Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Jeune Afrique sous le regard de la Côte d’Ivoire

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

26 janvier 2023

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Jeune Afrique sous le regard de la Côte d’Ivoire

Jeune Afrique sous le regard de la Côte d’Ivoire

Temps de lecture : 2 minutes

La revue francophone Jeune Afrique a soufflé ses 60 bougies en 2022 après sa création par le Tunisien Béchir Ben Yahmed. Ses héritiers cherchent un nouvel équilibre et quelques sous.

Un conseil d’administration plus ivoirien et familial

Les salariés l’ont appris par la presse (source Let­tre A), le 30 juin 2022 deux proches du prési­dent ivoirien Alas­sane Ouat­tara ont inté­gré le con­seil d’administration. Proches du Prési­dent mais aus­si proches du patronat local.

Ahmed Cis­sé est issu de la famille Nabin­tou Cis­sé, la mère du prési­dent Ouat­tara. Il est prési­dent du patronat ivoirien et réputé très ami du min­istre de la Défense, Birahi­ma Ouat­tara, frère cadet du Prési­dent. Le deux­ième nou­v­el arrivant, Serge Thiémélé, est un ancien d’Ernst&Young et dirige une banque locale.

Nouvelle génération, nouveaux alliés

Le fon­da­teur Béchir Ben Yahmed est décédé en 2021 et ses héri­tiers doivent éponger les pertes de la péri­ode du Covid, supérieures à 10M€. Ils rechercheraient une somme équiv­a­lente con­tre 20% du cap­i­tal, soit une val­ori­sa­tion – sans doute opti­miste – de 50M€ pour le groupe. Mais la valeur d’influence est plus impor­tante que la valeur pure­ment finan­cière. C’est pourquoi l’apport de 2M€ d’une hold­ing située à l’île Mau­rice dont les pro­prié­taires ne sont pas iden­ti­fiés pour­rait cacher quelques intérêts pure­ment ivoiriens, éta­tiques ou para-étatiques.

Voir aus­si : Jeune Afrique : les frères Ben Yahmed à la recherche d’argent frais