Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
FIP ferme ses trois antennes en province

23 novembre 2019

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | FIP ferme ses trois antennes en province

FIP ferme ses trois antennes en province

Radio France a annoncé un nouveau plan d’économies et de suppressions de postes – 299 postes sont concernés sur trois ans, dont 61 déjà vacants ou qui le seront dans les trois ans. Les trois locales de FIP, qui coûtaient cher pour pas grand-chose, disparaissent de la carte. Elles fermeront en juin 2020.

Antennes provinciales touchées

À Nantes, 3 CDI et 4 CDD sont con­cernés, annonce Ouest-France. En 2000 déjà, cinq antennes, toutes lour­de­ment défici­taires, avaient été rayées de la carte. Seules trois, à Stras­bourg, Nantes et Bor­deaux étaient main­tenues aux frais du con­tribuable. Nous écriv­ions en 2015 : « Pour les trois antennes FIP en province, qui réalisent pour­tant de mod­estes audi­ences, on compte 17 per­son­nes et un coût d’un mil­lion d’eu­ro par an ».

Plus intéres­sant, en réu­nion avec les syn­di­cats au CSE, « La direc­trice de @fipradio vante le fait que la chaîne se débar­rasse de l’information pour en faire une chaîne sans “agres­sions… à l’abri des vio­lences du monde », explique le SNJ sur Twit­ter en direct. Pas de nou­velles, bonne nou­velle pour des spec­ta­teurs Bisounours ?

Moins de chœur

Le chœur de Radio France devrait aus­si per­dre un tiers de ses effec­tifs, et pass­er de 93 à 60 per­son­nes, « ce qui est con­forme aux moyennes relevées au sein de l’Union européenne de radiod­if­fu­sion » selon la direc­tion. Vingt-six postes de tech­ni­ciens du son seront aus­si sup­primés. A la for­ma­tion phi­lar­monique, qua­tre postes seront sup­primés, deux seule­ment au chœur nation­al. Des postes seront en revanche créés à France Cul­ture.

Selon le SNJ, l’offre com­mer­ciale pour les radios asso­cia­tives Sophia sera sup­primée, ain­si que le pôle traf­ic de France Bleu. Surtout, « Deux bureaux d’information régionale (les jour­nal­istes dépen­dant des chaînes nationales à Lyon, Mar­seille et Toulouse) vont être fer­més. Selon la direc­trice des antennes, ces 2 x 2 jour­nal­istes (à Mar­seille et Toulouse) sont en “dou­blon” avec ceux de @francebleu. »

Plus de numérique

En con­tre­point des 299 sup­pres­sions de postes – sur 4600 équiv­a­lent temps plein (6.5% de la masse salar­i­ale), Radio France promet 76 créa­tions de postes dont 50 pour le numérique. Dans un cour­ri­er adressé au per­son­nel, Sybile Veil a promis : « J’ai veil­lé à lim­iter au strict néces­saire le nom­bre de départs volon­taires de salariés. Nous avons pris en compte les départs déjà prévus dans les prochaines années et les postes actuelle­ment vacants ».

La moitié des femmes de ménage va aus­si dis­paraître, ain­si que les flash­es infos de FIP (qua­tre jour­nal­istes). Ce plan de sup­pres­sion – prévu à 390 postes en juin dernier selon le Syn­di­cat nation­al des jour­nal­istes – a cepen­dant été revu à la baisse. A l’époque, la con­di­tion pour le faire revenir à 290 postes était que les jour­nal­istes acceptent de renon­cer défini­tive­ment à une par­tie de leurs con­gés, de 7 à 12 jours selon les métiers.

Pour le SNJ de Radio France, le plan social présen­té est « insouten­able ». Surtout, « con­traire­ment à ce qu’af­firme Sibyle Veil, ce n’est pas une sim­ple réor­gan­i­sa­tion du ser­vice pub­lic de la radio. C’est un grave affaib­lisse­ment qui nous met à la mer­ci de nos con­cur­rents. Un affaib­lisse­ment organ­isé avant un mariage for­cé avec France Télévi­sions ? »

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.