Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Facebook choisit The Weekly Standard pour compléter son équipe anti-fake news
Publié le 

14 octobre 2017

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Facebook choisit The Weekly Standard pour compléter son équipe anti-fake news

Facebook choisit The Weekly Standard pour compléter son équipe anti-fake news

Facebook choisit The Weekly Standard, un champion de la guerre en Irak et russophobe confirmé, pour compléter son équipe anti-fake news.

Rap­pelons que Face­book avait mis au point, dès décem­bre 2016, un groupe chargé de fil­tr­er les œuvres soumis­es à l’impri­matur de l’establishment. Un remake, plus cool, de la bulle pon­tif­i­cale Inter sol­lic­i­tudines de 1515… Ont été assem­blés, en un tri­bunal virtuel, un cer­tain nom­bre d’experts-traqueurs de fauss­es nou­velles, tels que Poli­ti­Fact, qui tous s’engagent à respecter les bonnes pra­tiques établies par l’école de jour­nal­isme Poyn­ter instal­lée en Floride.

Il a toute­fois été reproché à ceux en charge de l’Impri­mi Potest de pencher trop « à gauche ». Dans un esprit d’ouverture et de rééquili­brage « à droite » très remar­qué de l’establishment transat­lan­tique, il a été décidé d’ouvrir led­it groupe à un média « con­ser­va­teur » : The Week­ly Stan­dard. Ce groupe devra main­tenant démon­tr­er sa com­pat­i­bil­ité avec les critères du Poyn­ter Insti­tute, ce qui devrait rapi­de­ment se con­clure en un Nihil Obstat.

Qui est Bill Kristol ?

Le Week­ly Stan­dard a été fondé par le pape des néo­cons, William (Bill) Kris­tol. Ce dernier s’est illus­tré par l’efficacité de son battage — dès la fin de la prési­dence Clin­ton —, pous­sant à entr­er en guerre con­tre Sad­dam Hus­sein. Son influ­ence est donc avérée. Il a fondé plusieurs think tanks, mais son parte­nar­i­at avec Robert Kagan, au sein du Project For New Amer­i­can Cen­tu­ry, s’est traduit en prise de con­trôle par les néo­cons de la stratégie eurasi­enne de l’administration Oba­ma. La célébris­sime et très effi­cace assis­tante aux « Affaires Eurasi­ennes » du Départe­ment d’État (sous Hillary Clin­ton et John Ker­ry), Vic­to­ria Nuland, n’était autre que l’épouse de Robert Kagan… La char­mante Vic­to­ria célèbre pour son « Fuck the EU » (on emmerde ou en encule l’Union Européenne, choi­sis­sez votre tra­duc­tion préférée).

La cause de « l’ouverture à droite de Zucker­berg », n’est prob­a­ble­ment pas dans son objet. Les néo­cons comp­taient en effet sur un (ou une) président(e) suff­isam­ment débon­naire pour embray­er sur une stratégie de change­ment de régime en Russie, dans la foulée de Maid­an. D’où l’énergie féroce (et créa­tive) de Kris­tol pour « sor­tir » Trump des pri­maires répub­li­caines, comme des prési­den­tielles…. Et pour l’empêcher de se représen­ter en 2020.

La Russie dans le collimateur

Quant aux fake news, le terme avait été lancé par Oba­ma en tran­sit, immé­di­ate­ment après l’élection de Trump, en présence d’Angela Merkel. Il sem­ble peu vraisem­blable que soient ici visée les habituelles inep­ties com­mer­ciales qui pul­lu­lent sur la toile. Le « dan­ger » proviendrait plutôt du goût pronon­cé des vic­times de l’ubérisation poli­tique améri­caine pour Sput­nik News, et surtout RT Amer­i­ca, laque­lle a « l’américanité » des main­stream medias, leur couleur, leur bling-bling…

RT Amer­i­ca, pen­dant les élec­tions, a essen­tielle­ment présen­té des pro­grammes « d’extrême gauche » favor­ables aux thèmes de Bernie Sanders (Hillary Clin­ton étant présen­tée comme une bel­li­ciste représen­tante du cap­i­tal­isme sauvage), com­plétés d’un petit noy­au d’émissions paci­fistes « lib­er­taires », reprenant les thèmes (et invi­tant les ora­teurs de qual­ité) de l’Institut Ron Paul. Cela aurait con­tribué à min­er les reports des voix « gauchistes » et « paci­fistes » sur Hillary Clin­ton, Trump n’étant pas traité dans l’équation. Depuis, la chaîne a ren­for­cé ses pro­grammes « bour­geois », avec d’intéressantes émis­sions économiques et de poli­tique étrangère, de style très améri­cain ou européen.

Après dix mois de sur­chauffe du Con­grès sur l’affaire russe (au détri­ment de son tra­vail par­lemen­taire), la déci­sion du min­istère de la Jus­tice de Trump n’est pas sur­prenante. Il somme Sput­nik News et RT Amer­i­ca de procéder à leur inscrip­tion en tant qu’agents étrangers, ce qui leur com­pli­querait la tâche, et intimiderait les recrute­ments de qual­ité. Un pre­mier pas vers la fer­me­ture ? Le recrute­ment de Kris­tol par Face­book n’est pas anodin. Ou com­ment l’alliance objec­tive des libéraux améri­cains et des néo-con­ser­va­teurs tente de vam­piris­er les médias améri­cains.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Étienne Gernelle

PORTRAIT — « C’est le sys­tème de Franz. Il jette des gens dans un aquar­i­um puis il regarde com­ment ça se passe. » Entré au Point en 2001, Éti­enne Ger­nelle est une pure expéri­men­ta­tion de Franz-Olivi­er Gies­bert.

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision