Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
FIP ferme ses trois antennes en province

23 novembre 2019

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | FIP ferme ses trois antennes en province

FIP ferme ses trois antennes en province

Radio France a annoncé un nouveau plan d’économies et de suppressions de postes – 299 postes sont concernés sur trois ans, dont 61 déjà vacants ou qui le seront dans les trois ans. Les trois locales de FIP, qui coûtaient cher pour pas grand-chose, disparaissent de la carte. Elles fermeront en juin 2020.

Antennes provinciales touchées

À Nantes, 3 CDI et 4 CDD sont con­cernés, annonce Ouest-France. En 2000 déjà, cinq antennes, toutes lour­de­ment défici­taires, avaient été rayées de la carte. Seules trois, à Stras­bourg, Nantes et Bor­deaux étaient main­tenues aux frais du con­tribuable. Nous écriv­ions en 2015 : « Pour les trois antennes FIP en province, qui réalisent pour­tant de mod­estes audi­ences, on compte 17 per­son­nes et un coût d’un mil­lion d’eu­ro par an ».

Plus intéres­sant, en réu­nion avec les syn­di­cats au CSE, « La direc­trice de @fipradio vante le fait que la chaîne se débar­rasse de l’information pour en faire une chaîne sans “agres­sions… à l’abri des vio­lences du monde », explique le SNJ sur Twit­ter en direct. Pas de nou­velles, bonne nou­velle pour des spec­ta­teurs Bisounours ?

Moins de chœur

Le chœur de Radio France devrait aus­si per­dre un tiers de ses effec­tifs, et pass­er de 93 à 60 per­son­nes, « ce qui est con­forme aux moyennes relevées au sein de l’Union européenne de radiod­if­fu­sion » selon la direc­tion. Vingt-six postes de tech­ni­ciens du son seront aus­si sup­primés. A la for­ma­tion phi­lar­monique, qua­tre postes seront sup­primés, deux seule­ment au chœur nation­al. Des postes seront en revanche créés à France Cul­ture.

Selon le SNJ, l’offre com­mer­ciale pour les radios asso­cia­tives Sophia sera sup­primée, ain­si que le pôle traf­ic de France Bleu. Surtout, « Deux bureaux d’information régionale (les jour­nal­istes dépen­dant des chaînes nationales à Lyon, Mar­seille et Toulouse) vont être fer­més. Selon la direc­trice des antennes, ces 2 x 2 jour­nal­istes (à Mar­seille et Toulouse) sont en “dou­blon” avec ceux de @francebleu. »

Plus de numérique

En con­tre­point des 299 sup­pres­sions de postes – sur 4600 équiv­a­lent temps plein (6.5% de la masse salar­i­ale), Radio France promet 76 créa­tions de postes dont 50 pour le numérique. Dans un cour­ri­er adressé au per­son­nel, Sybile Veil a promis : « J’ai veil­lé à lim­iter au strict néces­saire le nom­bre de départs volon­taires de salariés. Nous avons pris en compte les départs déjà prévus dans les prochaines années et les postes actuelle­ment vacants ».

La moitié des femmes de ménage va aus­si dis­paraître, ain­si que les flash­es infos de FIP (qua­tre jour­nal­istes). Ce plan de sup­pres­sion – prévu à 390 postes en juin dernier selon le Syn­di­cat nation­al des jour­nal­istes – a cepen­dant été revu à la baisse. A l’époque, la con­di­tion pour le faire revenir à 290 postes était que les jour­nal­istes acceptent de renon­cer défini­tive­ment à une par­tie de leurs con­gés, de 7 à 12 jours selon les métiers.

Pour le SNJ de Radio France, le plan social présen­té est « insouten­able ». Surtout, « con­traire­ment à ce qu’af­firme Sibyle Veil, ce n’est pas une sim­ple réor­gan­i­sa­tion du ser­vice pub­lic de la radio. C’est un grave affaib­lisse­ment qui nous met à la mer­ci de nos con­cur­rents. Un affaib­lisse­ment organ­isé avant un mariage for­cé avec France Télévi­sions ? »

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.