Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Interview de Poutine : la traduction manipulée ?

5 juin 2014

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Interview de Poutine : la traduction manipulée ?

Interview de Poutine : la traduction manipulée ?

Depuis l’entretien que Vladimir Poutine a accordé à TF1 et Europe 1, mercredi 5 juin, il est de bon ton de répéter que le chef d’État russe, en plus de tout ce que lui reprochent les occidentaux, est un affreux misogyne. Interrogé sur les déclarations de l’ex-secrétaire d’État américaine Hillary Clinton, qui avait comparé ses méthodes à celles d’Hitler, celui-ci n’a‑t-il pas déclaré qu’« il était préférable de ne pas débattre avec les femmes » ?

Autrement dit : les femmes, et en par­ti­c­uli­er, Hillary Clin­ton, ne sont pas assez intel­li­gentes pour que l’on puisse débat­tre avec elles et il vaut donc mieux les traiter avec mépris. Le mes­sage, on le voit, est claire­ment misog­y­ne.

Le prob­lème, c’est qu’en russe, le verbe « спорить » employé par le prési­dent Pou­tine, ne sig­ni­fie pas « débat­tre », au sens courant de « dis­cuter », mais plutôt « se dis­put­er » ou « se chamailler ». Il existe un verbe spé­ci­fique pour débat­tre qui est « обсуждать ».

La véri­ta­ble tra­duc­tion du pro­pos de Pou­tine serait ain­si : « il est préférable de ne pas se chamailler avec les femmes » ou « il est préférable de ne pas se dis­put­er avec les femmes ». Le pro­pos s’entend ain­si davan­tage comme l’expression d’une galanterie, certes un rien suran­née et pater­nal­iste, que comme une tirade misog­y­ne et méprisante. « Tradut­tore tra­di­tore » (tra­duc­teur traitre) dis­ent les Ital­iens !

La ques­tion qui demeure est évidem­ment celle du car­ac­tère volon­taire ou non de cette faute de tra­duc­tion. Impré­ci­sion dans le feu de l’action ? Volon­té de noir­cir le tableau ? Impos­si­ble à savoir.

Mais ce qui est sûr, c’est que la plu­part des médias ont fon­cé tête bais­sé, ain­si que l’inénarrable Valérie Tri­er­weil­er, « heureuse de ne pas avoir à ser­rer la main de Pou­tine », comme elle écrivait sur son compte Twit­ter quelques heures après l’interview. Il est vrai que Valérie Tri­er­weil­er n’a jamais sem­blé par­ti­c­ulière­ment appréci­er les hommes galants…

Crédit pho­to : unis­gene­va via Flickr (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision