Accueil | Actualités | Médias | Fake news : toujours plus fort, la Malaisie prévoit dix ans de prison aux contrevenants
Pub­lié le 30 mars 2018 | Éti­quettes :

Fake news : toujours plus fort, la Malaisie prévoit dix ans de prison aux contrevenants

Décidément l’humeur répressive des diverses autorités, privées comme publiques, ne faiblit pas. Alors que l’Allemagne a installé une loi liberticide pour la liberté d’expression à partir du 1er janvier 2018, alors que la France discute d’une adaptation de cette loi vers le mois de mai, alors que la Dilcrah veut renforcer sa vocation répressive avec la création d’une sorte de RAID ou GIGN antiraciste, la Malaisie ne souhaite pas être en reste.

Une dépêche Reuters apprend que le Premier Ministre de la Malaisie, Monsieur Najib Razak a déposé le lundi 26 mars 2018 sur le bureau du Parlement, un projet de loi mettant hors la loi les Fake News, moderne version des classiques Bobards. De lourdes amendes sont prévues ainsi que des peines de prison pouvant aller jusqu’à dix ans.

Scandale financier et loi opportune

Le projet est élaboré à quelques semaines d’une élection générale, à un moment où Najib Razak lui-même est empêtré au milieu d’un scandale financier touchant le fonds d’Etat 1MDB (1Malaysia Development Berhad). Plus de trois milliards de dollars auraient été détournés, profitant à l’entourage du Premier Ministre (voire au ministre lui-même), dont une partie aurait financé entre autres, le film Le loup de Wall Street avec Leonardo di Caprio (sic). Si des plaintes sont en cours en Suisse et aux Etats-Unis, aucune enquête n’a été déclenchée en Malaisie.

Silence, on vote

La loi intitulée Anti-Fake News 2018 bill tombe à pic pour les autorités. Pour « protéger le public de la prolifération des fausses nouvelles, et assurer ainsi la liberté de parole et d’expression sous la garde de la Constitution Fédérale », la loi couvre les publications digitales, les médias sociaux, les vidéos, les enregistrements audios. Elle s’appliquera aux contrevenants en Malaisie ou en-dehors de la Malaisie (y compris aux étrangers) si la Malaisie ou un de ses ressortissants est en cause. Le gouvernement souhaite aider « le public à être plus responsable et prudent dans le partage des informations ». Tout esprit un peu lucide comprendra le véritable objectif de la loi : museler l’opposition et faire le silence sur les affaires délicates et potentiellement coûteuses sur le plan électoral. Un processus dangereux, auquel l’exemple allemand ressemble curieusement. Nous y reviendrons dans quelques jours avec une analyse de fond de la loi allemande (dite NetzDG), de sa procédure d’adoption, de ses possibles conséquences, des réactions des médias allemands, sans oublier le silence assourdissant des médias français sur le sujet.

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

22% récolté
Objec­tif : avril 2019 ! Nous avons récolté 445,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux