Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
IA : panique à bord au sein de l’édition japonaise !

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

31 août 2023

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | IA : panique à bord au sein de l’édition japonaise !

IA : panique à bord au sein de l’édition japonaise !

Temps de lecture : 2 minutes

D’après le Japan Times, daté du 17 août 2023, la panique liée au développement de l’intelligence artificielle dans le monde des médias et de l’édition ne cesserait de s’aggraver.

Une nouvelle législation ?

Ain­si, l’Association des édi­teurs de livres du Japon réu­nis­sant aus­si des organ­i­sa­tions de jour­naux, de mag­a­zines et de défenseurs des droits d’auteur pour les pho­tographes a pub­lié une déc­la­ra­tion com­mune dans laque­lle ils soulig­nent que la lég­is­la­tion en matière d’intelligence arti­fi­cielle est lacunaire.

Selon eux, l’Intelligence arti­fi­cielle généra­tive, de type Chat­G­PT et toutes les IA asso­ciées fab­rique des con­tenus sur la base de quan­tités de don­nées dont l’utilisation devrait théorique­ment deman­der des con­trepar­ties et des autori­sa­tions. C’est pourquoi l’association demande une révi­sion de la loi sur les droits d’auteur. Dans l’état actuel des choses, la lég­is­la­tion japon­aise étant lax­iste en ce domaine, l’IA est en mesure de pro­duire une masse de con­tenus au détri­ment de pans entiers de l’édition, sous toutes ses formes. Et donc des auteurs.

Quelles mesures ?

Étant don­née la panique et l’agitation rap­portées par le Japan Times, il n’était pas impos­si­ble de s’attendre à des propo­si­tions « choc ». Or, l’Association et les autres sig­nataires de la déc­la­ra­tion pro­posent la créa­tion d’un… « espace de dia­logue ». Nul doute (nous pen­sons bien enten­du le con­traire) que cela va régler des prob­lèmes de cet ordre. Dans le même temps, la déc­la­ra­tion demande aus­si que les mesures de pro­tec­tion des droits d’auteur soient adap­tées à l’évolution de l’IA généra­tive afin de per­me­t­tre un « développe­ment cul­turel har­monieux ». C’est loin d’être gagné.

Voir aus­si : Asso­ci­at­ed Press va pro­duire du con­tenu avec l’intelligence artificielle

Vidéos à la une