Accueil | Actualités | Médias | FIP ferme ses trois antennes en province
Pub­lié le 23 novembre 2019 | Éti­quettes : ,

FIP ferme ses trois antennes en province

Radio France a annoncé un nouveau plan d’économies et de suppressions de postes – 299 postes sont concernés sur trois ans, dont 61 déjà vacants ou qui le seront dans les trois ans. Les trois locales de FIP, qui coûtaient cher pour pas grand-chose, disparaissent de la carte. Elles fermeront en juin 2020.

Antennes provinciales touchées

À Nantes, 3 CDI et 4 CDD sont concernés, annonce Ouest-France. En 2000 déjà, cinq antennes, toutes lourdement déficitaires, avaient été rayées de la carte. Seules trois, à Strasbourg, Nantes et Bordeaux étaient maintenues aux frais du contribuable. Nous écrivions en 2015 : « Pour les trois antennes FIP en province, qui réalisent pourtant de modestes audiences, on compte 17 personnes et un coût d'un million d'euro par an ».

Plus intéressant, en réunion avec les syndicats au CSE, « La directrice de @fipradio vante le fait que la chaîne se débarrasse de l’information pour en faire une chaîne sans "agressions... à l'abri des violences du monde », explique le SNJ sur Twitter en direct. Pas de nouvelles, bonne nouvelle pour des spectateurs Bisounours ?

Moins de chœur

Le chœur de Radio France devrait aussi perdre un tiers de ses effectifs, et passer de 93 à 60 personnes, « ce qui est conforme aux moyennes relevées au sein de l’Union européenne de radiodiffusion » selon la direction. Vingt-six postes de techniciens du son seront aussi supprimés. A la formation philarmonique, quatre postes seront supprimés, deux seulement au chœur national. Des postes seront en revanche créés à France Culture.

Selon le SNJ, l’offre commerciale pour les radios associatives Sophia sera supprimée, ainsi que le pôle trafic de France Bleu. Surtout, « Deux bureaux d’information régionale (les journalistes dépendant des chaînes nationales à Lyon, Marseille et Toulouse) vont être fermés. Selon la directrice des antennes, ces 2 x 2 journalistes (à Marseille et Toulouse) sont en "doublon" avec ceux de @francebleu. »

Plus de numérique

En contrepoint des 299 suppressions de postes – sur 4600 équivalent temps plein (6.5% de la masse salariale), Radio France promet 76 créations de postes dont 50 pour le numérique. Dans un courrier adressé au personnel, Sybile Veil a promis : « J’ai veillé à limiter au strict nécessaire le nombre de départs volontaires de salariés. Nous avons pris en compte les départs déjà prévus dans les prochaines années et les postes actuellement vacants ».

La moitié des femmes de ménage va aussi disparaître, ainsi que les flashes infos de FIP (quatre journalistes). Ce plan de suppression – prévu à 390 postes en juin dernier selon le Syndicat national des journalistes – a cependant été revu à la baisse. A l’époque, la condition pour le faire revenir à 290 postes était que les journalistes acceptent de renoncer définitivement à une partie de leurs congés, de 7 à 12 jours selon les métiers.

Pour le SNJ de Radio France, le plan social présenté est « insoutenable ». Surtout, « contrairement à ce qu'affirme Sibyle Veil, ce n'est pas une simple réorganisation du service public de la radio. C’est un grave affaiblissement qui nous met à la merci de nos concurrents. Un affaiblissement organisé avant un mariage forcé avec France Télévisions ? »

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Share This