Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
In Memoriam : Michel Tauriac

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

3 janvier 2014

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | In Memoriam : Michel Tauriac

In Memoriam : Michel Tauriac

Temps de lecture : 2 minutes

C’est donc ce jeudi 26 décembre 2013 à 86 ans que Michel Tauriac, journaliste et écrivain, est parti rejoindre un de Gaulle qui le passionnait tant.

Ayant servi en Indo­chine, Michel Tau­ri­ac, prési­dent de l’association des écrivains com­bat­tants, s’est fait grand reporter dès son retour des com­bats. Un retour… pour mieux repar­tir, avec cette fois un calepin en guise de fusil. Out­re l’Indochine, il a égale­ment cou­vert le Proche-Ori­ent ain­si que la Louisiane, une terre qui lui tenait à cœur. Après sa trilo­gie « Les Années créoles », il fut nom­mé mem­bre de l’A­cadémie des sci­ences d’outre-mer.

Sa pas­sion pour le général de Gaulle l’a con­duit à écrire nom­bre d’articles et d’ouvrages sur le sujet, lui ouvrant les portes de l’Institut Charles-de-Gaulle. Son plus célèbre fut un livre d’entretien avec le fils du général, l’amiral Philippe de Gaulle, inti­t­ulé « De Gaulle, mon père » (Plon). Il ren­con­tra un immense succès.

Né en 1927, sa car­rière de jour­nal­iste l’a vu col­la­bor­er à de nom­breux mag­a­zines dans les années 50, avant de se faire con­naître par les ondes à RTL et surtout à Radio France. Il y fut le directeur-adjoint de l’information avant d’en devenir le directeur général.

Crédit pho­to : DR