap­port, RSF déplore qu’« une poignée d’hommes d’af­faires ayant des intérêts extérieurs au champ des médias finis­sent par pos­séder la grande majorité des médias privés à voca­tion nationale ». En effet, d’ores et déjà, les plus gros médias français sont partagés entre quelques acteurs, de Patrick Drahi à Matthieu Pigasse en pas­sant par Bol­loré, Xaviel Niel ou encore Lagardère…

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision