Accueil | Actualités | Médias | Interview de Poutine : la traduction manipulée ?
Pub­lié le 5 juin 2014 | Éti­quettes : ,

Interview de Poutine : la traduction manipulée ?

Depuis l’entretien que Vladimir Poutine a accordé à TF1 et Europe 1, mercredi 5 juin, il est de bon ton de répéter que le chef d’État russe, en plus de tout ce que lui reprochent les occidentaux, est un affreux misogyne. Interrogé sur les déclarations de l’ex-secrétaire d’État américaine Hillary Clinton, qui avait comparé ses méthodes à celles d’Hitler, celui-ci n’a-t-il pas déclaré qu’« il était préférable de ne pas débattre avec les femmes » ?

Autrement dit : les femmes, et en particulier, Hillary Clinton, ne sont pas assez intelligentes pour que l’on puisse débattre avec elles et il vaut donc mieux les traiter avec mépris. Le message, on le voit, est clairement misogyne.

Le problème, c’est qu’en russe, le verbe « спорить » employé par le président Poutine, ne signifie pas « débattre », au sens courant de « discuter », mais plutôt « se disputer » ou « se chamailler ». Il existe un verbe spécifique pour débattre qui est « обсуждать ».

La véritable traduction du propos de Poutine serait ainsi : « il est préférable de ne pas se chamailler avec les femmes » ou « il est préférable de ne pas se disputer avec les femmes ». Le propos s’entend ainsi davantage comme l’expression d’une galanterie, certes un rien surannée et paternaliste, que comme une tirade misogyne et méprisante. « Traduttore traditore » (traducteur traitre) disent les Italiens !

La question qui demeure est évidemment celle du caractère volontaire ou non de cette faute de traduction. Imprécision dans le feu de l’action ? Volonté de noircir le tableau ? Impossible à savoir.

Mais ce qui est sûr, c’est que la plupart des médias ont foncé tête baissé, ainsi que l’inénarrable Valérie Trierweiler, « heureuse de ne pas avoir à serrer la main de Poutine », comme elle écrivait sur son compte Twitter quelques heures après l’interview. Il est vrai que Valérie Trierweiler n’a jamais semblé particulièrement apprécier les hommes galants…

Crédit photo : unisgeneva via Flickr (cc)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux