Accueil | Actualités | Médias | Interpol à la recherche de l’ancien propriétaire russe de France-Soir
Pub­lié le 28 novembre 2014 | Éti­quettes : , ,

Interpol à la recherche de l’ancien propriétaire russe de France-Soir

Ce jeudi 27 novembre, Interpol a demandé l'arrestation immédiate du milliardaire russe Sergueï Plougatchev.

Cet oligarque âgé de 51 ans, aujourd'hui exilé à Londres, est recherché par la justice russe, qui a sollicité Interpol et l'accuse de détournement de fonds et d'escroquerie suite à la faillite de la banque Majprombank en 2010.

Considéré dans les années 1990 comme le « banquier du Kremlin », Sergueï Plougatchev s'était fait connaître en France en rachetant France-Soir en 2009. Ne comptant pas à la dépense, il n'avait pas hésité à embaucher 75 journalistes, à mettre 5 millions d'euros dans une campagne de publicité et à placer le siège du quotidien sur les Champs-Élysées. Il avait également recruté des plumes célèbres, payées très confortablement, comme PPDA, Thierry Roland ou encore Laurent Cabrol.

En mars 2010, il avait lancé une nouvelle formule papier qui avait évolué en janvier 2011. Malgré tous ses efforts, France-Soir perdait, en août 2011, plus d'un million d'euros par mois. La version papier, qui existait depuis 67 ans, s'était ainsi arrêtée en décembre 2011.

En juillet de l'année suivante, le tribunal de commerce de Paris prononçait la liquidation judiciaire du journal, qui s’est maintenu en format numérique en guise d'ultime tentative de survie. En tout, Sergueï Plougatchev et son fils, qui avait été placé à la tête du quotidien, auront injecté 75 millions d'euros dans cette aventure.

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.