Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
France 2 mis en demeure par le CSA dans l’affaire Soizic Corne

10 décembre 2014

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | France 2 mis en demeure par le CSA dans l’affaire Soizic Corne

France 2 mis en demeure par le CSA dans l’affaire Soizic Corne

10 décembre 2014

Temps de lecture : 2 minutes


Fou rire à “On n’est pas couché” après une… par pure­me­dias

Lors de l’émission « On n’est pas couché » diffusée le 1er décembre dernier, les téléspectateurs ont pu assister à un fou rire des animateurs et des invités d’un assez mauvais goût.

Celui-ci fai­sait en effet suite à l’évocation de Soiz­ic Corne, ex-présen­ta­trice des « Vis­i­teurs du mer­cre­di », et surtout au fait de savoir si elle était ou non décédée. Patrick Sabati­er, qui co-présen­tait avec elle cette émis­sion dans les années 1970, et qui était présent ce jour-là sur le plateau, avait par la suite demandé à la pro­duc­tion que la séquence, enreg­istrée le jeu­di soir, ne soit pas diffusée.

Mais la séquence avait bel et bien été con­servée, créant la polémique. De nom­breux spec­ta­teurs et inter­nautes ont en effet été choqués par une telle légèreté, pour ne pas dire un tel cynisme. Lau­rent Ruquier, embar­rassé mais défendu par France 2, avait présen­té ses excus­es lors de l’émis­sion suivante.

Cela n’au­ra pas suf­fit à dédouan­er la chaîne. Ven­dre­di dernier, le CSA a mis en demeure France 2 en expli­quant qu’« un tel échange, faisant du décès éventuel d’une per­son­ne un sujet de plaisan­ter­ies col­lec­tives, porte atteinte à la dig­nité de la per­son­ne humaine ».

« Il a été en out­re expressé­ment indiqué que, bien que l’émis­sion ait été enreg­istrée, la séquence en cause ne serait pas coupée au mon­tage, mal­gré la demande for­mulée en ce sens par l’in­vité de l’émis­sion. Le fait que cette séquence ait effec­tive­ment été con­servée et dif­fusée car­ac­térise une absence de maîtrise de l’an­tenne », a ajouté le Con­seil avant de pré­cis­er que « les excus­es de l’an­i­ma­teur, tar­dives et présen­tées sur un ton décalé et dis­tan­cié, lors de l’émis­sion du 8 novem­bre 2014, n’é­taient pas sus­cep­ti­bles de mod­i­fi­er son appréciation ».

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés