Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Feuilleton Obono : derniers développements, Michel Onfray au créneau

11 septembre 2020

Temps de lecture : 7 minutes
Accueil | Veille médias | Feuilleton Obono : derniers développements, Michel Onfray au créneau

Feuilleton Obono : derniers développements, Michel Onfray au créneau

Les médias continuent de parler de « l’affaire Obono », événement politico-médiatique né de la parution du récit intitulé « Obono l’Africaine » dans Valeurs Actuelles n°4370, daté du 27 août au 2 septembre 2020. Une affaire qui a des implications et des ramifications révélatrices de l’état de déliquescence de la vie médiatique en France.

Une déliques­cence dont le pre­mier rebondisse­ment poli­tique­ment très prob­lé­ma­tique a été mar­qué par l’éviction du directeur de la rédac­tion de Valeurs Actuelles, Geof­froy Leje­une, du plateau de la chaîne de Télévi­sion LCI où, dans le cadre de la lib­erté et de la diver­sité de la presse, il devait représen­ter son heb­do­madaire et des idées dites de droite. Mesure uni­latérale, prise dans qu’aucune déci­sion de jus­tice n’ait été pronon­cée, même si le député de La France Insoumise, Danièle Obono, née le 12 juil­let 1980 à Libre­ville au Gabon a porté plainte et si le par­quet de Paris a ouvert une enquête.

Après Tintin au Congo, c’est Obono à Paris

D’après sa biogra­phie offi­cielle, Obono, porte-parole de LFI et député depuis 2017, provient de la bonne bour­geoisie gabonaise. Elle est la fille d’Hortense Sim­bou Mbadin­ga, secré­taire à Air Gabon, et de Mar­tin Edzod­zomo Ela, écon­o­miste, cadre supérieur à la banque Paribas-Gabon de 1975 à 1979. Ce dernier a été écarté de ses fonc­tions pour son oppo­si­tion au régime d’Omar Bon­go, après avoir été can­di­dat à l’élection prési­den­tielle gabonaise de 1998. Il aurait été empris­on­né quelques jours. Obono a vécu au Gabon jusqu’à l’âge de onze ans, puis a rejoint la France au moment de son entrée au col­lège à Mont­pel­li­er.

Née gabonaise, Danièle Obono a été nat­u­ral­isée française en 2011. Elle est donc Gabono-française et est dev­enue député à peine six ans après avoir été nat­u­ral­isée, un fait assez rare pour être sig­nalé – et pas unique­ment à l’échelle française. Depuis la coloni­sa­tion de l’Afrique par l’Europe, il n’est ain­si pas d’exemple d’Européens occu­pant aus­si rapi­de­ment de telles respon­s­abil­ités poli­tiques, élec­tives, dans leur nou­veau pays d’implantation. Du reste, il n’est pas d’exemples de députés français et blancs dans les assem­blées nationales des pays africains.

Il n’est ain­si pas inter­dit de trou­ver étrange d’entendre la députée de la République Obono, récem­ment française, en ter­mes de durée depuis l’acquisition de ses papiers, faire par­tie ou soutenir, cela dépend des moments et des sujets, des mou­vances proches ou liées aux indigénistes pour lesquelles la France actuelle ne serait pas seule­ment « post-colo­niale » mais « raciste » et « colo­niale ». Expli­ca­tions : la sit­u­a­tion faite aux descen­dants ou sup­posés tels des colonies, ou aux descen­dants ou sup­posés tels de l’esclavage, serait une sit­u­a­tion colo­niale actuelle­ment, et par voie de con­séquence « raciste ». Les colonies auraient été importées sur le ter­ri­toire français car les « anciens colonisés » subi­raient la même sit­u­a­tion qu’à l’époque colo­niale, cette dernière étant automa­tique­ment présen­tée comme néga­tive, un éton­nant trou de mémoire au regard des poli­tiques d’alphabétisation, d’hygiène, de médecine, d’infrastructures, de cul­ture… qui y furent menées. Obono et ses amis ou rela­tions deman­dent pour­tant de la repen­tance et des indem­nités, en sus de lois mémorielles telles que la loi Gayssot rel­a­tive à la sec­onde guerre mon­di­ale. Ces reven­di­ca­tions cachent en réal­ité une haine de la France et une volon­té de rem­plac­er la pop­u­la­tion ayant orig­ine européenne. Ain­si qu’un réel racisme anti-blanc, sou­vent asso­cié à un supré­macisme noir – les deux com­plète­ment niés par les médias offi­ciels.

Michel Onfray démonte l’argumentaire de la députée gabono-française

Invité sur le plateau de LCI, same­di 5 sep­tem­bre 2020, Michel Onfray aurait sus­cité « la polémique », selon l’immense majorité des médias. Ce n’est pas tout à fait exact : il a surtout réclamé la même lib­erté de la presse et d’expression pour tous les organes de presse, y com­pris Valeurs Actuelles, cela même que refuse cette même majorité des médias qui voudrait voir dis­paraître toute pen­sée autre que social-libérale dans le paysage jour­nal­is­tique. Pour le philosophe, de plus en plus clair­voy­ant quant à la réal­ité d’un sys­tème dont il fit autre­fois par­tie, de par sa présence régulière un peu partout, le réc­it est sim­ple­ment « une fic­tion ». Plus pré­cisé­ment : « Tout devient extrême­ment com­pliqué. Les gens ne savent plus ce qu’est l’ironie, ce qu’est l’esprit voltairien, ce qu’est l’humour, ce qui dis­tingue toutes ces choses-là. C’était une fic­tion ». Il est exact qu’il n’est pas plus raciste, pour évo­quer un autre philosophe des Lumières, de par­ler de l’esclavage à tra­vers d’une fic­tion met­tant en scène Obono que de cri­ti­quer l’absolutisme roy­al à tra­vers les Let­tres per­sanes ain­si que Mon­tesquieu le fit. Un sou­tien pour le moins courageux de la part d’un Michel Onfray, main­tenant sys­té­ma­tique­ment présen­té comme un « polémiste », puisque Danièle Obono a porté plainte con­tre Valeurs Actuelles, esti­mant qu’il s’agissait d’un « com­bat uni­versel con­tre le racisme ». Une action menée « pas seule­ment pour (elle), mais pour toutes celles et ceux qui ont été ren­voyés, par ce texte raciste et xéno­phobe dans son essence, à un « chez eux » imag­i­naire loin de la France. » Dans un même temps, le par­quet de Paris a ouvert une enquête prélim­i­naire pour « injure à car­ac­tère raciste ». Notons que dans le cas pré­cis d’Obono le « chez elle » ne tient guère de l’imaginaire, puisque cela s’appelle le Gabon, et que la notion de xéno­pho­bie, le mot sig­nifi­ant haine ou rejet de l’étranger, parait mal­v­enue si elle se con­sid­ère comme française. Il y a un choix clair à faire de sa part : française et donc n’étant pas vic­time de xéno­pho­bie ; étrangère et donc ne pou­vant être député de la république française.

Invité sur LCI la veille – la chaîne qui se débar­rasse de Geof­froy Leje­une –, par Elis­a­beth Mar­ti­choux, jour­nal­iste de gauche sociale-libérale en place depuis fort longtemps, dents accrochées à de nom­breux râte­liers, Michel Onfray avait tenu les mêmes pro­pos, avec d’intéressants développe­ments. Mar­ti­choux défend la lib­erté de la presse de Char­lie Heb­do mais Onfray embraye : « Moi je défends la lib­erté de la presse mais pas seule­ment de la presse de gauche ». Il défend aus­si celle de Valeurs Actuelles. La jour­nal­iste tente alors de sauter sur l’occasion : « Il n’y a pas de relent de racisme ? ». Évidem­ment non, sauf si un tri­bunal en décide en ver­tu de la loi. Onfray essaie de lui expli­quer qu’il ne porte pas plainte, n’est pas défendu par le gou­verne­ment ou le prési­dent de la république quand Char­lie Heb­do le qual­i­fie de « Dori­ot », autrement dit de « fas­ciste » ou de « nazi » – ancien leader du par­ti com­mu­niste français, député de Saint-Denis, Jacques Dori­ot fut col­lab­o­ra­teur durant la sec­onde guerre mon­di­ale et com­bat­tit sous l’uniforme alle­mand sur le front de l’Est. Réponse ? « Lib­erté de cri­tique ». Mar­ti­choux ne sem­ble pas com­pren­dre que cri­ti­quer les posi­tions de Danièle Obono sous forme de fic­tion ressort aus­si de cette même « lib­erté de cri­tique ». Cette lib­erté sem­ble donc être éton­nement ancrée à gauche.

Onfray insiste, comme sur BFM, en redis­ant que « c’est une fic­tion ». Con­cer­nant la ques­tion suiv­ante, « On a le droit de représen­ter une élue de la république en forme d’esclave ?», Michel Onfray donne un argu­ment qui porte : Obono, Dial­lo, Tra­oré etc, patronymes en vigueur dans l’Afrique fran­coph­o­ne (grâce à la coloni­sa­tion ?), répè­tent à satiété qu’ils ne seraient que des descen­dants d’esclaves, qu’ils ne seraient de ce fait que des vic­times (oubliant au pas­sage de sig­naler qu’ils sont peut-être des descen­dants d’esclavagistes). Selon Onfray, ils devraient donc être sat­is­faits qu’un organe de presse con­ser­va­teur accède à leur prin­ci­pale reven­di­ca­tion en les recon­nais­sant pour ce qu’ils pré­ten­dent être, des esclaves réin­car­nés en France en plein 21e siè­cle. Valeurs Actuelles ne fait que dire ce qu’ils affir­ment : « C’est quand même étrange que des gens dis­ent nous sommes des descen­dants d’esclaves, cela nous donne des droits, mais quand c’est dit dans un jour­nal de droite, et sous forme de fic­tion, c’est inter­dit ». Notons qu’Elizabeth Mar­ti­choux regarde étrange­ment Michel Onfray, ne sai­sis­sant pas la logique pour­tant évi­dente de son pro­pos. Argu­ment de Mar­ti­choux : « Le par­quet a ouvert une enquête, on ver­ra ». Réponse de Michel Onfray : « Moi, quand on me dit que je suis Dori­ot, est-ce que le par­quet ouvre une enquête ? ». Argu­ment impa­ra­ble d’Onfray : « Il faut accepter la cri­tique. En poli­tique, on donne et on prend des coups ».

Europe 1, la queue de la comète ?

L’intolérance de la « gauche » libérale lib­er­taire peut tuer pro­fes­sion­nelle­ment. Ain­si, com­plète­ment en dehors de cette « affaire », le jour­nal­iste et ancien rédac­teur en chef adjoint de Valeurs Actuelles Louis de Raguenel avait été nom­mé respon­s­able du ser­vice poli­tique d’Europe 1 début sep­tem­bre 2020. Immé­di­ate­ment, « les représen­tants du per­son­nel » de la radio se sont opposés à cette nom­i­na­tion, organ­isant même une assem­blée dite générale le 7 sep­tem­bre afin de vot­er le rejet de cette nom­i­na­tion. Un rejet qui a obtenu le résul­tat suiv­ant : 114 pour, 3 con­tre. Un vote sovié­tique pour s’assurer qu’un jour­nal­iste de droite ne puisse plus exercer sa pro­fes­sion. C’est sans doute cela que les jour­nal­istes français, mas­sive­ment libéraux lib­er­taires, appel­lent la tolérance, la lib­erté d’opinion ou la lib­erté d’expression. Le crime de ce jour­nal­iste ? Avoir… tra­vail­lé à Valeurs Actuelles. Ce même reproche lui a été fait par le Syn­di­cat Nation­al des Jour­nal­istes… cen­sé tout au con­traire et juste­ment défendre les jour­nal­istes. Peut-être ce syn­di­cat sent-il la néces­sité de défendre toute la pro­fes­sion con­tre l’ancien jour­nal­iste de Valeurs Actuelles ? Un homme dan­gereux ? Les médias de grand-chemin aiment la lib­erté de pen­sée, à cette seule con­di­tion : penser tous dans le même sens.

Deux poids deux mesures

Sur CNews, dans l’émission L’heure de pros, Char­lotte d’Ornellas, jour­nal­iste de Valeurs Actuelles, édi­to­ri­al­iste invitée de l’émission, don­nait son sen­ti­ment sur cette affaire :

« Mon sen­ti­ment est que cela dépasse l’entendement (…) on peut cri­ti­quer le texte, mais des jour­nal­istes dont le méti­er est d’expliquer une sit­u­a­tion ont voulu faire croire que Valeurs Actuelles avait de la sym­pa­thie ou trou­vait que l’esclavage était mar­rant (…) On peut dis­cuter de l’idée de cette fic­tion mais per­son­ne ne l’a fait. Ce procès n’a aucun sens. Dans la France de Char­lie, il y en a qui ont le droit, il y en a qui n’ont pas le droit (…) Au mois de juin, il y a eu un mou­ve­ment met­tant l’occident au ban des accusés, or Obono fait par­tie de cette frange idéologique qui pré­tend que la France est coupable de tout ». Elle cri­tique la mau­vaise foi du monde médi­a­tique. Pour elle, 99 % des com­men­ta­teurs n’ont pas lu la fic­tion et le dessin est sor­ti de son con­texte. Dans cette fic­tion, « il n’y a pas de doute que l’esclavage est abom­inable. Soit on a le droit dans le pays de Char­lie et tout le monde a le droit, soit on a pas le droit ».

Char­lotte d’Ornellas aurait pu ajouter que le dessin cri­tiqué est tout sim­ple­ment une reprise d’un dessin présent dans nom­bre de manuels sco­laires de 4e, lesquels dénon­cent évidem­ment l’esclavage. Une dénon­ci­a­tion très forte­ment présente en France dans le cadre sco­laire, ce que nient juste­ment Obono et ses amis, néga­tion­nistes de la réal­ité his­torique. Par esprit de col­lab­o­ra­tion, le sys­tème médi­a­tique et poli­tique en place, minori­taire dans le pays mais ten­ant les lieux de pou­voirs, fait leur jeu.

Procès Ramzi Khiroun contre Ojim/Claude Chollet : première audience le 7 octobre 2020

L’Observatoire du journalisme (OJIM), créé en 2012 par Claude Chollet et quelques amis, rentre dans sa neuvième année d’existence. En 230 portraits publiés, 30 infographies et plus de 4500 articles nous n’avions eu — jusqu’à présent — aucune plainte en justice. À la suite d’un article de 2018 où nous parlions du groupe Lagardère et de manière incidente sur deux lignes du porte-parole du groupe, Monsieur Ramzi Khiroun, ce dernier a porté plainte pour « injures publiques ». La première audience est fixée au 7 octobre 2020 à 13h30. Lire la suite

 

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.