Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Islamophobie : le bobard « salade-tomate-oignons » de France 3 Aquitaine

27 novembre 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Islamophobie : le bobard « salade-tomate-oignons » de France 3 Aquitaine

Islamophobie : le bobard « salade-tomate-oignons » de France 3 Aquitaine

Agression islamophobe à Blaye, en Gironde ? C’est en tous cas ce qu’a affirmé France 3 Aquitaine le 19 novembre dernier.

Dans un arti­cle sans nuance, Sonia Ham­di rap­porte, sans citer aucune source, qu’« une bande d’au moins cinq indi­vidus a attaqué le restau­rant kebab “La Méd­i­na” à Blaye, en Gironde ». Péri­ode post-atten­tats oblige, cette agres­sion ne pou­vait être, aux yeux de la jour­nal­iste, qu’une agres­sion raciste.

Ain­si, celle-ci racon­te que le gérant du restau­rant et sa femme, alors qu’ils dînaient dans leurs locaux, ont été subite­ment traités, à plusieurs repris­es, de « sales arabes » et de « ter­ror­istes », avant que leurs assail­lants ne brisent la vit­re du restau­rant. Plus tard, ces derniers seraient revenus pour tir­er des coups de feu sur la façade du kebab.

« Sains et saufs mais très choqués, le patron et son épouse ont été trans­portés à l’hôpi­tal de Blaye dimanche soir. Les médecins leur ont pre­scrit deux jours d’ITT », ajoute Sonia Ham­di. N’a­vançant aucune expli­ca­tion à cette mys­térieuse alter­ca­tion, la jour­nal­iste laisse ain­si enten­dre que cette attaque ne pou­vait être qu’une réac­tion islam­o­phobe aux récents atten­tats terroristes.

Sauf que same­di dernier, le jour­nal La Char­ente Libre a pu faire toute la lumière sur cette pré­ten­due agres­sion raciste. « Après 5 jours d’in­ves­ti­ga­tion, les enquê­teurs de la com­pag­nie de Blaye ont réus­si à démêler le vrai du faux et on peut aujour­d’hui affirmer que cette agres­sion n’est ni raciste, ni ter­ror­iste », assure la Gen­darmerie de Gironde.

La réal­ité est un peu plus prosaïque : le 7 novem­bre dernier, un indi­vidu alcoolisé urine sur la façade du restau­rant, ce qui con­duit le gérant à lui bal­ancer une giclée de bombe lacry­mogène. Plus d’une semaine plus tard, l’homme revient régler ses comptes avec trois com­plices, brisant la vit­rine du restau­rant et tirant des coups de fusil. « Au final, aucun acte raciste n’au­rait été proféré. Il n’y a aucun lien avec les atten­tats de Paris. Les coups de feu ont été tirés en l’air et non con­tre le kebab ou une quel­conque per­son­ne, même si un impact a touché une façade de mai­son à prox­im­ité », souligne La Char­ente Libre. Sonia Ham­di, dont le con­trat d’apprentissage avec France 3 Aquitaine vient de s’achever, a‑t-elle déjà oublié ses cours à l’Institut de Jour­nal­isme de Bor­deaux Aquitaine ? On véri­fie ses sources, mademoiselle !

Alors qu’il avait com­plaisam­ment relayé l’ar­ti­cle de France 3 Aquitaine sur son pro­fil Twit­ter accom­pa­g­né de la men­tion #Douce­France, le jour­nal­iste du Monde Samuel Lau­rent, inter­pel­lé par un inter­naute, a finale­ment recon­nu sa méprise.

Mais gare à ceux qui lui font remar­quer avec un peu trop d’in­sis­tance qu’il a fauté. Un util­isa­teur du réseau social en a fait l’ex­péri­ence, lui qui s’est vu pro­pos­er de « retourn­er jouer avec (sa) pelle et (son) seau »…

Quoi qu’il en soit, c’est à se deman­der si cer­tains jour­nal­istes n’en sont pas à les souhaiter, ces « agres­sions racistes ». La semaine dernière, c’est France Bleu Armorique qui en inven­tait une à Pon­tivy dans le Mor­bi­han avant de retir­er pré­cipi­ta­m­ment l’article de son site

Voir notre portrait de Samuel Laurent

Crédit pho­to : tanack via Flickr (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Claude Askolovitch

PORTRAIT — Claude Askolovitch débute sa car­rière à Sci­ences et Vie Économie puis entre à RFO avant d’être engagé au Matin de Paris. Fin 1987, il rejoint Europe 1 puis devient reporter à l’EDJ et à Marianne.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Élisabeth Laborde

PORTRAIT — Anci­enne attachée de presse de Matthieu Pigasse, auquel elle doit sa mobil­ité pro­fes­sion­nelle ful­gu­rante, Élis­a­beth Labor­de est l’archétype de la « dircom » fémin­iste et bobo qui veut remod­el­er le monde de l’entreprise à son l’aune des mantras pro­gres­sistes contemporains.

Pascal Praud

PORTRAIT — Loin d’être l’homologue français de Tuck­er Carl­son ou de Sean Han­ni­ty comme le fan­tasme la presse de gauche, Pas­cal Praud prof­ite d’un cli­mat poli­tique trou­blé et d’une cen­sure gran­dis­sante pour endoss­er le rôle des “porte-parole des Mar­cel au bistrot” et faire grimper les audiences.

Glenn Greenwald

PORTRAIT — Ancien avo­cat d’af­faires, par la suite spé­cial­isé dans les lit­iges civiques et con­sti­tu­tion­nels, Glenn Green­wald est depuis près de 20 ans entière­ment dédié à la défense lit­térale et intran­sigeante de la con­sti­tu­tion améri­caine et de ses garanties en matière de lib­ertés individuelles.