Accueil | Actualités | Médias | France 2 mis en demeure par le CSA dans l’affaire Soizic Corne
Pub­lié le 10 décembre 2014 | Éti­quettes : , , ,

France 2 mis en demeure par le CSA dans l’affaire Soizic Corne


Fou rire à "On n'est pas couché" après une... par puremedias

Lors de l'émission « On n'est pas couché » diffusée le 1er décembre dernier, les téléspectateurs ont pu assister à un fou rire des animateurs et des invités d’un assez mauvais goût.

Celui-ci faisait en effet suite à l’évocation de Soizic Corne, ex-présentatrice des « Visiteurs du mercredi », et surtout au fait de savoir si elle était ou non décédée. Patrick Sabatier, qui co-présentait avec elle cette émission dans les années 1970, et qui était présent ce jour-là sur le plateau, avait par la suite demandé à la production que la séquence, enregistrée le jeudi soir, ne soit pas diffusée.

Mais la séquence avait bel et bien été conservée, créant la polémique. De nombreux spectateurs et internautes ont en effet été choqués par une telle légèreté, pour ne pas dire un tel cynisme. Laurent Ruquier, embarrassé mais défendu par France 2, avait présenté ses excuses lors de l'émission suivante.

Cela n'aura pas suffit à dédouaner la chaîne. Vendredi dernier, le CSA a mis en demeure France 2 en expliquant qu'« un tel échange, faisant du décès éventuel d'une personne un sujet de plaisanteries collectives, porte atteinte à la dignité de la personne humaine ».

« Il a été en outre expressément indiqué que, bien que l'émission ait été enregistrée, la séquence en cause ne serait pas coupée au montage, malgré la demande formulée en ce sens par l'invité de l'émission. Le fait que cette séquence ait effectivement été conservée et diffusée caractérise une absence de maîtrise de l'antenne », a ajouté le Conseil avant de préciser que « les excuses de l'animateur, tardives et présentées sur un ton décalé et distancié, lors de l'émission du 8 novembre 2014, n'étaient pas susceptibles de modifier son appréciation ».

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux