Accueil | Actualités | Médias | Hénin-Beaumont : Guerre ouverte entre le FN et La Voix du Nord
Pub­lié le 9 février 2016 | Éti­quettes :

Hénin-Beaumont : Guerre ouverte entre le FN et La Voix du Nord

Entre le FN et La Voix du Nord, les couteaux sont tirés.

Entre le FN et La Voix du Nord, les couteaux sont tirés.

Entre le FN et La Voix du Nord, les couteaux sont tirés.

Dans son dernier numéro, le journal municipal d'Hénin-Beaumont, ville dirigée par le FN, attaque frontalement le journal La Voix du Nord en dénonçant en une un « incroyable dérapage » et des « insultes contre les habitants » de la ville.

Dans le dossier, c'est Pascal Wallart, chef du bureau d'Hénin-Beaumont, qui est visé par cette accusation. Le 17 janvier, Steeve Briois, le maire FN de la ville du Nord, avait relayé une vidéo où le journaliste déclarait notamment que, parmi les Héninois, « beaucoup n'ont plus de conscience politique ». Pour le maire, il s'agit ici d'une « insulte » à ses administrés, suspectés d'être désorientés voire idiots parce qu'ils ne votent plus communiste mais Front National.

Le 19 janvier, le rédacteur en chef de La Voix du Nord réagissait par communiqué, estimant que « certaines digues intellectuelles et morales ont été franchies ». Soulignant que son journal ne recevait plus aucune information de la part de la mairie, ce dernier jugeait qu'à Hénin, « certains ont perdu leur sang-froid ».

Dans les jours suivants, le journal municipal en a donc remis une couche en consacrant sa une à l'affaire. Sur les réseaux sociaux, la page Facebook « La Voie d'Hénin », décrite comme proche du FN, a également placé M. Wallart dans son viseur, ce qui fait de lui un « bouc émissaire » du Front, selon un article paru sur Big Browser, blog du Monde.

Pascal Wallart, chef d'agence de la Voix du Nord, protège t il une ancienne elue socialiste d'un gros scandale ? Était...

Posté par La Voie d'Hénin sur jeudi 17 décembre 2015

 

Réagissant à cette couverture accusatrice, les journalistes de La Voix du Nord se sont fendus d'un communiqué. S'estimant « fustigés et insultés » en permanence sur les réseaux sociaux, ils notent que lorsque « cette stratégie de communication monopolise les premières pages du magazine municipal, alors la manœuvre devient publique et inquiétante ». Après cette nouvelle affaire, les hostilités semblent reparties de plus belle entre un quotidien subventionné censé rester impartial et une publication locale qui tente, tant bien que mal, de faire entendre son opposition.

Car en décembre 2015, c'est La Voix du Nord qui était entré ouvertement en campagne contre le Front National, alors bien placé pour remporter les élections régionales, en titrant : « Pourquoi une victoire du FN nous inquiète ». Indignés, les élus FN avaient dénoncé une « ligne éditoriale volontairement militante » et accusé le journal de lancer « des fatwas contre [leurs] concitoyens ».

De son côté, Marine Le Pen, candidate dans la région, avait déclaré : « Nous considérons que les 1.5 millions d'euros par an accordés au groupe La Voix du Nord (…) sont tout à fait inutiles. (...) C'est la raison pour laquelle La Voix du Nord s'attaque à nous d'une manière inédite pour la presse régionale. »

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

19% récolté
Objec­tif : avril 2019 ! Nous avons récolté 375,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux