Accueil | Actualités | Médias | Kate Middleton seins nus : une nouvelle mise en examen
Pub­lié le 1 août 2013 | Éti­quettes : , , , , ,

Kate Middleton seins nus : une nouvelle mise en examen

La publication en septembre 2012 de photos montrant Kate Middleton seins nus dans le magasine Closer n’avait pas été du goût de la famille royale britannique et de la presse anglaise, notamment du tabloïd The Sun qui avait crié au scandale et appelé à débusquer « le rat » ayant pris la photo (« Find the rat »).

À la une des journaux du monde entier après son accouchement la semaine dernière, la duchesse de Cambridge aurait préféré ne pas voir publier quelques photos d’elle « topless » prises lors de ses vacances dans le sud de la France. Parues le 14 septembre 2012, le couple royal avait obtenu gain de cause quatre jours plus tard auprès du juge des référés de Nanterre, en interdisant la cession et toute nouvelle diffusion des photos de la femme du prince William. Par ailleurs, une plainte au pénal avait été diffusée afin d’identifier le ou les paparazzi.

Dix mois après l’enquête semble aboutir puisque selon l’AFP, évoquant des sources proches de l’enquête, un photographe français a été mis en examen pour « atteinte à la vie privée par fixation ou transmission d’une image d’une personne », en juin et un second est dans la ligne de mire de la justice et devrait être inculpé prochainement. Appartenant à la même agence, ils sont tous les deux soupçonnés d’être les auteurs du cliché controversé. Ces deux photographes viennent s’ajouter à la longue liste des mises en examen : la directrice de la rédaction de Closer, Laurence Pieau, accusée d’avoir diffusé les clichés « volés » ; Ernesto Mauri, le représentant légal de Mondadori France, éditeur de Closer, ainsi qu’une photographe et le directeur général délégué du quotidien La Provence.

Crédit photo : schultzstm via Flickr (cc)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

37% récolté
Nous avons récolté 745€ sur 2.000€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Téléchargez l’application

L'Ojim sur iTunes Store