Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Prétendue agression raciste de Pontivy : France Bleu en difficulté

20 novembre 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Prétendue agression raciste de Pontivy : France Bleu en difficulté

Prétendue agression raciste de Pontivy : France Bleu en difficulté

Comme nous nous en étions déjà fait écho, suite à la manifestation de nationalistes bretons opposés à l’accueil de migrants à Pontivy le 14 novembre, la radio France Bleu Armorique avait annoncé qu’une agression raciste en réunion avait été perpétrée par les manifestants sur un maghrébin.

Mais plusieurs médias locaux présents lors de cette man­i­fes­ta­tion pass­able­ment ten­due avaient démen­ti cette infor­ma­tion. Après que le coup de grâce ait été don­né par les pou­voirs publics, France Bleu, for­cée de se déjuger – en par­tie – est en porte-à-faux.

La presse locale indépen­dante de réin­for­ma­tion a‑t-elle à nou­veau eu rai­son con­tre les médias « main­stream » ? Alors que la presse nationale, dont aucun représen­tant ne cou­vrait pour­tant la man­i­fes­ta­tion, repre­nait sans véri­fi­er les allé­ga­tions de France Bleu, le média bre­ton de réin­for­ma­tion Breizh Info qui cou­vrait la man­i­fes­ta­tion, infir­mait cette nou­velle. La chaîne de télévi­sion publique France 3 se dis­tin­guait cepen­dant en s’ap­puyant sur des sources offi­cielles : « par ailleurs, ni Georges-Yves Guil­lot, l’élu de Pon­tivy qui était sur place, ni les gen­darmes ne con­fir­ment le tabas­sage d’une per­son­ne d’o­rig­ine maghrébine par les man­i­fes­tants d’ex­trême droite ».

Sapée par plusieurs médias et l’O­JIM, la posi­tion de France Bleu est dev­enue tout à fait inten­able lorsque les pou­voirs publics – en la per­son­ne du préfet du Mor­bi­han – révélaient qu’aucune plainte liée à une infrac­tion à car­ac­tère raciste n’avait été déposée. France Bleu a été oblig­ée de se déjuger en reti­rant son arti­cle, inac­ces­si­ble depuis mer­cre­di 18 novem­bre, et ce, sans que la radio n’ait pris la peine de s’ex­cuser devant son pub­lic ou au moins de s’ex­pli­quer.

La radio ne s’est cepen­dant déjugée qu’en par­tie, repor­tant le feu sur les plaintes déposées – qua­tre, pour vio­lences – et en changeant son réc­it de la « raton­nade », qui était cen­sé con­cern­er cette fois, selon le même témoignage de la com­merçante, « un mon­sieur (NDLR : d’origine antil­laise) », une pré­ci­sion ajoutée par la rédac­tion. De deux choses l’une : soit cette pré­ci­sion est entière­ment inven­tée par l’au­teur de l’ar­ti­cle, soit la com­merçante a changé son témoignage, ce qui indique pour le moins qu’il n’est ni sûr ni probant.

Pour toute expli­ca­tion de ces vari­a­tions de ver­sions et d’accusations que France Bleu s’est per­mis de profér­er, puis de retir­er, un court nota bene en fin du nou­veau arti­cle : « Cet arti­cle a été pub­lié dans une pre­mière ver­sion dimanche, le 15 novem­bre, sur la foi de plusieurs témoins et nous l’avons mod­i­fié après avoir obtenu de nou­veaux témoignages et les pré­ci­sions du par­quet de Lori­ent ». Une phrase sèche, insuff­isante, qui en dit long sur le rap­port qu’en­tre­tient la presse sub­ven­tion­née à l’é­gard de l’in­for­ma­tion – si l’on se plante, un clou chas­se l’autre comme une infor­ma­tion fausse peut être rem­placée par une autre – ce qui est d’au­tant plus grave pour un média pub­lic qui reflète, en par­tie, l’at­tache­ment de la République au car­ac­tère véridique et à la fia­bil­ité de l’in­for­ma­tion.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision